Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 18 mai |
Saint Eric de Suède
home iconAu quotidien
line break icon

Les 10 commandements d’une brocante réussie

Conseils pour réussir une brocante

© Camille Leclercq

Camille Leclercq - Publié le 04/04/17

Horaires stratégiques, techniques de négociation... Avec ce mémo, vous aurez toutes les cartes en main pour bien chiner lors de brocante ou de vide-greniers !

Dès le mois de mars et jusqu’à fin octobre, les brocantes et vide-greniers battent le pavé et la campagne. Si la simple idée de flâner au milieu des étals un matin de bonne heure nous réjouit, on est toujours heureux lorsqu’on ne revient pas les mains vides.

Bien chiner demande un peu d’expérience et, surtout, un peu de préparation. Voici un mémo qui vous aidera à dénicher le meuble ancien ou l’objet vintage dont vous rêvez.

1. Tôt tu te lèveras

L’expression « Premier arrivé, premier servi » n’a jamais été aussi vraie que pour une brocante ou un vide-greniers. Si vous voulez faire de bonnes affaires, la règle n°1 est de se lever aux aurores. Pour les brocantes (où exposent les professionnels), n’ayez pas peur d’arriver à 4h du matin. Bien souvent, les meilleures affaires se font la nuit. Pour les vide-greniers (où vendent les particuliers), renseignez-vous sur l’heure de début et mettez tout en oeuvre pour arriver en premier sur les lieux.

Il est aussi possible de faire de bonnes affaires en fin de journée, moment où les vendeurs préféreront brader plutôt que remballer mais, si vous recherchez un objet convoité, privilégiez le matin.

Objets anciens vide-greniers
© Camille Leclercq

2. De la monnaie tu prévoiras

Pensez à avoir de la monnaie. Par monnaie, nous entendons petites pièces. Eh oui ! Il est plus facile de négocier avec des pièces qu’avec des billets. Imaginez-vous en train de marchander pour faire baisser le prix de quelques euros et, ensuite, n’avoir qu’un gros billet à proposer. Vous risquez de perdre en crédibilité… Mieux vaut anticiper.

3. Bien équipé tu seras

Si vous recherchez des meubles, pensez à venir avec un véhicule adapté. N’oubliez pas de prendre un mètre pour vérifier les dimensions et vous assurer que le buffet ancien ou le secrétaire vintage que vous avez repéré passera là où vous souhaitez l’installer. Si vous envisagez d’acheter du matériel électronique, apportez des piles pour vérifier qu’il est en état de marche.

Prenez un sac pour ranger vos trouvailles, les exposants n’en ayant pas forcément. Prévoyez aussi un vêtement de pluie ou un vêtement chaud en fonction de la météo et un sandwich pour vous requinquer entre deux négociations.

Meubles anciens à chiner
© Camille Leclercq

4. Tu ne tergiverseras pas

Lorsqu’on chine, pas de place pour le doute. N’envisagez pas de faire un petit tour et de revenir plus tard pour acheter l’objet qui vous plaît. Il y a de grandes chances qu’il ait plu à quelqu’un d’autre et qu’il ne soit plus là à votre retour. Il y aussi une forte probabilité, qu’après une matinée à arpenter tous les stands au milieu de la foule, vous n’ayez plus le courage de retourner à l’endroit où vous aviez repéré l’objet en question. Donc, si vous avez un coup de coeur, foncez !

5. À l’affût tu seras

Ouvrez grand les yeux et regardez partout. Un trésor peut se cacher en-dessous d’une table, au milieu d’une pile de jouets ou au fond d’une cour. N’hésitez pas à fouiller dans les caisses, à soulever le bric-à-brac et ne négligez pas un stand qui, à priori, n’a rien à voir avec les objets que vous cherchez. La perle rare se trouve souvent là où on ne l’attend pas.

Conseils pour faire de bonnes affaires dans un vide-greniers
© Camille Leclercq

 6. Point trop tu négocieras

Lorsque vous chinez, bien sûr, n’hésitez pas à essayer de faire baisser un peu le prix. Cela fait partie du jeu. Attention toutefois à ne pas être trop « gourmand » lors de votre négociation au risque de passer à côté d’un objet qui vous plaît vraiment. Pour être sûr d’obtenir le prix le plus juste, renseignez-vous au préalable en regardant les tarifs pratiqués sur les sites de seconde main, chez les antiquaires ou dans les dépôts-ventes.

7. Des lots tu achèteras

Si vous voulez faire des affaires, n’hésitez pas à achetez en lot. Si vous achetez plusieurs objets, vous serez plus fort dans la négociation et le vendeur sera plus enclin à vous octroyer une remise. De votre côté, vous obtenez un bon prix; du sien, il vend en une seule fois et il est sûr de ne pas devoir rentrer avec ses objets le soir. Tout le monde est gagnant.

Lot de vaisselle brocante
© Camille Leclercq

8. Des copies tu te méfieras

Si vous êtes à la recherche d’un meuble d’époque signé, renseignez-vous en amont sur ses caractéristiques et le prix auquel il se vend pour être sûr de ne pas vous retrouver face à une copie. Sachez que seul un antiquaire pourra vous fournir un certificat d’authenticité.

9. Dans les petits villages tu iras

Pour faire de bonnes affaires, bannissez les grandes villes. Misez plutôt sur les petits villages où les prix sont plus attractifs et les objets anciens plus nombreux. Alors qu’en ville, les vide-greniers tiennent plus souvent du vide-dressing, à la campagne, les habitants ont tendance à se débarrasser d’objets de famille chargés d’histoire qui pourraient bien faire fondre votre âme de chineur.

Livres ancien brocante Place d'Aligre
© Camille Leclercq

10. Aux brocantes paroissiales tu penseras

Lorsqu’il s’agit de chiner, ne pensez pas qu’aux brocantes et vide-greniers de quartier. Pensez aux brocantes paroissiales : on peut y faire de belles trouvailles. Objets et meubles anciens d’église ou de séminaire, vaisselle vintage, laines, patrons de couture d’époque, vinyles… Ces brocantes sont souvent annoncées dans les feuilles de messe et sur les sites des paroisses. Pensez à les noter à l’avance dans votre agenda !

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
2
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
5
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
6
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
7
DIVINE MERCY
Philip Kosloski
Le pouvoir de la prière de 15h à la Divine Miséricorde
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement