Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 28 septembre |
Saints Laurent Ruiz et 15 compagnons
home iconFor Her
line break icon

Comment élever des enfants reconnaissants ?

Petite fille heureuse

© Shutterstock

Caryn Rivadeneira - Publié le 05/04/17

Vos enfants n’apprécient pas tout ce que vous faites pour eux et trouvent toujours que l’herbe est plus verte chez leurs copains ? Vous n’êtes pas les seuls parents dans ce cas là ! 13 mères de famille se sont confiées à nous.

Vos enfants sont ingrats, ils trouvent toujours que l’herbe est plus verte chez leurs copains de classe ? Ils ont du mal à apprécier tout ce que vous faites pour eux ? Courage, vous n’êtes pas les seuls parents dans ce cas ! 13 mamans, qui tiennent vraiment à développer un sens de la reconnaissance dans leur foyer, nous livrent leurs meilleurs moyens d’y parvenir. Elles partagent leurs astuces, leurs petites leçons de gratitude pour faire évoluer positivement la vie de famille.

« Mes enfants n’apprécient rien. Ils sont vraiment ingrats. Ils ne se rendent pas compte de tout ce que je fais pour eux ». Lequel d’entre nous n’a jamais fait ce genre de remarques ? Tous, nous avons tendance à dire que nos enfants ne se montrent pas aussi reconnaissants qu’ils devraient l’être. Et c’est normal. En tant que parents, nous passons notre temps à donner, donner et encore donner, aussi il est facile de se dire qu’ils ne se rendent pas compte à quel point on travaille dur pour subvenir à leurs besoins. Mais le fait est que l’incapacité à savoir apprécier les choses ne date pas d’hier. A priori, nos parents ont pensé la même chose de nous. Mais si le problème a toujours existé, il n’est pas insoluble d’autant que l’ingratitude est une mauvaise habitude dont beaucoup ont ensuite du mal à se départir à l’âge adulte.
Cela vaut donc la peine de leur apprendre à faire preuve d’un peu plus de gratitude. Car s’ils apprennent tôt l’art de la reconnaissance, les bénéfices peuvent être nombreux. Faire preuve de gratitude empêche de se montrer amer et rancunier, développe une propension à la joie et à l’optimisme, et contribue à faire d’eux des personnes bonnes et généreuses. Tous ces éléments leur permettront à terme de connaître la paix intérieure. Or que pouvons-nous leur offrir de plus beau ?

Offrez-leur une nouvelle perspective

Cerith, l’une des mères interrogées, croit beaucoup en la force des images. Elle montre à ses enfants des photos évocatrices d’enfants du monde entier vivant dans des conditions bien moins agréables que les leurs et cela les aide, croit-elle, à apprécier les choses qu’ils considèrent d’ordinaire comme allant de soi. Il ne s’agit pas de les faire culpabiliser, explique-t-elle, mais juste de leur donner une perspective à laquelle ils ne sont pas confrontés d’habitude.
Nos enfants trouvent toujours que l’herbe est plus verte ailleurs – les maisons des autres sont plus belles, les jouets des copains sont mieux, ils partent en vacances plus loin… tout est toujours mieux que chez soi. Regarder les photos des enfants venant d’ailleurs les encourage à voir le monde d’une autre manière. Cela les aide à comprendre à quel point leur famille est riche, d’une manière générale ainsi que sur le plan émotionnel et historique.
Il peut également être utile de faire remarquer les disparités que l’on constate au quotidien. Marlena, par exemple, met un point d’honneur à rappeler à ses enfants qu’il y a des gens qui ont moins de chance qu’eux. S’ils laissent l’eau couler, elle leur explique que tout le monde n’a pas accès à des éléments de première nécessité comme l’eau, qu’eux ont la chance d’avoir à portée de main.
Une autre maman, Sheli, a même emmené ses enfants en voyage en Afrique, pour élargir leur vision du monde. En plus de constituer une formidable expérience de vacances en famille, ce voyage avait pour but de faire comprendre à ses enfants à quel point leur vie dans la banlieue de Chicago est privilégiée. D’après elle, ce voyage les a changés « pour toujours ».
Évidemment, il n’est pas nécessaire de partir de l’autre côté de la planète pour trouver des familles dans le besoin. Jamie, qui est originaire de Floride, a voulu marquer le coup pour le goûter d’anniversaire des 10 ans de sa fille en sponsorisant par la même occasion la fête d’anniversaire d’une petite fille moins chanceuse. « J’ai réalisé à quel point nous avions de la chance de pouvoir prévoir et organiser un super après-midi pour l’anniversaire de ma fille », explique-t-elle. D’habitude, les enfants du coin fêtent leur anniversaire au bowling ou dans une aire de jeux. Mais Jamie et son mari voulaient que leur fille réalise que ce n’est pas le cas pour tout le monde. « Nous avons donc décidé, via l’organisation Compassion International, de parrainer une fillette née exactement le même jour que ma fille. Quand nous avons reçu des lettres de Noellia en provenance de la République Dominicaine, le contraste avec la vie de ma fille était saisissant. Cela a vraiment permis de mettre les choses en perspective, que ce soit à son niveau ou à notre niveau de parents. »
Une autre maman, Nadia, raconte comment sa famille a décidé d’aider une mère qui avait perdu la garde de son enfant du fait de son incapacité à pouvoir subvenir à ses besoins. « Nous avions tout ce dont elle avait besoin, et nous ne nous en servions pas. Nous avons donc empaqueté tout un tas d’affaires, que nous sommes allées lui donner en famille. Elle a pu récupérer son bébé deux jours plus tard. Pour mes enfants, cela a été un message fort. Ils ont compris que même si nos propres finances étaient très limitées, nous pouvions être d’une grande aide. L’argent est souvent ce qui manque, mais il existe de nombreuses manières d’être riche. »

Faites vous-même preuve de gratitude tous les jours

D’autres mères ont à cœur de prendre le temps de s’arrêter pour attirer l’attention de leurs enfants sur leurs bénédictions au quotidien afin qu’ils en soient reconnaissants.
Tish, fait faire à sa famille un examen de conscience un peu modifié. Tous les soirs au dîner, chacun partage un « haut » et un « bas » de sa journée. « Mais si jamais on ne trouve pas de haut (parce que la journée a été vraiment mauvaise), on doit dire à la place une chose pour laquelle on est reconnaissant. C’est très bien pour nous aussi, les adultes, de se rendre compte de tout ce pour quoi on peut être reconnaissant même dans les pires journées. »
Judy avait un rituel similaire avec ses enfants quand ils étaient plus jeunes. Elle raconte : « J’avais pour habitude de me dire à moi-même et de dire avec eux : Merci Seigneur, dans les situations difficiles, qu’elles soient graves ou moins graves. » Des années plus tard, son fils devenu adulte s’en est souvenu dans un moment très sombre, alors qu’il avait subi une grave blessure à la tête. « Il a commencé par appeler les secours, mais ensuite il a remercié le Seigneur d’être toujours vivant. »
Lori, qui vit aux Etats-Unis, explique qu’en plus des petites occasions qui se présentent au quotidien, elle s’appuie sur les différentes fêtes pour faire preuve de gratitude, et notamment sur celle de Thanksgiving. « Pour Thanksgiving, nous tenons depuis une quinzaine d’années un classeur de la gratitude. Après le repas, nous sortons le classeur et des feuilles de papier que nous distribuons à tout le monde autour de la table. Nous demandons à chacun, qu’il soit un membre de la famille ou un invité, de noter les choses de l’année écoulée pour lesquelles il est le plus reconnaissant. Quand tout le monde a terminé, nous désignons une personne qui lit ce qui a été noté à voix haute et ensuite, on doit deviner qui a écrit quoi ! Certaines notes sont amusantes, d’autres touchantes, d’autres encore toutes simples. C’est aussi un beau moyen de se souvenir de ce pour quoi on a été reconnaissant au fil des ans et des gens que l’on a accueillis à notre table. Les petits mots des êtres chers qui ne sont plus parmi nous, avec leur écriture, ont une saveur particulière. Nous sommes reconnaissants d’avoir ces petites notes. »

Rendez vos enfants conscients du prix des choses

En tant que parents, nous souhaitons éviter que nos enfants se soucient des questions d’argent. Mais leur faire comprendre que la famille vit selon un budget prédéfini leur permet de connaître la valeur des choses et de faire donc preuve de gratitude. Quand ils comprennent que ce budget n’est pas illimité, ils râlent un peu moins et apprécient généralement les choses qu’ils ont eues malgré cette limite.
Annette raconte : « Nous avons traversé des années très difficiles sur le plan professionnel et donc financier. Désormais, mes enfants sont tellement reconnaissants pour ce qu’on leur donne ! » Même pendant ces périodes difficiles, la famille d’Annette avait pour habitude de prier « avec des mots exprimant la gratitude, tout le temps. Et nous partagions tout, autant que possible. Je voulais que mes enfants aient conscience que, même si nous vivions avec peu, nous avions peut-être plus que d’autres. »
Martie explique, elle, que le fait de parler à ses enfants du budget familial leur a enseigné la vertu de la patience et la manière d’acheter intelligemment. Ce n’est pas parce que les enfants n’obtiennent pas quelque chose tout de suite qu’ils ne l’auront jamais. « Cela fait une dizaine d’années que notre budget est serré, et les enfants savent que les courses dépendent des promos et des bons de réduction. » Il n’est donc pas inhabituel qu’elle entende : « Maman, je peux avoir ces yaourts pour mon pique-nique ? Oh, ils ne sont pas en réduction. Pas grave, je pourrai peut-être les prendre la semaine prochaine. »
Incitez-les à travailler pour obtenir ce qu’ils veulent
Alors qu’elle faisait des recherches dans un livre sur les principes des populations amish en matière d’argent, Lorilee explique qu’elle a ainsi compris l’intérêt de donner la possibilité à ses enfants de « s’offrir quelque chose avec l’argent qu’ils ont eux-mêmes gagné ». Ainsi, quand son fils a voulu sa première guitare, elle l’a poussé à faire des petits boulots, et à économiser l’argent reçu pour son anniversaire et pour Noël. Il a pu se la procurer au bout d’un an, et « il a été très reconnaissant ! »
Mais la problématique n’est pas nécessairement financière, déclare Deanna, une mère originaire de l’Illinois. Sa fille avait du mal à faire preuve de gratitude. Un jour, elle lui a donc demandé de « jouer la maman pour une journée » et lui a assigné les tâches qu’elle accomplissait d’habitude. Sa fille n’a pas tardé à lui dire « qu’être maman, c’est trop de travail ». Elle s’est alors rendu compte de tout ce que ses parents faisaient pour elle au quotidien.

Apprenez-leur à écrire des petits mots de remerciement

La gratitude, ce n’est pas juste être reconnaissant pour des choses ou des voyages, c’est apprécier les gens qu’il y a derrière. Stacy veut inculquer à ses enfants la capacité de dire merci aux personnes généreuses de leurs vies. Pour les anniversaires et les fêtes, ce n’est pas tant le cadeau qui compte que la personne qui se cache derrière. Elle insiste donc sur le fait que « chaque cadeau – quelle que soit sa taille – mérite une marque de reconnaissance : un SMS, un appel, une petite carte de remerciement. » Mais les remerciements doivent être adaptés en fonction des générations. « Pour la grand-mère de quatre-vingt-dix ans, on écrit une petite carte à la main ou bien on décroche son téléphone. Pour un ami, on peut simplement écrire un petit SMS de remerciement. »

Tags:
Éducation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
2
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
3
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
4
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
5
Anna Ashkova
Prière à saint Côme et saint Damien pour demander une guérison
6
WEB2-AD LIMINA-VISIT-AFP-000_9MK7MX.jpg
Agnès Pinard Legry
Ce qu’a dit le pape François aux évêques français
7
MATTHEW CARAVAGGIO
Abbé Gaëtan de Bodard
Comment le Seigneur veut la première place dans nos vies
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement