Aleteia

Avec l’AED, 5 idées pour soutenir les chrétiens persécutés

© Marc-Antoine Mouterde
29 Janvier 2016 : Veillée de prière en la cathédrale Notre-Dame de Paris à l'occasion de la huitième nuit des témoin de l'AED (Aide à l'église en détresse). Des fidèles viennent déposer des bougies en hommage au chrétiens persécutés. Paris (75), FRANCE.
Partager
Commenter

Chaque année, des chrétiens sont martyrisés pour leur foi, afin que leurs souffrances ne soient pas oubliées, l’Aide à l'Église en détresse se fait leur porte-parole.


1. La prière


« Il faut toujours prier comme si l’action était inutile et agir comme si la prière était insuffisante » disait sainte Thérèse de Lisieux. La petite carmélite n’a pas été nommée sainte patronne des Missions pour rien. Parce que cloîtrée dans son Carmel elle a davantage œuvré à la conversion des âmes par la prière que bien des missionnaires. Et lorsqu’une âme parle, le corps se tait, écoute et agit. Le pape François l’a d’ailleurs rappelé en mai dernier. Si la prière n’est pas « une baguette magique », le Saint-Père rappelle que « Dieu exauce toujours et sans tarder la prière de ceux qui crient vers Lui jour et nuit ». Un cri qui n’est pas sans rappeler celui poussé par Grégoire III Laham, patriarche de l’église catholique melkite « Ne nous laissez pas disparaître ».

En ce début de Carême, l’archevêque maronite de Damas, Mgr Samir Nassar, a parlé de « Carême en larme » pour les chrétiens syriens persécutés. Sœur Annie, religieuse œuvrant en Syrie va plus loin « durant la messe du mardi Gras, je me suis dis que nous sommes en Carême depuis six ans ».


2. Le témoignage


Parce que l’oubli est pire que la mort. Plus que jamais, il faut témoigner de la joie d’être chrétien et se montrer convaincu du message de Vérité pour lequel nombre de nos frères meurent partout dans le monde. Parce que « le pardon n’est ni oubli ni silence ». C’est pourquoi il faut écouter ceux qui souffrent et témoigner de leur foi lorsque ceux-ci ne peuvent plus le faire. C’est pour cela que l’Aide à l’Église en détresse (AED) organise cette année la neuvième édition de La Nuit des Témoins. Pour permettre aux représentants d’églises persécutées de venir témoigner de la dure réalité de leur quotidien mais également pour transmettre un message d’espoir. Le père Jacques Mourad, qui fera partie des Témoins 2017, a été notamment retenu prisonnier par Daech pendant cinq mois avant de s’évader. Ce moine syrien, aujourd’hui réfugié au Kurdistan, reste convaincu de l’importance du maintien de l’harmonie islamo-chrétienne. Harmonie  à laquelle il doit la vie : « Après trente ans d’amour et d’énergie dédiés à l’harmonie islamo-chrétienne, j’ai été sauvé par mes amis musulmans».


3. L’aide concrète


Les associations disposant de peu de moyens ne manquent pas. Que ce soit au Moyen-Orient, en Afrique ou en Asie, elles sollicitent constamment et ce n’est pas sans raison. Parce que vivre a un prix, les communautés chrétiennes persécutées ont besoin d’aide pour rester chez elles. « L’aumône est sœur de la prière. » disait Victor Hugo. Pour les 18-35 ans, l’AED propose d’ailleurs de partir trois semaines en mission auprès des chrétiens persécutés entre le 15 juillet et le 15 août 2017. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 mars 2017.

L’AED assure ainsi une grande variété projets partout dans le monde, de la protection d’un séminaire au Pakistan à la distribution de cadeaux de Noël aux réfugiés d’Irak.


4. Participer à la Nuit des Témoins de l’AED


Une fois par an, l’AED organise un événement rassemblant des représentants de ces communautés chrétiennes persécutées. Ces veillées de prière et de témoignages rendent hommage à ceux qui ont été tués parce qu’ils étaient des disciples du Christ. Cette année, le frère Jacques Mourad (Syrie), le père Philippe Blot (Corée du Nord) et mère Catherine Kingbo (Niger) viendront témoigner de leurs expériences respéctives. Cette Nuit des Témoins aura lieu du 23 au 27 mars à Reims, Paris, Monaco, Sainte-Anne d’Auray et Perpignan.

À Reims : jeudi 23 mars, 20h-22h, en l’église Saint-Jacques avec Mgr Bruno Feillet.

À Paris : vendredi 24 mars, 18h15 messe, 20h-22h veillée, en la cathédrale Notre-Dame de Paris avec Mgr Jérôme Beau.

À Sainte-Anne d’Auray : samedi 25 mars, 20h30-22h30 en la basilique Sainte-Anne avec Mgr Raymond Centène.

À Monaco : dimanche 26 mars, 20h30-22h30 en l’église Saint-Charles avec Mgr Bernard Barsi.

À Perpignan : lundi 27 mars, 20h-22h en la chapelle Saint-Jean-Paul II – Parc Ducup avec Mgr Norbert Turini.


5. Relire saint Paul


« Ainsi, nous sommes accablés par toutes sortes de détresses et cependant jamais écrasés. Nous sommes désemparés, mais non désespérés, persécutés, mais non abandonnés, terrassés, mais non pas anéantis. » (Corinthiens)

Saint Paul, qui avait dédié sa vie à persécuter les premiers chrétiens, a embrassé la foi de ses victimes sur le chemin de Damas pour connaître à son tour la persécution et le martyre. Ces mots de l’Évangile font tristement échos au terrible constat fait par l’AED : l’Irak a perdu 90% de sa population chrétienne en 10 ans. Un exil qui s’observe aussi en Syrie qui a vu plus de la moitié de sa population chrétienne quitter le territoire. De manière globale, les chrétiens constituent la communauté religieuse la plus persécutée au monde. D’après l’Index mondial de persécution des chrétiens, ils sont 215 millions à connaître la persécution en 2017, un chiffre croissant depuis quatre ans. Le record de cette triste palme revient à la Corée du Nord. Un pays que le père Philippe Blot, participant à la Nuit des Témoins, connaît bien : ce prêtre français tente de soutenir les réfugiés nord-coréens arrivant en Corée du Sud mais aussi en Chine. « Je veux aussi témoigner pour tous ceux qui n’y arriveront jamais vivants » car, « au cours de mes expéditions en Chine, j’ai vu les horreurs que les humains peuvent s’infliger les uns aux autres ». Pour le prêtre, il est impossible de savoir si des chrétiens survivent encore en Corée du Nord. « Aucune Église souterraine n’est connue, et l’unique église catholique du pays est dirigée par un policier ! »

La Nuit des Témoins, c’est en quelque sorte l’application de ce verset : nos frères persécutés ne seront pas abandonnés ! Vous étiez 5 000 à participer à la Nuit des Témoins en 2016, soyez à nouveau présents cette année pour que toutes les églises soient remplies !

Partager
Commenter
Mots-clés
aed
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]