Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

JOC : 90 ans après, des jeunes toujours en lutte

© THOMAS COEX / AFP
Partager

Pour ses 90 ans, la JOC organise un grand rassemblement autour de la dignité au travail ce samedi 15 avril.

Ce samedi 15 avril 2017 a lieu à Paris le rassemblement de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), intitulé « Jeunes privés d’emploi dignes, nous ne sommes rien, soyons tout ! ». L’occasion de revenir sur 90 ans d’existence et sur les nouvelles luttes d’une association aux différentes facettes.

La JOC est née en 1925 en Belgique sous l’impulsion d’un prêtre, Joseph Cardijn. S’inspirant de ce modèle, le père Guérin crée en 1927 une JOC française, dans le cadre de l’Action catholique de la jeunesse française (ACJF). C’est l’ACJF qui fédère les différentes associations spécialisées qui naîtront à la fin des années 1920 comme la JOC, la Jeunesse étudiante chrétienne ou la Jeunesse agricole chrétienne.

L’objectif était de rassembler des jeunes du mouvement ouvrier afin de réfléchir, d’analyser et d’agir sur et dans leur milieu social à la lumière de la foi. L’audience de la JOC croit très rapidement et traverse le XXe siècle puis prend peu à peu ses distances avec l’Église. À la fin des années 1960, alors que la JOC se tenait éloignée de la sphère politique à proprement parler, les personnalités qui inspirent désormais le mouvement (Che Guevara, Mao Zedong, Gandhi) témoignent de l’inflexion qu’elle subit.

La JOC fait de la transformation radicale des structures de la société son principal objectif, à tel point que la JOC belge abandonne toute référence chrétienne en 2014. Aujourd’hui, la JOC œuvre à l’insertion des jeunes dans la société. Elle compte 10 000 jeunes de 13 à 30 ans qui se rassemble régulièrement afin de faire remonter leurs aspirations. Enfin, elle constitue toujours un vecteur d’évangélisation et de partage interreligieux.

C’est dans cette optique qu’a lieu la journée sur les jeunes privés d’emplois dignes le 15 avril. Une journée événement au cours de laquelle seront proposées de multiples activités. Des temps de discussion autour de différents thèmes seront l’occasion pour les jeunes présents de faire part de leurs préoccupations. Les différents thèmes évoqués seront entre autres la répartition du travail pour plus de dignité, le renouvellement de nos manières de travailler dans la dignité, la redéfinition les besoins des jeunes pour accéder à l’autonomie, le renouvellement du système économique pour un travail digne pour tous ou encore la réussite de l’insertion professionnelle des jeunes. Ce sera également l’occasion de faire le point : un stand de la JOC reviendra sur l’histoire du mouvement, ses combats et ses pratiques et certaines initiatives des fédérations locales seront présentées.

Au programme de cette journée, des discussions, la proclamation des cahiers de doléances mais également des moments de partage interreligieux. L’objectif est d’interpeller les décideurs politiques, économiques et sociaux mais également d’échanger sur des expériences d’engagement ou de foi, vécus dans des milieux différents. Quelques moments plus ludiques ponctueront la journée, avec des ciné-débats (Demain, Comme des Lions, Merci Patron) et deux concerts : Babylon Circus et Sniper se partageront la scène pour finir la journée.

Plus d’informations ici.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]