Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Fatima : la balle de 9 mm est devenue le joyau de la couronne de la Vierge

TENTATIVE D'ASSASSINAT DU PAPE JEAN PAUL II LE 13 MAI 1981
© DR
Le 13 mai 1981, Mehmet Ali Ağca (à gauche sur la photo), lève son Browning et cible le pape Jean Paul II de plusieurs balles au moment où le Saint-Père passe à quelques mètres de lui, place Saint-Pierre, Rome, Vatican.
Partager

Le 13 mai 1981, jour anniversaire de la première apparition de la vierge à Fatima, le pape Jean Paul II est victime d’une tentative d’assassinat place Saint-Pierre à Rome. Mehmet Ali Ağca est déjà un tireur confirmé lorsqu'il empoigne dans sa sacoche un pistolet semi-automatique Browning calibre 9 mm, au passage de la papamobile.

Mehmet Ali Ağca a accompli son funeste apprentissage parmi les gangs d’Europe de l’Est à la main du KGB et l’organisation islamiste et nationaliste turque des « Loups gris ». Le véhicule du Saint-Père est grand ouvert ce jour là et les fidèles portent leurs enfants à bout de bras jusqu’au successeur de Pierre qui distribue les bénédictions et les accolades, souriant. Lorsque le Pape passe à trois mètres du tueur, il ouvre le feu à deux ou six reprises selon les versions. Un complice, Oral Çelik, situé à vingt mètres de là, est chargé de semer la confusion en lançant une grenade et en tirant à son tour. À la faveur de la panique, les deux tueurs devaient trouver refuge à l’ambassade bulgare. Mais deux femmes se sont mises en travers de ce plan macabre.

La révélation de Fatima devient réalité

Oral Çelik ne tire qu’un seul coup de feu et s’enfuit, sans lancer sa grenade. La course de Mehmet Ali Ağca est arrêtée par une religieuse qui le plaque au sol… Mais une balle a frappé le pape Jean Paul II de plein fouet. Une seconde l’effleure au coude et touche deux autres personnes, l’américaine Ann Odre et la jamaïcaine Rose Hill. L’événement présente des similitudes troublantes avec la révélation de Fatima. En 1917, la Vierge Marie montrait aux trois bergers : « Un évêque vêtu de blanc (…) tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches »…

Avant que la religieuse ne plaque l’assassin et l’empêche de vider son chargeur, une autre, jamais identifiée aurait levé la main, bousculé le tireur ou modifié la trajectoire des balles. Un geste mystérieux mais providentiel.

Le Pape est opéré pendant cinq heures, dans un état critique, tandis qu’une foule en prière se presse devant son hôpital. Il survit à l’attentat, à la grande surprise de Mehmet Ali Ağca. Le 27 décembre 1983, lorsque Jean Paul II rend visite au tueur en prison, celui-ci lui demande : « Pourquoi êtes-vous encore en vie ? Je sais que j’ai visé juste et que la balle était puissante et mortelle. » Le Saint-Père lui répond : « Une main a tiré, une autre a guidé », faisant référence à la « main invisible de la Vierge Marie », qui aurait dévié la balle.

L’objet de mort dans la couronne de la Reine de la Paix

Le projectile qui a blessé grièvement Jean-Paul II est ensuite, à sa demande, enchâssé dans la couronne de la statue de Notre-Dame de Fatima. Puisqu’elle a été touchée par la « main invisible de la Vierge », elle est devenue une relique.

JEAN PAUL II DEVANT NOTRE-DAME DE FATIMA
©Giancarlo GIULIANI I CPP I CIRIC
13 mai 1982 : Lors de sa visite le pape Jean-Paul II remercie la Vierge de l'avoir sauvé lors de l'attentat du 13 mai 1981. Fatima, Portugal.

De même que les reliques de la Passion du Christ — la couronne d’épines ou les clous — d’instruments de mort sont devenus symboles de salut, la balle « mortelle » est devenue l’un des joyaux de la couronne de la Reine de la Paix.

La dévotion à Fatima

La dévotion mariale de Jean Paul II ne date pourtant pas de 1981. Alors qu’il avait perdu sa mère à l’âge de 9 ans, Marie était devenue pour lui une mère de substitution. À 15 ans, Karol Wojtyla devient président d’une association de jeunes consacrée à la Vierge Marie. Il ne s’est pourtant jamais rendu à Fatima avant le 13 mai 1981. La date de cet attentat et sa concordance avec la deuxième révélation le convainquent de faire le pèlerinage vers ce sanctuaire marial. Il s’y rend à trois reprises, et accède à la demande énoncée par Notre-Dame de Fatima, de « consacrer la Russie au Cœur immaculé de Marie ». Cette consécration a lieu le 25 mars 1984 et concerne « le monde entier – y compris la Russie », qui vivait alors ses dernières années sous le joug communiste.

L’abbé Fabrice Loiseau raconte les suites de cet attentat et ses conséquences providentielles :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.