Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 22 février |
Bienheureuse Isabelle de France
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Endométriose : une prévention par l’alimentation ?

WOMAN,HEADACHE

Shutterstock

Bénédicte de Dinechin - publié le 26/04/17 - mis à jour le 07/03/23

À l'occasion de la 19e Semaine européenne de prévention et d'information sur l'endométriose (du 6 au 11 mars), une maladie caractérisée par des règles excessivement douloureuses, il est légitime de se demander si des mesures de prévention sont possibles.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

Lou* proteste : « On ne m’avait jamais dit que mes règles seraient un cauchemar ». Tous les mois, la jeune fille a des douleurs telles qu’elle s’est parfois évanouie dans le bus, et son cycle menstruel devient plus une source de tracas qu’une promesse de fécondité. Elle n’est pas la seule dans ce cas puisque les douleurs excessives des règles touchent 10% des femmes dans le monde, selon le ministère de la Solidarité et de la Santé.

L’endométriose est une maladie chronique concernant les femmes en âge de procréer, caractérisée par la présence de foyers d’endomètre en dehors de la cavité utérine et accompagnée de douleurs pendant les règles chez 80 % des femmes atteintes. Elle provoque un risque important d’infertilité, concernant 30 % à 40 % des femmes concernées. On déplore un important retard de diagnostic, en moyenne sept ans après les premiers symptômes, pour une maladie qui peut avoir un fort retentissement sur la qualité de vie des femmes : arrêts de travail, hospitalisations…

Facteurs de risque et symptômes

Le risque de développer une endométriose semble plus important pour les femmes ayant eu des règles précoces, des cycles courts et réguliers, des règles abondantes ou une proche parente (mère ou sœur) atteinte d’endométriose. Les manifestations cliniques de l’endométriose sont très variables selon le type d’atteinte. Un point important à souligner est qu’il n’existe pas toujours de corrélation entre la sévérité de la maladie et l’intensité des symptômes : une endométriose superficielle peut être très douloureuse et une endométriose sévère passe parfois inaperçue.

La douleur pendant les règles (dysménorrhée) est présente chez 80 % des femmes atteintes. Il s’agit du symptôme le plus fréquent, suivi par les douleurs pelviennes. Le développement de la maladie entraîne des douleurs chroniques, très invalidantes avec une sensation de douleur permanente. Les douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie) sont présentes chez 25 à 40 % malades. L’infertilité est l’autre manifestation importante et grave de la maladie, présente chez 30 à 40 % des femmes souffrant d’endométriose.

Une prévention qui passe par l’alimentation

Néanmoins, qu’ils soient hormonaux ou chirurgicaux, des traitements existent.  Le docteur Anne Legrand, médecin gynécologue, remarque : « La carte des populations concernées montre que cette maladie est présente essentiellement en Amérique du Nord et en Europe, zone où la nutrition est comme par hasard très inflammatoire.

woman in fear and pain with pills

En cause en tout premier, l’excès de sucre et l’alimentation industrielle. » Elle préconise « une réorganisation de la prise en charge alimentaire, qui est une condition certainement insuffisante, mais indispensable pour espérer faire diminuer l’intensité des douleurs ainsi que le nombre de femmes concernées. »

Supprimer les sucres blancs et les produits industriels, un conseil valable à tous les âges de la vie d’une femme, que ce soit pour lutter contre l’acné, la fatigue chronique ou les effets de la pré ménopause.

Oser en parler, un cap difficile mais indispensable

Jeune élève à l’école des Mines Paris Tech, Olivia* a témoigné dans le journal des élèves : « Pendant les épreuves écrites de Normale Sup’, je ne pouvais plus réfléchir tant j’avais mal, et n’ai pas osé prendre de médicaments de peur des effets secondaires. Je pense que c’est la cause de mon échec, mais le plus douloureux est que ce soit un sujet tabou. » Difficile de concilier une saine pudeur féminine et la nécessité d’une parole libératrice sur le cycle féminin. Un discours d’autant plus absent que les femmes elle-même, généralement très vite sous pilule, connaissent mal leur corps. Un défi que sauront relever les nouvelles générations de jeunes femmes de plus en plus séduites par une approche écologique de la gestion de leur fertilité, que ce soit avec les cups vaginales ou les méthodes naturelles de régulation des naissances.

* Les prénoms ont été changés.

Tags:
FemmesMaladieSanté
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement