Aleteia

Le procès en béatification de Jacques Hamel, prêtre et martyr, est officiellement ouvert

Partager
Commenter

Le procès en béatification du père Jacques Hamel, mort en martyr à Saint-Etienne-du-Rouvray en juillet 2016, s'ouvre officiellement aujourd'hui. Une date symbolique, en ce Jeudi saint où l'Église fait mémoire de l'institution de l'Eucharistie et honore tous ses prêtres.

« Faites-le vénérer ! » L’amicale injonction du pape François à l’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, n’est pas restée sans réponse. « La béatification du père Jacques Hamel ? Si je n’y pensais pas je serais sourd ! », avait déclaré avec humour Mgr Dominique Lebrun, au sortir d’une messe du Pape à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, en hommage au prêtre assassiné en juillet dernier. C’est désormais chose faite.

L’enquête diocésaine, première étape du procès en béatification du père Jacques Hamel, a été lancée ce jeudi 13 avril par l’archevêque de Rouen à l’issue de la messe chrismale, selon un communiqué du diocèse. Le Saint-Père avait accordé il y a six mois à Mgr Lebrun une dispense spéciale du délai canonique de cinq ans à respecter avant l’ouverture du procès.

Le père Hamel, élevé à la gloire des autels depuis longtemps

Le pape François a demandé aux prêtres ce jeudi matin, au cours de la messe chrismale dans la basilique Saint-Pierre au Vatican, d’incarner la « joie évangélique » et d’être semblable au « Cœur transpercé » du Christ doux et humble. Nul doute dans son esprit que le père Hamel a rendu le plus beau témoignage qui soit au Cœur transpercé de Jésus, à l’ « intégrité douce, humble et pauvre, qui attire chacun à Lui ». L’archevêque de Rouen racontait déjà comment le Pape avait demandé que la photo du père Jacques Hamel soit posée sur l’autel où il s’apprêtait à célébrer la messe en septembre dernier : « J’ai été chercher la photo dans mon sac, et tout de suite le Pape a dit à son secrétaire : “Posez-la sur l’autel !” ».

« Le père Hamel est un martyr ! », avait martelé le Saint-Père au cours de son homélie, et son martyre, avait-il fortement insisté, « il l’a accepté comme le Christ à l’autel, donnant sa vie pour ne pas renier Jésus ». Le 15 septembre 2016, le bréviaire du père Hamel avait été déposé symboliquement en l’église Saint-Bartholomée, à Rome. Une église confiée par Jean Paul II à la communauté Sant’Egidio — qui œuvre sans relâche à la paix dans le monde — et consacrée aux nouveaux martyrs du XXe et XXIe siècle.

La béatification, une démarche complexe mais qui devrait être rapide

La démarche vers la béatification du père Hamel va suivre le processus habituel, à partir du diocèse de Rouen. Un processus qui prendra plusieurs années, même si la procédure est plus simple lorsqu’il s’agit d’un Serviteur de Dieu mort « en haine de la foi », comme ce fut le cas du père Hamel. La béatification d’un martyr ne requiert pas de miracle car le martyre témoigne déjà d’une aide spéciale reçue de Dieu.

Le communiqué du diocèse de Rouen précise :

Le Père Paul Vigouroux, en tant que postulateur, est chargé de conduire le procès comprend deux grandes phases : une enquête diocésaine et l’examen de la cause à Rome. S’il aboutit positivement, le martyr du Père Jacques Hamel sera alors officiellement reconnu selon le critère de l’Église catholique : avoir subi la mort pour sa foi en Jésus Christ.
L’enquête diocésaine est donc ouverte. Les fidèles sont appelés à témoigner spontanément. En fait, beaucoup n’ont pas attendu pour écrire à l’archevêque. Une cinquantaine de personnes seront, elles, convoquées. Ce sont bien entendu les témoins directs de sa mort mais aussi ceux qui l’ont côtoyées de plus près : famille, prêtres, paroissiens, amis. Les auditions ne sont pas publiques mais faites en présence d’officiers assermentés. Parallèlement, les écrits du Père Jacques Hamel seront examinés par des théologiens assermentés. Il s’agit essentiellement des sermons et homélies ainsi que les éditoriaux du bulletin paroissial. Un grand travail de classement a déjà commencé grâce à une équipe compétente d’archivistes.

https://twitter.com/KTOTV/status/852505817031090176


Pour en savoir plus, découvrez la réponse de Mgr Jacques Perrier à la question : comment les « martyrs », les « bienheureux » et les « saints » sont-ils reconnus et proclamés ?

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]