Aleteia

Koh Lanta : Denis Brogniart, l’authentique

© Alain Issock
Partager
Commenter

A l'occasion de la 17ème édition de Koh Lanta diffusée en ce moment sur TF1, l'animateur télé Denis Brogniart nous livre ses impressions de voyages...

Depuis 15 ans, Denis Brogniart, l’animateur vedette de Koh Lanta, parcourt le monde et tourne dans les endroits les plus beaux et les plus sauvages de la planète. Sympathique, jovial et ouvert aux autres, c’est un homme pressé qui prend aussi le temps de voyager en famille. Nous l’avons rencontré, alors qu’une nouvelle saison de l’émission phare de TF1 vient de débuter…

Vous avez toujours eu cette passion du voyage ?

Denis Brogniart : Avec mes parents, on ne voyageait pas beaucoup. J’ai découvert les voyages à travers ces grands sportifs qui partaient à l’autre bout de la planète pour des compétitions. Los Angeles et les JO qui ont été organisés en 1984 m’ont fasciné. C’est un peu comme regarder le Tour de France et avoir l’impression de visiter la France ! Je suis toujours autant fasciné par la magie du voyage et je n’ai aucune lassitude. C’est aussi pour cela que j’aime Koh Lanta car en plus d’être un vrai défi d’aventurier, cette émission me permet de voyager dans des endroits insolites.

Quelles sont vos destinations préférées ?

Denis Brogniart : J’aime les villes comme Buenos Aires et New York et je suis dingue de l’Asie ce qui ne m’empêche pas de m’extasier quand je traverse la France. L’année dernière, j’ai découvert la région de Rocamadour en famille. J’adore aussi la Corse et je suis très reconnaissant aux Corses d’avoir protégé leur île.

En voyage, que préférez-vous ?

Denis Brogniart : L’authenticité. Je n’ai pas besoin d’être dans un palace pour être bien ! Une paire de tennis et une bonne dose de dépaysement me suffisent. En ville ou en plein désert, j’ai besoin de courir. Je cours pour effacer mes excès et pour réfléchir. Je ne fais pas attention à ce que je mange et je profite pleinement de la vie alors il faut bien que je compense ! Je me souviens d’une course absolument magique en plein milieu des dunes de Merzouga lors d’un marathon des sables. J’essaie d’avoir une activité sportive régulière sans que cela empiète sur ma journée. Un jour, j’espère traverser l’Atlantique à la voile…

Vous souvenez-vous de belles rencontres lors de vos voyages ?

Denis Brogniart : C’est lorsque je suis en tournage que je fais les plus belles rencontres car je suis seul et anonyme dans des endroits lointains. Je me souviens d’être passé dans un village près de Koh Rong au Cambodge lorsque j’ai entendu des cris. Là, sous mes yeux, un accouchement se passait mal… Par chance, le médecin de Koh Lanta n’était pas loin et il a pu intervenir pour soigner cette très jeune femme.

Quel est votre passe-temps favori en voyage ?

Denis Brogniart : Faire des photos et non être connecté ! Pour moi, il y a la langue du regard et celle du sourire. J’aime saisir ces moments fugitifs qui se passent autour de moi. Je suis un aficionado de Sebastiao Salgado et de Vincent Munier. Deux photographes voyageurs. Avec les tournages de Kho Lanta j’ai souvent eu l’occasion d’aller en Asie et j’ai souvent sympathisé avec des bonzes. Par chance, ils parlent anglais et ils sont aussi curieux que moi !

Avez-vous pensé un jour faire une retraite ?

Denis Brogniart : Pour l’instant, je n’ai pas le temps mais pourquoi pas. Ma tante était carmélite. Je ne suis pas un accro de mon smartphone alors la question se pose un peu moins. D’ailleurs, je demande à mes enfants de poser leur téléphone lorsqu’ils sont en vacances. Je préfère faire du snorkeling avec eux. J’essaie de leur transmettre cette envie de voyager.


>> Koh Lanta Cambodge, tous les vendredis à 20h55, à partir du 10 mars 2017 sur TF1.


Tags:
VIP
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]