Aleteia

Bordeaux : il fauche les voitures de ses curés pour aller voir sa petite amie

L'église Saint-Amand, à Bordeaux. © BOULOUMIE ERIC / HEMIS.FR / HEMIS / AFP
Partager
Commenter

En deux semaines, un jeune de l’aumônerie, sans permis, a volé deux véhicules aux prêtres de sa paroisse.

C’est d’un double-larcin bien inhabituel dont s’est rendu coupable un jeune du secteur paroissial de Caudéran à Bordeaux (Gironde) et dont le quotidien Sud-Ouest s’est fait l’écho. Le 18 mars, alors qu’il est venu en famille assister à la messe en la chapelle Sainte-Monique, il profite de la présence du prêtre à l’autel pour pénétrer dans la sacristie et s’emparer des clés de sa Citroën C3. Revenu à sa place, il s’éclipse discrètement avant la fin de l’office pour aller déplacer le véhicule. Dépourvu de permis de conduire en dépit de ses 19 ans, il va alors l’utiliser quelques jours, notamment pour aller voir sa petite amie, avant de devoir la laisser immobilisée en raison d’un accident.

Faute avouée à moitié pardonnée ?

Sans vergogne, c’est donc un deuxième prêtre de la paroisse qu’il dépouille de son auto, une Ford Fiesta, lors de la messe du 2 avril, en l’église de Saint-Amand cette fois-ci. Le jeune cleptomane réplique avec succès le même modus operandi que le 18 mars. À nouveau, il peut utiliser la voiture pour aller à Cenan où demeure sa dulcinée. Mais cette fois-ci, les abbés ne demeurent pas sans réagir. Plusieurs indices leur laissent entendre que ce jeune, originaire de Mérignac et familier de l’aumônerie, pourrait être à l’origine du double délit. Interpellé par les forces de police, il a reconnu les faits ce mardi 4 avril devant les enquêteurs rappelle Sud-Ouest. En attendant le confessionnal ?

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]