Aleteia

3 façons de s’essayer au minimalisme

© Unsplash
Partager
Commenter

S'initier au minimalisme, c'est aller vers plus de simplicité, de liberté et de quiétude. Habitudes de consommation, rangements, alimentation : nos conseils pour se recentrer sur l'essentiel...

Vivre mieux, avec moins : telle pourrait-être la devise du minimalisme. S’appliquant à de nombreux domaines, le minimalisme se lance à la conquête d’une vie guidée par le bon sens et la recherche du bonheur. Partez à la découverte des bienfaits du minimalisme au quotidien à travers cette initiation introspective.

Le minimalisme est un concept consistant à déterminer ce qui est nécessaire dans sa vie, et par conséquent à vouloir s’affranchir du superflu (objets, tâches, contraintes, habitudes). Il n’existe pas de définition précise du minimaliste tout comme il n’y a pas non plus de liste précise de choses à faire ou à jeter pour devenir minimaliste. Le minimalisme est avant tout un état esprit, un cheminement personnel vers ses aspirations, le plus loin possible des contraintes qui nous font perdre notre énergie, notre temps et notre joie.

Le minimalisme vous aidera à améliorer votre quotidien en vous concentrant sur l’essentiel : en prenant conscience des excès qui nous entourent, en réfléchissant à ce qui nous rend réellement heureux et en se débarrassant de ce qui nous encombre physiquement et moralement.

Consommation minimaliste : ne plus acheter sans réfléchir

Nous vivons dans ce que l’on peut raisonnablement appeler une société de consommation. Autour de nous, de nombreuses choses nous incitent à consommer, allant même jusqu’à nous créer de nouveaux besoins et à nous habituer à acheter presque mécaniquement des produits superflus. Dans ce contexte, la première chose à faire est de s’interroger sur notre rapport à ces messages ou produits, et à se demander ce qu’ils nous apportent. Ai-je vraiment envie de manger ce biscuit dont je viens de voir la publicité ? En ai-je besoin ? Que va t-il m’apporter ? Si les réponses à ces questions vous poussent à douter du bien-fondé d’un achat, vous êtes sur la bonne piste pour mieux résister à la publicité et à la surconsommation.

Il est nécessaire de se demander si notre regard sur la consommation n’est pas profondément induit par la société, bien au-delà de nos besoins et notre plaisir. Perdre le sens de ses achats n’est pas qu’un dommage économique, cela impacte aussi notre emploi du temps, notre image, et de manière plus globale notre vie. Ces achats en plus de ne pas vous apporter grand-chose, peuvent même vous faire perdre d’autres éléments plus essentiels. Si vous trouvez d’avantage de bonheur à passer de bons moments en famille ou entre amis, ou à pratiquer une activité sportive, pourquoi utiliser de précieuses minutes ou heures à faire les magasins ou boutiques en ligne à la recherche de gadgets ?

Attention, le minimalisme n’implique pas le rejet total de certains biens ou modes de consommation. Une personne minimaliste a le droit de se faire plaisir, d’acquérir des produits qui n’ont pas particulièrement une fonction utile. Le tout étant de s’interroger et de limiter la consommation déraisonnée. À chacun de trouver l’équilibre dans sa propre consommation, et de mieux se concentrer sur le principal.

Intérieur minimaliste : faire le tri dans son logement et dans sa vie

Si vous réussissez à freiner vos achats compulsifs, vous pourrez également porter le regard sur ce que vous avez accumulé au fil des années, dans votre logement. Alors même que vous retrouvez au quotidien les mêmes meubles et objets chez vous, beaucoup d’entre eux seront devenus presque invisibles. Le temps obstrue parfois notre vision routinière, à tel point que certaines choses demeurent au-delà de toute logique. Un intérieur encombré insuffle un esprit encombré : faites le ménage dans votre maison pour libérer votre tête de préoccupations futiles.

Le temps du bilan est arrivé : ces biens accumulés dans votre logis vous rendent-ils heureux ou vous servent-ils à quelque chose ? Parcourez votre logement, faites un inventaire de ce qui se trouve dans chaque pièce et questionnez-vous sur chaque objet. Vous serez vite étonnés devant la masse de bibelots, souvenirs, appareils ou vêtements qui ne présentent plus d’utilité depuis des années. En gardant moins, vous économiserez en énergie car l’entretien vous demandera moins de temps.

 

Simplifier sa garde robe - I'm Priscilla

Prenons l’exemple de la penderie pour faire une première chasse aux intrus ! Parmi ces vêtements que vous conservez à la maison, lesquels n’ont plus été utilisés depuis plus d’un an ? Faites deux piles : l’une pour ces pièces que vous portez toujours, l’autre pour celles qui demeurent sans cesse au placard. Intéressons nous plus précisément à cette deuxième pile, en étudiant chaque vêtement au cas par cas : pourquoi ai-je acquis ce vêtement ? Pourquoi ne l’utilise-je pas ? Pourrais-je le réhabiliter ? Si vous arrivez à la conclusion qu’il n’a plus sa place dans votre armoire, il est temps de s’en débarrasser. Sur le même principe, occupez-vous de la cuisine, de la salle de bains et du salon, autant dans ce qui se cache dans vos placards que de ce qui s’affiche sur vos murs.

Que faire du superflu ? Une fois le tri opéré chez vous, ne cédez pas à la tentation de tout jeter à la poubelle et montrez vous éco-responsable. Ces objets qui ne vous servent plus pourraient faire le bonheur d’autrui. Leur réutilisation par d’autres permettrait de ne pas encourager la sur-production et la pollution qui l’accompagne. Si revendre vos objets (en état correct) est possible, pensez aussi aux dons à des associations, des particuliers ou même des proches. Le site Donnons.org vous permettra de proposer gratuitement vos objets dans votre ville : trouvez preneur, et remettez lui cet objet dont il fera meilleur usage. Au final, cet intérieur débarrassé de l’inutile vous permettra de vous concentrer visuellement, manuellement et mentalement sur l’essentiel.

Alimentation minimaliste : naturel et simplicité

Saviez-vous que le minimalisme pouvait également être bénéfique à votre santé ? L’alimentation est un facteur important pour notre bien-être et il convient de la soigner pour préserver sa santé. Minimaliser son alimentation, c’est avant tout la simplifier. L’idée n’étant pas de se priver mais de retourner aux sources, aux produits sains et naturels, cuisinés soi même et savourés.

Judith Crillen, auteure de Minimalisme : La quête du bonheur et de la liberté par la simplicité, explique dans son ouvrage comment pratiquer le minimalisme dans l’assiette à travers six conseils. « Manger moins mais mieux » permet de rééquilibrer nos habitudes alimentaires en commençant par consommer ce dont nous avons besoin et qui nous fait du bien plutôt que de se servir aveuglément. « Éliminer les aliments transformés », c’est éviter ces excès de sel, de sucre, de gras et d’additifs pour privilégier des aliments bruts, basiques et biologiques. « Cuisiner simple », car une bonne alimentation ne nécessite ni beaucoup d’ingrédients ni beaucoup de matériel et pas non plus trop de temps en cuisine. « Planifier les repas de la semaine », c’est le conseil que donne Judith Crillen pour organiser au mieux ses repas (et donc ses courses), échapper à la frustration de ne pas savoir quoi manger au quotidien et éviter le gaspillage. Avec sagesse, elle préconise également de « Prendre le temps », autant pour savourer son repas que pour favoriser sa satiété. Enfin « Prêter attention à son corps » pour mieux comprendre ses besoins et sa digestion afin d’éliminer tous désagréments liés aux excès ou à des aliments qui ne nous conviennent pas.

Inspirez-vous du minimalisme pour faire le tri dans votre vie et prendre d’avantage de temps pour ce qui vous importe le plus.

A lire aussi :

Minimalisme : La quête du bonheur et de la liberté par la simplicité, 12,95 euros, Rustica Editions.

© Rustica Editions

 

Partager
Commenter
Mots-clés
minimalisme
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]