Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Neuvaine pour les maladies cancéreuses

Partager

Priez cette neuvaine à Pérégrin Laziosi, patron des malades cancéreux et incurables.

Pérégrin Laziosi est né à Forlì vers 1265.  En 1282, la ville de Forlì, sous la juridiction du pape, se rebelle sous l’influence croissante du parti gibelin ; elle est, par la suite, frappée par un interdit (il y est interdit de célébrer les sacrements) du 18 novembre 1282 jusqu’à la reprise du pouvoir papal le 28 mai 1283.

Au cours de cet interdit, saint Philippe Benizi (+1285), prieur général des Servites, en visite chez ses confrères de Forlì, essaie de ramener les forlivois à la communion avec le pape, mais sans succès. Un groupe de gens le frappe et le chasse hors de la ville. Parmi eux se trouve le jeune Pérégrin qui, d’ailleurs, le gifle avec force, mais qui est profondément touché par l’attitude pacifique du saint homme qui prie pour ses persécuteurs.

Pris de remords, Pérégrin vient humblement lui demander pardon. Il se convertit et, plus tard, il demande à entrer dans l’Ordre, au couvent des Servites, à Sienne. Après quelques années, il retourne à Forlì, au couvent des Servites, où il mène une vie de prière, de pénitence, pratiquant des œuvres de miséricorde.

En 1325, atteint d’une gangrène à la jambe droite qui ne lui laisse pas d’autre choix que l’amputation, il se traîne, la nuit, jusqu’à la salle du chapitre, au pied d’une peinture du Christ crucifié où il prie en demandant la guérison.  La douleur est si vive qu’il perd conscience et, en rêve, il voit le Christ descendre de la Croix pour lui toucher sa jambe malade. Il se réveille et constate sa guérison.

Vingt ans plus tard, atteint par une forte fièvre, il meurt le 1er mai 1345. Le 27 décembre 1726, il est canonisé par le pape dominicain Benoît XIII. Son corps repose en la basilique qui porte son nom à Forlì. Sa fête est le 1er mai.

Voici la neuvaine à saint Pérégrin

Seigneur Jésus crucifié,
par une faveur merveilleuse
Tu as donné à Saint Pérégrin
un ange visible pour ami,
pour directrice de sa vie Ton admirable Mère,
et Tu fus toi-même son médecin
en le guérissant d’une plaie cancéreuse ;
accorde-nous, par ses mérites,
la grâce de T’aimer sans mesure
et de vénérer ici-bas et dans l’Éternité
la Vierge Marie et notre Saint Ange Gardien.
Toi qui vis et règnes
avec le Père et l’Esprit Saint
pour les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

O grand Saint Pérégrin,
toi qu’on a appelé « Le Merveilleux »
et qui fus guéri du cancer,
intercède pour nous auprès de Dieu et de Notre-Dame
en faveur des malades que nous te recommandons.
un Pater, un Ave et un Gloria
Saint Pérégrin, prie pour nous. (x3)


Source : Nominis.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]