Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Au secours, mon conjoint prend sa retraite !

Couple de seniors
Shutterstock
Partager

Elle fait rêver ou bien peur. La retraite est un véritable défi pour les couples. Nouvel équilibre à deux à trouver, nouvelle vie qui commence pleine de temps libre… Comment réussir ensemble les 20 prochaines années ? 

Dans 6 mois Louis part à la retraite. Si c’est une bonne nouvelle pour lui- il va enfin avoir du temps pour son cher vélo- c’est une inquiétude pour Liliane, qui craint de devoir «  lui faire des petites plats tous les midis ». Chez Marc et Virginie le constat est inversé, c’est lui qui a « peur de se sentir bon à rien et de traîner dans les pattes de (sa) femme ».

Un couple qui arrive à l’âge de la retraite a déjà vécu beaucoup de changements. L’arrivée des enfants a créé du neuf, leur adolescence a ébranlé les murs, et leur départ a laissé un grand vide, le fameux « syndrome du nid vide ». Et puis, virage de plus dans une vie conjugale, la retraite est-elle une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Fini les couples épuisés du siècle dernier, entre un travail devenu moins pénible et l’âge de la retraite abaissé, les retraités sont les seniors au statut envié et au portefeuille convoité de notre époque.

Les deuils à faire

Quitter son travail est source de deuils : celui d’une reconnaissance au travail, d’un rythme de vie, d’une bonne santé, d’une certaine indépendance. Les hommes en souffrent plus, d’une simple déprime au déclenchement d’une maladie. Anticiper sa retraite, c’est avoir d’autres centres d’intérêt que son travail, pour ne pas tout perdre d’un coup. Les femmes sont favorisées, ayant en général plus de relations amicales et d’engagements bénévoles ou de loisirs. Yvon a pris la présidence d’une association deux ans avant de partir de son travail, pour « nouer d’autres relations et savoir que, même sans travail, je peux être utile ». Pour Louis ça n’a pas été aussi facile, il partait tous les matins de chez lui pour aller traîner au café jusqu’à ce qu’il trouve le courage de rester chez lui et de s’occuper autrement. C’est son potager, dit-il, qui l’a sauvé de la dépression. Un phénomène plutôt masculin, pas assez connu et qui mérite la vigilance du conjoint : un jeune retraité qui passe des heures dans son lit chaque jour n’est pas juste fatigué, il a peut-être besoin d’une aide pour surmonter un début de dépression. C’est fort de ce constat qu’ont été créés de nombreux stages de préparation au passage à la retraite

La place de chacun

Hélène Vinot l’écrit dans son mémoire de conseil conjugal : «  les couples doivent s’ajuster à cette nouvelle situation, qui apporte de nombreux changements. Un ajustement réalisé seuls ou avec une aide extérieure. Ça peut prendre du temps et être douloureux pour les conjoints qui doivent se remettre en cause chacun personnellement. Ils en sortent grandis et ressentent un réel épanouissement personnel et dans leur couple. » Quand l’un des conjoints était très peu présent, il a besoin de temps pour se réapproprier les murs, et retrouver une place dans l’équilibre familial. Ainsi Marc s’est-il enfin mis à la cuisine, quand  d’autres en profitent pour revoir toute leur décoration. Fini les vieux rideaux à fleurs, vives les stores modernes. Une occasion symbolique de faire des choix à deux, de repenser en « nous » quand le travail l’a parfois peu permis. Luc et Janine ont, eux, acheté un chien pour « être sûr d’aller se balader ensemble ».

Une nouvelle vie qui commence

Une occasion de créativité, une nouvelle vie qui commence, il y a beaucoup de positif dans cette nouvelle phase. Les couples interrogés par Hélène Vinot en témoignent : c’est le bonheur d’être toujours ensemble, de prendre du temps pour soi, de s’engager dans du bénévolat, même de déménager. Louise et Yves ont rapidement mis les choses au point avec leurs enfants : dépanner pour les petits enfants, oui ; remplacer la nounou, non. Il leur a fallu tenir bon, pour parvenir à garder du temps pour le projet qu’ils préparent depuis 10 ans : un tour du monde en bateau.

Anne, assez inquiète, a tenu à écrire un projet commun avec son mari : ils ont fait la liste de leurs rêves, sans censure. Dans les semaines suivantes ils ont bâti des scénarios parfois improbables, puis ont choisi d’en garder trois. Ils se donnent un an pour choisir ensemble le rêve qu’ils veulent réaliser. Déménager, créer une association caritative, ouvrir des chambres d’hôtes, ils n’ont pas encore décidé. Ce qui est sur c’est qu’ils veulent trouver un équilibre entre du temps pour eux et du temps qui ait du sens.

Plus de temps, c’est aussi plus de tendresse pour certains couples, comme si un rythme ralenti permettait de profiter de chaque instant, d’un café au calme, d’une sieste sans remords. A chacun sa manière de relever le défi, parce que son couple le vaut bien !

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]