Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Une ville autrichienne recrute sur candidature… son nouvel ermite !

HERMITAGE AUSTRIA
Stan Vanuytrecht© VANUYTRECHT / Stadtgemeinde Saalfelden / Privat / AFP
Partager

C’est un job pas comme les autres qu’a décroché Stan Vanuytrecht. Il est devenu ce dimanche l’ermite officiel d’un village autrichien.

« Recherche candidat (h.), religion cath., pour occuper poste ermite à Saalfelden (Autriche) et assurer dévotion à Saint-Georges. Temps partiel : avril – octobre. Logement fonction. 1.400 mètres d’altitude. Calme et sans aucun voisinage. Vue sur les Alpes. Ni eau courante, ni électricité. Rémunération : néant ».

Telle est, en résumé, la petite annonce qu’aurait pu déposer la municipalité de Saalfelden, située non loin de Salzbourg, pour pourvoir l’un des postes les plus atypiques qui soit : ermite. Ce recrutement, mené par la commune, est tout de même supervisé par le curé de la paroisse, dans un esprit de « laïcité apaisée ».

À l’heure du consumérisme effréné, ce sont pas moins de cinquante candidats qui ont envoyé leur candidature pour décrocher ce poste d’ermite. Le titulaire précédent de la charge, un ancien prêtre psychanalyste n’a tenu que six mois. Mais son prédécesseur, un solide moine bénédictin au profil spirituel et pastoral plus épais, fut l’ermite de Saalfelden durant 12 ans.

« Sérénité et force »

Celui qui a pris ses fonctions ce dimanche 30 avril se nomme Stan Vanuytrecht. C’est un Belge de 58 ans, de la région de Bruxelles, ancien officier d’artillerie, géomètre retraité, diacre, engagé depuis longtemps dans des mouvements caritatifs. SDF, alcooliques, toxicomanes, ils sont nombreux a avoir bénéficié du soutien de cet homme à la barbe blanche fournie, qui « irradie la sérénité et la force », comme l’a indiqué la municipalité de Saalfelden.

Derrière la dimension insolite de ce « recrutement », la charge d’ermite de Saalfelden revêt une dimension religieuse réelle et profonde. L’ermitage est en effet consacré à saint Georges, et de nombreux pèlerins se rendent chaque année vers ce sanctuaire fondé voici 350 ans. Ce sont d’ailleurs bien souvent les pèlerins qui apportent de l’eau potable à l’ermite. Ainsi, contrairement aux idées reçues, l’ermite est bien peu solitaire : de nombreux visiteurs se confient à lui, d’où la nécessité de présenter un profil spirituel et humain de grande qualité.