Aleteia

Gomis, la star de l’OM, confie chacun de ses matchs au Seigneur

Gomis, l'1visible /Il est vivant
Partager
Commenter

L'attaquant de l'Olympique de Marseille est un bel exemple d'unité de vie.

Le dimanche matin, l’Église connait un concurrent taille : le football. Car aux grâces de la sainte messe, certains préfèrent parfois les images de Téléfoot. Pourtant, le ballon rond est loin d’être incompatible avec la vie spirituelle, bien au contraire, et l’attaquant de l’OM Bafétimbi Gomis en est un bel exemple.

Jeudi 23 février, lors de son retour à Marseille pour la saison de l’OM, Bafétimbi Gomis, Bafé pour les intimes, avait confié avec beaucoup de simplicité au journaliste Fabrice Lamperti la clé de sa réussite : il croit en Dieu. Pour lui, offrir au Seigneur ses succès et ses échecs, comme sa blessure au genou du 12 février, c’est une manière de vivre sa foi, dans un milieu qui y est peu propice : « Je suis allé à la Bonne Mère quand j’ai signé à l’OM pour prier. Je suis très croyant. » Depuis ses débuts dans la profession, Bafé Gomis collectionne les victoires, fruits de son talent, d’un entraînement assidu, et – qui sait ? – d’un petit coup de pouce venu de Là-Haut ? Aujourd’hui footballeur international, on lui compte déjà douze sélections et trois buts.

La foi, pilier indispensable de Béfé

« J’ai fait des bêtises comme tous ceux qui ont grandi dans des quartiers sensibles peuvent en faire. Tout ça aurait pu mal tourner et finir dans la grande délinquance. J’ai des frères qui sont tombés dedans. C’est vraiment la foi qui m’a sorti de là. » Aujourd’hui encore, la foi est un pilier indispensable à Bafétimi, pilier qui l’aide à unir vie familiale et vie professionnelle. Et avec un naturel saisissant, Bafétimbi n’hésite pas à confier ses matchs au Seigneur : « J’ai prié pour remercier Dieu de me faire vivre ces moments-là, de protéger  ma famille et de me faire réussir une bonne saison. » 

Gomis est un bel exemple de vie d’un croyant dans le milieu sportif surmédiatisé. Il ne manque pas une occasion d’exprimer sa foi : à la fin des matchs, sur les réseaux sociaux notamment sur Twitter où il a posté dernièrement une photo de la bougie qu’il a déposé au dessus de son vestiaire : « Je l’ai toujours fait. Cette bougie, je l’ai achetée à Notre-Dame-de-la-Garde. C’était un clin d’œil, une manière de penser à mon père (disparu en début d’année) qui m’a toujours supporté », explique-t-il à un journaliste.

À 31 ans, marié et père de 2 enfants, footballeur à l’OM et croyant déterminé, Bafétimbi Gomis nous donne un bel exemple de vie : la réalisation de ses passions dans la foi du Christ.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]