Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ce que l’on découvre en récitant le chapelet

© PhilipYb Studio/Shutterstock
Partager

La récitation des dizaines du chapelet est un chemin d’accès privilégié à Jésus.

Le rosaire est une prière vivante. Comme si l’on s’asseyait à table avec Marie pour parler de son Fils. Plus l’on prend l’habitude de le réciter, plus il devient nécessaire, plus on se l’approprie et plus il adoucit l’âme.

C’est un sublime présent que la Vierge nous a offert pour nous rapprocher du Christ. Elle sait combien il est difficile de contempler les choses du Ciel à partir de notre humanité limitée. La Vierge sait aussi, combien il est indispensable de garder en vue la présence divine dans nos vies.

Le rosaire est la main de Marie qui nous guide et nous montre comment graver le Christ dans notre cœur. Par cette prière, nous découvrons aussi la méditation, puisque nous contemplons la vie du Christ, et surtout, nous vivons tous ces instants en notre for intérieur.

Au milieu de la récitation du chapelet, surgissent souvent, en nous, des questionnements et des révélations : pourquoi le Christ, pourquoi Dieu, pourquoi l’Esprit saint, pourquoi le sacrifice, pourquoi la douleur… Il est merveilleux de constater combien chaque scène de la vie du Christ nous touche et concerne notre vie personnelle. La réponse ultime et définitive qui jaillit en nous, c’est l’amour du père pour toute l’humanité, l’amour, toujours l’amour…

Avant de commencer à réciter le chapelet, le rosaire entre les mains, il ne faut pas hésiter à s’adresser à la Sainte Vierge : « Marie, montre-moi ton Fils« . Marie est notre mère à tous, elle seule connaît mieux que quiconque son propre Fils. Laissons-là nous prendre la main et dévoiler en notre cœur tout le Mystère du Christ. En effet, contrairement à ce que l’on croit souvent, le rosaire n’est pas une louange à Marie mais un chemin vers le Christ. Chaque dizaine en revanche, est l’occasion de méditer un mystère de la vie du Christ. Pendant que nous égrenons les dix « Je vous salue Marie », nous nous plongeons dans un seul mystère.

Ces scènes de la vie du Christ que nous parcourons avec le rosaire — l’annonciation de l’Ange à Marie, la naissance de l’Enfant Jésus, le baptême de Jésus dans le Jourdain, la Transfiguration, la dernière Cène, l’agonie du Seigneur, la Crucifixion, la Résurrection et la venue de l’Esprit Saint… — combien de richesse et de dévotion dans ces grains qui se succèdent ! Comment ne pas ressentir tout l’amour du Père !

En priant le rosaire avec toute la dévotion de votre cœur, accueillez avec ferveur chaque mystère de la vie du Christ, comme si Marie vous le confiait entre les mains.

Lire aussi : La vraie libération, c’est le chapelet

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]