Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Je peux pas, j’ai couture !

Je peux pas j'ai couture
© Like A Bobo
Partager

Boostée par les réseaux sociaux, modernisée par des créateurs de patrons à l’affût des tendances, la couture fait un come-back très remarqué et séduit de plus en plus de femmes, de tous les âges. Décryptage d'un véritable phénomène.

Autrefois considérée comme une tâche ménagère, pour ne pas dire une corvée parmi d’autres, la couture s’affirme aujourd’hui comme LE loisir créatif à la mode voire plus. Car celles qui tombent dedans savent que la couture est une vraie passion, presque un besoin auquel elles seraient capables de consacrer un temps infini. Mais à quoi doit-on ce retour en force ? Pour trouver un élément de réponse, il suffit de jeter un oeil aux réseaux sociaux sur lesquels les passionnées de couture échangent avec enthousiasme sur cette activité longtemps perçue comme ringarde…

On leur a posé la question directement sur la page Facebook du Salon de la couture, gérée par l’école de travaux manuels sur Internet Makerist. Ce qui les séduit dans cette activité manuelle, c’est que, visiblement, c’est une « bulle de créativité, d’évasion, d’épanouissement et d’estime de soi » explique Blandine et, pour Sabrina,  un « moment de paix intérieure presque vital ». De là à dire que la couture agirait comme une thérapie, il n’y a qu’un pas !  Mais quelles sont les raisons d’un tel engouement ?

Une activité créative qui procure joie et fierté

Parmi tous les témoignages reçus sur les bienfaits de la couture, une chose revient souvent : la fierté. « Pas la fierté au sens négatif du terme, précise Christine, mère de 7 enfants, illustratrice pour enfants et auteure du blog créatif Célestine & Compagnie, mais plutôt la satisfaction et même la joie de porter des vêtements uniques » qu’elle a cousus elle-même. Ce sentiment de fierté est très certainement lié au « dépassement de soi auquel nous pousse la couture » poursuit Line. Non loin de la fierté, Aymeline évoque aussi la confiance en elle retrouvée face à la satisfaction des proches pour qui elle coud. Elle apprécie la concentration et la réflexion que demande la couture, choses qui lui manquaient depuis qu’elle est mère au foyer. Pour Chantal, coudre l’a réconciliée avec son corps : « la couture nous aide à nous accepter et à mettre notre silhouette en valeur ».

Comme un coureur repousse ses limites, la couture incite les femmes à se dépasser en se lançant petit à petit dans des vêtements toujours plus techniques qui demandent patience, rigueur et précision. Après plusieurs heures de travail souvent acharné, le résultat est là, et le sentiment d’accomplissement, la plus belle des récompenses.

Oubliez la pleine conscience, mettez à vous à la couture !

Si elle apprécie le fait de créer des tenues qui lui ressemblent, « d’imaginer des vêtements, d’associer des formes et des tissus, des détails », Clémence, 27 ans, juriste et blogueuse talentueuse connue sous le nom de Huguettes Paillettes souligne aussi qu’elle aime l’activité en elle-même : « La couture demande patience, logique et imagination. Je trouve que c’est une activité calme qui donne une satisfaction relativement rapidement (beaucoup plus rapidement que le tricot par exemple) ». Sur la page du Salon de la couture, cette notion de détente revient aussi fréquemment. Pour la blogueuse de Célestine & Cie, la couture permet aussi de se retrouver, c’est un « moment de récréation », un moment à elle. C’est d’ailleurs ce qui plaît aussi à Caroline qui a partagé son témoignage sur Facebook : « La couture, c’est MON moment ! (…) J’oublie tout quand je couds, il n’y a que ce que je suis en train de faire qui compte ».

À une époque où, quand on ne s’inquiète pas pour l’avenir, on est nostalgique du passé, la couture aurait ce pouvoir de nous ancrer dans le moment présent.

Quand couture rime avec mode et modernité

Si la couture revient sur le devant de la scène et séduit autant, c’est qu’elle a aussi beaucoup évolué ces dernières années. Bien qu’elles aient appris à coudre très jeunes, les blogueuses avec qui nous avons échangé reconnaissent qu’Internet et les réseaux sociaux ont largement aidé à changer l’idée que l’on se faisait de la couture. D’après Clémence, « les réseaux sociaux permettent assurément de « déringardiser » la couture et montrent à quel point couture rime avec mode et modernité».

Alors que, pendant longtemps, il était difficile de trouver des patrons de couture et des tissus tendance, aujourd’hui, les merceries en ligne modernes fleurissent et de nouvelles marques de patrons dépoussièrent la couture et s’imposent en tirant profit au mieux d’Internet et des réseaux sociaux.

View this post on Instagram

Ce soir sur le blog, retrouvez ma veste fleurie ! J'espère qu'elle vous plaira 🌸🌺🌼 • Veste : Patron @burda_style Burda Couture Facile (Automne- Hiver 2015-2016, HS 58 H), modifié. • Veste : Tissu @toto_1961_ ameublement & Pressions @mondialtissus. • Top : Patron Maison & tissu @mondialtissus. • Lunettes : Club master de @rayban. • Collier @hm. #faitparmesdixdoigts #faitparhuguettepaillettes #cousette #cousumain #coutureaddict #passioncouture #sewingaddict #instacouture #instasewing #memade #handmadewardrobe #tissusaddict #jacquard #imprimefleur #tototissus #burdacouturefacile #flower #memade #tours #tourscity #igerstours #toursmaville #huguettepaillettescoud #lesblogueusesdetours #blogueusesdetours.

A post shared by Clémence (@huguettepaillettes) on

Une communauté inspirée et bienveillante

Les réseaux sociaux ont aussi désacralisé la couture en la rendant accessible. « Ils permettent d’aider à sauter le pas : d’une part, en voyant toutes ces créations, on se dit que tout est possible et que nous aussi on en est capable et, d’autre part, ils permettent d’évaluer les difficultés et de les surmonter grâce à l’échange », continue Clémence. En plus de rendre possible ces échanges très instructifs et bienveillants, les réseaux sociaux sont une vraie source d’inspiration. Christine reconnaît bien volontiers qu’elle n’arrête pas de noter des idées de projets couture repérés sur Instagram. Pour Clémence, Instagram et Pinterest sont « au quotidien, avant tout, une source inépuisable et constamment renouvelée d’inspiration. »

Vous pensiez la couture inaccessible ? Les blogs et les réseaux sociaux, vous prouvent le contraire. Nombreuses sont les couturières qui ont appris à coudre par elles-mêmes en glanant des conseils sur Instagram ou ailleurs, ou encore, en s’aidant de YouTube.

Alors si vous recherchez une activité créative et stimulante, qui vous apporte une satisfaction rapide et un sentiment de fierté et d’accomplissement personnel, pensez à la couture. « Une fois qu’on a dépassé la peur de s’y mettre, les progrès sont rapides », promet Christine.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.