Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ils ont la cinquantaine et souffrent de solitude

Homme seul
shutterstock
Partager

Le plus grand danger, pour les hommes d’âge mûr, ce n’est ni la cigarette ni le surpoids, c’est la solitude. De l’alcoolisme à la dépression, voire au suicide, ses conséquences font des ravages. 4 pistes pour briser l’isolement.

Certaines études montrent, qu’avec l’âge, les hommes ont fortement tendance à s’isoler et donc à se sentir seuls. Les causes peuvent être multiples : raisons personnelles, traumatismes, mauvais choix, problèmes de santé… Toujours est-il qu’indépendamment de ces causes qui engendrent la solitude, celle-ci n’est pas qu’un phénomène lié ou non à la proximité d’autrui : beaucoup d’hommes se sentent seuls alors qu’ils sont entourés d’autres gens.

Des recherches plus approfondies indiquent que le sentiment d’exclusion sociale n’est pas l’unique conséquence d’une vie solitaire. En effet, le taux de mortalité ainsi que de maladies et d’accidents cardio-vasculaires est plus élevé chez les hommes isolés. Il apparaît également que la maladie d’Alzheimer progresse plus rapidement chez les individus manquant de lien social. Une étude démontre même que, souffrir de solitude peut engendrer des conséquences similaires à celles produites par le tabagisme excessif.
Sans surprise, on constate que les personnes seules souffrent surtout sur le plan psychologique. Chez les hommes vivant seuls, le taux de dépressions est particulièrement élevé. Plus la période de solitude est longue, plus le risque de dépression augmente. Il en va de même pour la question du suicide. De nombreuses recherches attestent que le taux de suicide est bien plus élevé chez les hommes que chez les femmes (env. 3,5 fois plus). Mais il s’avère que cet écart n’apparaît qu’à partir d’un certain âge. Alors que les études montrent que le taux de suicide baisse chez les femmes à partir de 60 ans, il est chez les hommes blancs d’âge mûr 2,5 fois plus élevé que la moyenne. Chez les hommes de plus de 85 ans, il est même 4 fois plus élevé. Et il est très probable que la solitude en soit un facteur déterminant.
Malgré ces statistiques assez sinistres, il y a plusieurs moyens pour nous, les hommes, de réduire ces risques d’isolement dans nos vies. Pour cela, nous devons affronter nos peurs et mettre notre orgueil d’homme de côté. Voici 4 conseils pour se sentir moins seul.

1. Oubliez l’attitude de « gros dur »

Il faut être honnête vis-à-vis de ce que l’on ressent. Je ne dis pas qu’il faut aller déverser notre mal-être à n’importe qui. Mais je suggère d’arrêter de jouer à celui pour qui « ce n’est rien » ou pour qui « tout va bien » alors que l’on sait pertinemment que ce n’est pas vrai.
Au fil des années, je ne vous dis pas le nombre d’hommes (je m’inclus dans le lot) que j’ai vu faire comme si de rien n’était et qui donnaient l’impression de gérer très bien une situation alors qu’en fait, ils n’allaient pas bien du tout.

Malheureusement, beaucoup d’hommes ont grandi dans une société où ils ont appris à mentir, je dis bien mentir, sur ce qu’ils ressentent au fond d’eux pour éviter les conflits et ne pas troubler l’ordre social. Or ce processus les pousse non seulement à trouver des moyens beaucoup moins sains d’évacuer la pression (comme par exemple l’alcool ou la pornographie), mais aussi à se détacher des personnes qui pourraient justement leur venir en aide. S’ensuit alors un processus d’isolement et une solitude de plus en plus importante ; souvent les problèmes d’origine ne font alors qu’empirer. Être honnête vis-à-vis de ce qu’on ressent et reconnaître qu’on a besoin d’être entouré demande plus de courage, c’est parfois difficile. Mais la vraie solution est là. Alors, la prochaine fois que vous êtes tenté de botter en touche quand on vous demande comment ça va, envisagez de répondre honnêtement (et même de vous montrer vulnérable), et d’être ouvert à la conversation qui suivra.

2. Faites de vos amitiés une priorité

En tant que père de bientôt sept enfants et pédopsychiatre, je sais à quel point il est difficile de trouver du temps pour voir ses amis. Il est plus simple de reléguer cela au second-plan et de repousser ces moments à plus tard ou de planifier des soirées en sachant qu’on finira par les annuler. De ce fait, les conversations que l’on a avec nos amis sont souvent de courte durée et superficielles. Et elles ne permettent donc pas d’aborder des sujets de fond ni d’apporter une aide quand elle serait pourtant nécessaire. C’est pourquoi ,nous autres, hommes mariés et pères de famille, avec toutes les obligations qui sont les nôtres, devons nous encourager mutuellement à garder un contact régulier avec nos amis. La prochaine fois que vous êtes tenté d’aller simplement vous poser devant la télé, appelez un ami ou un membre de votre famille. Ce n’est probablement pas l’option la plus facile, mais c’est sûrement celle qui vous fera le plus de bien.

3. Retrouvez-vous entre hommes pour des activités stimulantes

Il existe de nombreuses façons de « relâcher la pression » et de mettre notre énergie dans des activités qui nous permettent de nous vider l’esprit. Certaines de ces activités, ou habitudes, peuvent avoir un impact non seulement bénéfique mais aussi durable. Il peut s’agir d’aller courir, de bricoler, d’aller observer les oiseaux, de méditer, de cuisiner, d’écrire… Ces activités sont porteuses de fruits quand elles ne sont pas seulement un moyen de canaliser notre énergie de manière positive, mais qu’elles nous font évoluer dans nos rôles de maris, de pères, dans notre travail et simplement en tant qu’individus.

Il n’y a rien de mal à ce que des hommes se retrouvent pour boire un verre et regarder un match de foot. Mais pour forger des amitiés solides et durables, mieux vaut trouver des activités qui ont vraiment du sens. Pourquoi ne pas aller courir, ou partir en randonnée ? Vous pouvez aussi imaginer partir une fois par an à l’aventure entre copains. Il y a quelques années, j’ai lancé l’idée d’un week-end annuel de « randonnée sac au dos » avec mes amis hommes, et j’ai été surpris de l’engouement que cela a suscité, même chez ceux qui n’étaient pas du tout des habitués de ce genre d’activités. Les discussions qui s’ensuivirent furent très riches.

4. Faites votre introspection

Il est assez aisé d’accuser les autres de sa propre solitude. C’est parfois légitime, quand des circonstances que l’on n’a pas choisies nous laissent seul, sans compagne ou épouse. Mais bien souvent, notre solitude résulte de notre manque de volonté à voir ce que nous pourrions changer dans notre comportement pour faire venir les autres à nous. Cela ne veut pas dire qu’on n’a pas le droit d’être soi-même, d’être naturel. Mais parfois, des personnes se retrouvent isolées car elles ont refusé de faire évoluer certains aspects de leur personnalité qui favorisent une certaine mise à l’écart.

Il est parfois ardu d’admettre qu’on est devenu difficilement supportable pour les autres, qu’on se comporte parfois comme un petit vieux grincheux qui ne veut rien changer de ses habitudes. Or, comme trop souvent malheureusement, l’orgueil surgit aussi dans ces problématiques d’isolement, et seul un changement d’attitude de notre part peut alors remédier au problème. Alors, comment s’y prendre pour entamer ce processus ? Demandez aux personnes dont vous êtes le plus proche de vous dire ce qui vous rend si difficile à vivre. Vous serez surpris de voir, à quel point, d’autres que vous, seront prompts à faire le même processus d’introspection, ce qui conduira in fine à un resserrement de vos liens.

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]