Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 17 octobre |
Saint Ignace d'Antioche
Aleteia logo
home iconCulture
line break icon

Un chanson pour lutter contre les addictions

La rédaction d'Aleteia - Publié le 19/04/17

Sur une mélodie joyeuse, le nouveau titre de Nick Fabian, "Candy", évoque un sujet grave qui touche beaucoup plus de monde que l'on ne croit.

La musique pop a longtemps eu tendance à aborder des sujets de débauche et à évoquer des mauvais choix de vie. Il est agréable d’entendre enfin une chanson qui, au lieu de tolérer ou d’encourager ce genre de débauche, tente de mettre en lumière la vie solitaire et inerte à laquelle peut conduire les addictions. Nous avons pu interviewer l’artiste Nick Fabian et discuter avec lui de la signification de son dernier album Candy.

Aleteia : Qu’est-ce qui a inspiré cette chanson ?
Nick Fabian :
Cette chanson parle de notre recherche du bonheur. Notre quête de bonheur nous conduit parfois à mettre notre foi et notre confiance dans des choses temporelles et matérielles. Plutôt que de rechercher la véritable cause de notre agitation, il arrive que nous empruntions « le chemin facile », la « solution rapide », parfois par le biais de l’automédication. Voilà donc l’idée et la métaphore de Candy.

Cette chanson n’a pas pour but d’être une critique envers qui que ce soit : une grande partie de cette chanson s’inspire de mon expérience personnelle et des obstacles auxquels je me suis confronté. En revanche, j’aborde en effet le problème du désenchantement culturel qui prend de l’ampleur dans notre monde occidental. À cause de l’automédication, nous renonçons à chercher les vraies joies de la vie. Je crois que certaines souffrances de l’expérience humaine sont faites pour être vécues. De la tristesse par exemple découle la profondeur, et de la profondeur, la compréhension.

À votre avis, quels sont les « candies » (les bonbons) d’aujourd’hui ?
Bonne question. Je ne veux pas que les gens pensent que les seules « candies » qui existent en 2017 sont les produits pharmaceutiques. Les « candies »d’aujourd’hui sont aussi les réseaux sociaux, les écrans de téléphone, les relations tournées vers soi, les relations sexuelles, la pornographie, l’argent, la vanité ou même Netflix (et je me compte dans ce dernier !).

Qu’espérez-vous communiquer à vos auditeurs à travers cette chanson ?
Je voudrais juste que cette chanson puisse les aider à s’arrêter un instant et à réfléchir sur leur propre vie. Parfois il se peut que nous traversions notre vie sans même nous rendre compte que nous pratiquons l’automédication.

Dans votre chanson, vous faites référence notamment au style américain. Pourquoi pensez-vous cet acte d’automédication est typiquement américain ?
Ce n’est peut-être pas spécifique à la culture américaine, mais plus généralement à la culture occidentale. L’âge de la technologie nous donne une grande variété de choix de notre mode de vie. C’est à double tranchant : l’accessibilité à tout peut aussi donner l’illusion d’une gratification instantanée et ainsi faciliter l’inhibition de chacun.

Votre style de musique et vos accents lyriques sont légers et amusants. Mais un public attentif pourrait également remarquer un côté plus sombre. Pourriez-vous nous en parler ?
Oui, la chanson a fini par être une juxtaposition. D’un point de vue extérieur, la mélodie apparaît comme légère, attirante et « sans soucis ». Mais si on se penche sur le fond de la chanson, les paroles invitent le public à une réflexion plus profonde, avec un ton plus sombre. Je pense que ce contraste souligne vraiment la lutte intérieure qui advient quand on prend des « candies ». Les médicaments peuvent vous faire sentir bien à l’extérieur, mais la tristesse et le mécontentement persistent à l’intérieur.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez nous partager ?
Oui, je ne voudrais pas que l’on pense que je suis contre toute médication. Mais en tant que compositeur, je dois être parfois cru, honnête, pour faire entendre la vérité. Je ne suis pas en train de dire que la prise de médicaments est une chose intrinsèquement mauvaise. Ils peuvent souvent aider les gens dans leurs luttes psychologiques. Cependant, je veux croire qu’il y a un autre chemin possible pour beaucoup d’entre nous.

Propos recueillis par la rédaction d’Aleteia.

Tags:
Musique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
2
Wedding dresses collection Laure de Sagazan 2022
Marzena Devoud
Robes de mariée : les tendances de l’année 2022
3
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
4
Agnès Pinard Legry
Mgr de Moulins-Beaufort et Gérald Darmanin, deux lectures du secr...
5
WEB2-SKY-shutterstock_719708074.jpg
Agnès Pinard Legry
De nouvelles preuves de l’existence de Dieu, un livre événement
6
Agnès Pinard Legry
La « démission collective des évêques » est-elle envisageable ?
7
Pope-Francis-Mgr-Giovanni-Ravelli-Antoine-Mekary-Aleteia
Agnès Pinard Legry
La silhouette qui va maintenant accompagner le Pape tous les jour...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement