Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 25 février |
Saint Nestor de Pamphylie
home iconActualités
line break icon

Présidentielle 2017 : En déprime et décliniste, la France vue par un sondeur

Sylvain Dorient - Publié le 25/03/17

Rencontre avec Matthieu Chaigne, spécialiste des sondages qui signe un livre en noir et gris du moral des Français : "La France en face", présenté au 37e salon du livre de Paris.

« Je ne donne pas mon opinion personnelle, mais je prends le pouls du pays », assure Matthieu Chaigne auteur de La France en face — actuellementprésenté au 37e salon du livre de Paris et cofondateur de l’observatoire des sondages et tendances émergentes, Délits d’Opinion. Le diagnostic du docteur n’en est pas moins critique.

Les études accumulées par Matthieu Chaigne démontrent que les Français ont le sentiment d’un déclassement économique de leur pays dans la compétition mondiale. Ce sentiment diffus ne correspond pas forcément à une réalité, du moins pas pour tous, mais il est très prégnant : les Français que Matthieu Chaigne interroge aujourd’hui ont le sentiment que leur pays décline. À cette angoisse économique s’ajoutent les inquiétudes identitaires, liées notamment à la perception d’une part croissante de nos concitoyens d’une islamisation rampante de la société.

Un pays impossible à réformer

Dans ce contexte où le déclin du pays est assumé par une majorité de citoyens, les mêmes se montrent pourtant réticents à accepter des efforts, trop incertains d’en voir un jour les effets. Une réticence étayée par trente années de réformes qui n’ont pas été menées jusqu’à leur terme, explique l’auteur : « Le Français, c’est le patient qui a une seringue dans le bras depuis trente ans, avec au mieux un bout d’antidote et au pire un placebo… Il a donc l’impression d’avoir fait énormément de sacrifices et que ces sacrifices n’ont mené à rien. » Par conséquent, le président élu en 2017 devra déployer des trésors de pédagogie pour tenter quelque action que ce soit. Enfin, l’idée même d’un avenir commun est mise à mal par une division du pays en communautés, sans le moindre intérêt commun, qui se fait jour pas à pas et que tous déplorent, selon Matthieu Chaigne. La critique des élites, disqualifiées aux yeux des Français, s’ajoute à celle des médias : « Il y a 20 % des Français qui sont convaincus que les attentats de 2015 n’ont pas eu lieu comme les médias les décrivent aujourd’hui ».

Emmanuel Macron ou Marine Le Pen

La plus large part des Français sondés se révèlent déprimés et déclinistes, partagés entre deux tentations contraires : ouvrir le pays à la mondialisation ou se replier sur leur identité. Les plus « mondialistes » grossissent les rangs des partisans d’Emmanuel Macron, les autres ceux de Marine le Pen. Une division entre gagnants et perdants du libre-échange qui transcende le clivage traditionnel droite gauche, et joue un rôle décisif dans l’élection qui vient. Le FN présente, dans le cadre de cette élection, un atout : il est mentalement associé par la majorité des sondés à l’idée qu’ils se font de l’identité française. « Si on lui laisse le monopole des questions identitaires, le FN va gagner », assure Matthieu Chaigne. Peut-être pas dès 2017, mais « à moyen terme ».

En dépit d’un diagnostic bien sombre, Matthieu Chaigne relève que l’idée même de crise donne aux Français l’espoir de voir le bain tiède dans lequel ils sont plongés se réchauffer un peu : « François Hollande a été le dernier président du statu quo et les Français ont acquis la conviction que ne rien faire, c’était se laisser mourir ». L’auteur voit donc dans les initiatives individuelles telles que les associations locales ou les nouvelles habitudes de consommation des réponses positives à ce sentiment de marasme. À ses yeux, nos compatriotes admettent désormais que les élites politiques ne les sortiront pas de la crise, mais que les individus eux-mêmes ont le pouvoir de changer leur société localement.

La France en facede Matthieu Chaigne. Éditions du Rocher, 2017, 18,50 euros.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Le pape François accepte la renonciation du cardinal Sarah
2
ANMOL RODRIGUEZ
Ewa Rejman
Défigurée à l’acide, mannequin, Anmol livre une fabuleuse l...
3
Les moines bénédictins
Père Christian Venard
Une nouvelle abbaye bénédictine en France !
4
NEWBORN,
Mathilde de Robien
Dix prénoms originaux dérivés de Joseph
5
ANGELS
Marzena Devoud
Comment les anges communiquent-ils entre eux ?
6
Domitille Farret d'Astiès
Témoignages : heureux comme un scout !
7
Jeanne Larghero
La liberté de ne pas croire, un droit de l’homme ou un non-sens ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement