Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Quand célèbre-t-on la Visitation ?

PEINTURE DE LA VISITATION
Shutterstock
Peinture de la Visitation de Federico Barocci (1528-1612) dans l'église baroque Chiesa Nuova (Santa Maria in Vallicella)
Partager

La visitation de la Vierge Marie à sa cousine Élisabeth est à l’origine d’une des plus belles prières mariales : le « Je vous salue Marie » et le « Magnificat ».

La visitation de la Vierge Marie célèbre la visite qu’elle fit à sa cousine Elisabeth après que l’ange Gabriel lui ait révélée que celle-ci, alors qu’elle était réputée stérile, allait elle aussi mettre un enfant au monde. Le récit de cette rencontre est faite dans l’évangile selon saint Luc (1 39-45). Durant cette rencontre, Elisabeth l’accueillera par la première phrase du Je vous salue Marie : « Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est béni. » Ce à quoi Marie répond en prononçant le « Magnificat. »

Une date pour conclure le mois de Marie

Saint Bonaventure en 1263 instaura cette fête pour les franciscains et le pape Urbain VI la généralisera à toute l’église en 1379. Autrefois, on la célébrait selon le récit de saint Luc à la fin de la visite de Marie à Élisabeth, soit un peu plus de trois mois après l’Annonciation faite à Marie le 25 mars. Mais le calendrier liturgique a finalement préféré célébrer la visitation de Marie à la fin du mois marial mettant ainsi en valeur la confiance et la joie de Marie envers le projet de Dieu. On fête donc la visitation le 31 mai.

Le sens de la fête

Par ce mouvement d’amitié et de solidarité envers sa cousine, Marie explicite ce projet de Dieu pour nous : c’est une invitation à la charité attentive envers l’autre, et la foi dans la mission du Christ. La rencontre entre ces deux femmes qui accueillent en leur sein ces promesses de vie font le portrait des vertus théologales : la foi, soit la disposition à croire aux vérités révélées, l’espérance, la disposition à espérer la béatitude, et la charité, c’est à dire l’amour de Dieu et de son prochain.

Marie Le Goaziou