Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 06 mars |
Sainte Colette de Corbie
home iconFor Her
line break icon

Alimentation zéro déchet : on fait comment ?

Bocaux zéro déchet

© Shutterstock

Louise Gauthier - Publié le 25/04/17

Comment réduire et mieux gérer les déchets ménagers pour protéger l'environnement ? 3 pistes à explorer pour limiter la pollution et le gaspillage...

En moyenne, un français produit chaque année 390 kilos de déchets ménagers. Sur les 30 millions de tonnes de déchets des ménages, un tiers seulement est recyclé, le restant étant incinéré ou jeté. Ces ressources gaspillées polluent grandement notre environnement par la libération de substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols, mettant ainsi en péril tous les êtres vivants.

Alors que les opérations de tri sélectif et de recyclage continuent de progresser, la surconsommation d’emballages et notamment de plastique demeure un fléau environnemental. Sans l’intervention de l’homme pour limiter l’usage du plastique, il est probable que dès 2050 le poids des déchets surpasse celui de tous les poissons dans les océans.

Il est du devoir de chacun de prendre conscience de l’urgence de diminuer cette pollution croissante et d’agir en ce sens. Changer ses habitudes est le premier grand pas vers une diminution de nos déchets, jusqu’à tendre le plus possible vers le zéro déchet. Il existe de nombreuses solutions et alternatives que vous pourrez adopter au quotidien à votre rythme pour vous aussi contribuer à un système plus raisonnable.

Optez pour le vrac

Observez les produits alimentaires à ranger dans votre cuisine après les courses : emballages en carton, packs en plastique, sachets individuels etc. La plupart de ces matières n’ont aucun intérêt chez vous et seront directement jetées à la poubelle. Le moyen le plus efficace pour ne pas jeter ce type de déchets est encore de ne pas en acheter !

Figurez-vous qu’il est possible d’acheter de nombreux produits sans qu’aucun emballage ne vous soit imposé. Des petits producteurs locaux aux boutiques 100 % zéro déchet, en passant par les rayons Vrac des magasins bio, vous trouverez le moyen de vous fournir en aliments sans emballages. Les produits sont en effet disposés dans de grands contenants (comme les distributeurs en verre, ou les bacs à pelle), souvent en libre service, dans lesquels vous pourrez prendre les quantités dont vous avez besoin. Pour ramener le produit chez vous, plusieurs solutions : opter pour un système de contenants consignés (que vous rapportez au commerçant chargé du processus de nettoyage et réutilisation) ou apporter votre propre contenant (dont on fera la tare). Pour trouver facilement les commerces Zéro Déchet près de chez vous, utilisez l’application web BULK de Béa Johnson, spécialiste du sujet.

Petit inventaire des contenants à privilégier pour vos courses : sachets en tissus (à acheter ou à fabriquer soi même), bocaux et bouteilles en verre, filets à légumes et bien sûr le tote-bag pour transporter vos courses. Fini les sacs plastiques à usage unique, on prendra soin d’emporter avec soi son propre sac en tissu ou on se tournera exceptionnellement vers les sacs biodégradables. Pour le transport et la conservation, si les boites en plastique sont pratiques et plus légères, leurs équivalents en verre restent plus durables et mieux recyclables.

Autres avantages du vrac, on peut économiser les 15 % du prix de vente généralement dédiés à l’emballage, ne pas subir le marketing et la publicité parfois trompeuse, voir directement le produit tel qu’il est.

Bannissez les emballages superflus

Les emballages extérieurs constituent un premier déchet, qui peut parfois être complété par une multitude de petits emballages qui divisent les quantités. Prenons l’exemple des biscuits : l’emballage en carton est conçu pour présenter le produit et le rendre attractif aux consommateurs, et à l’intérieur de celui-ci, on trouve parfois plusieurs sachets individuels pour chaque portion. Les industriels ont présenté ces sachets comme un avantage pratique notamment pour que les enfants puissent emporter chaque jour leur goûter dans leur cartable. Seulement voilà, tous ces emballages utilisent des ressources qui finiront par être jetées et le gaspillage qui en résulte est immense.

En réalité, le packaging des produits de grande distribution n’est pas tant un avantage pratique qu’un coût inutile pour vous et surtout pour la planète. Entre l’utilisation de matières pour la production des emballages, la consommation énergétique de leur conception et de leur transport, l’impossibilité de recyclage ou le manque de retraitement, les défauts de la chaîne industrielle sont nombreux.

Si certains produits que vous consommez ne s’achètent pas sans emballage, essayez tout de même de privilégier les contenants les moins polluants. Les bocaux en verre pourront être réutilisés, les boites en carton recyclées, et les grosses contenances pourront être réparties dans de petites boites par vos soins à des fins de conservation (congélation) et de transport (portions individuelles). Pensez également à la gourde pour votre eau, et cessez d’acheter des bouteilles en plastique. À la maison, la carafe filtrante vous aidera à améliorer la qualité de l’eau de vos robinets.

Il est temps de réapprendre à bien acheter et consommer pour préserver notre santé et notre environnement. Acheter frais et local plutôt que transformé et produit à l’autre bout du monde, permet de limiter la pollution du transport et de l’emballage tout en privilégiant une cuisine saine.

N’hésitez pas à demander aux commerçants de votre quartier de déposer leurs produits dans vos contenants plutôt que dans leurs emballages classiques. Emportez votre sac à pain en tissu à la boulangerie, votre bocal en verre chez le fromager ou votre boîte chez le boucher. Si la démarche pourra en surprendre certains, d’autres seront ravis de contribuer à l’amoindrissement des déchets. De plus en plus de commerçants affichent dans leur boutique qu’ils acceptent et encouragent les contenants de particuliers. Certains proposeront même de vous accorder une réduction sur le prix d’achat en contrepartie de l’économie faite sur l’emballage. N’hésitez plus !

Traitez vos déchets

A l’issue de tous ces efforts, il vous restera certainement encore des déchets, la mission n’est donc pas terminée. Leur traitement est primordial, il convient donc de poursuivre le tri sélectif rigoureusement. Prenez le temps d’une petite mise à jour sur les consignes de tri afin de vérifier que vous séparez correctement les différents types de matériaux. Apprenez également à reconnaître les poubelles de tri en fonction de leur couleur (qui parfois diffère en fonction des villes). En cas de doute sur un produit, contrôlez la présence de consignes directement sur l’emballage (Info Tri Point Vert) ou sur Internet.

Pour vos déchets organiques, il existe une solution utile et écologique : le compostage. Ce processus biologique permet de transformer les matières organiques en un terreau riche. Vous pouvez installer votre propre composteur sur votre balcon ou partager un collecteur collectif dans votre résidence ou votre quartier. Le terreau obtenu servira ensuite à l’entretien des jardins et potagers. Avant même de composter, évaluez les détritus et votre capacité à ne pas les gaspiller. Épluchures, fanes, pépins etc. sont autant de ressources consommables pour concocter toutes sortes de recettes anti-gaspillage.

Vous pensez peut être que le zéro déchet est presque impossible à atteindre ? Procurez vous le livre Famille presque Zéro Déchet, de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret, et découvrez comment cette famille de quatre personnes est parvenu à atteindre l’incroyable éco-bilan d’une poubelle de 15L sur un mois complet. Et voilà, vous avez toutes les clés en main pour améliorer votre impact sur la planète, consommer mieux et faire des économies. On a tous à gagner à tendre vers le zéro déchet.

Tags:
anti-gaspillageÉcologie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
2
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
3
La rédaction d'Aleteia
Attention, ces saints vont prendre vie sous vos yeux !
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – François en Irak : avec le vaccin de l’espéranc...
6
Guillaume et Dorota Andrieu
Marzena Devoud
« Notre challenge ? Faire découvrir aux fiancés que l’on do...
7
Rachel Molinatti
Entre deux livraisons, il fait un coucou à sa maman du Ciel
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement