Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand Hillary Clinton priait au sanctuaire de Fatima

CLINTON PORTUGAL
© MANUEL MOURA I LUSA
Hillary Clinton et sa fille Chelsea au sanctuaire Notre-Dame de Fatima.
Partager

L'ancienne First Lady et secrétaire d'État américaine voue une dévotion particulière à Notre-Dame de Fatima. Elle s'était rendue sur le sanctuaire en 1997, lors du 80e anniversaire des apparitions.

L’église méthodiste — à laquelle Hillary Clinton dit se rattacher — ne préconise aucun culte particulier envers Marie, même si elle ne remet pas en cause la conception virginale de Jésus par l’opération du Saint-Esprit. Tout au plus reconnaît-elle le caractère de sainte femme de la mère du Christ. Pourtant, ce manque d’engouement n’a pas empêché l’épouse de Bill Clinton de manifester, sans ambiguïté, sa dévotion personnelle pour la Sainte Vierge en se rendant à Fatima voici vingt ans.

À l’époque, en juillet 1997, Hillary Clinton n’est encore que la première dame des États-Unis, connue pour son rôle décisif dans l’accession de son mari à la Maison Blanche, et la trahison que fut pour elle l’affaire Monica Lewinsky. Pourtant, lorsqu’elle arrive sur le sol portugais cet été, les soucis de Washington semble loin. La « FLOTUS » (First lady of the United States) n’a qu’une seule aspiration : visiter le sanctuaire et rencontrer sœur Lucie, dernière survivante des trois petits bergers qui ont vu Marie.

Le 18 juillet, la première partie de son projet se réalise. Accompagnée de sa fille Chelsea, âgée à l’époque de 17 ans, elle se rend sur le sanctuaire marial, accompagné de l’ambassadeur des États-Unis au Portugal, Élisabeth Frawley Bragley. C’est le recteur du sanctuaire, Mgr Luciano Guerra, qui reçoit ces hôtes prestigieux. Hillary Clinton se recueille dans la chapelle des apparitions, observe avec émotion la balle qui a failli tuer Jean Paul II lors de l’attentat du 13 mai 1981. La seconde partie de son vœu, rencontrer sœur Lucie, ne peut en revanche pas se réaliser. Alors âgée de 90 ans, malade, cloîtrée au carmel Sainte-Thérèse de Coimbra, elle ne peut recevoir la prestigieuse visiteuse, qui achèvera dès lors sa visite… par un concert de fado.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]