Aleteia

De la Drôme à Erbil, des maisons en kit pour les chrétiens d’Irak

© Logelis
Partager
Commenter

L'entreprise Logelis livre des maisons démontables pour ouvrir de nouveaux horizons aux chrétiens réfugiés au Kurdistan irakien.

1,5 million de réfugiés irakiens ont fui devant l’avancée de l’État islamique, et 25% d’entre eux sont encore sans logement fixe. Si les régions qu’ils ont habitées sont susceptibles d’être prochainement libérées, comme l’indique l’offensive en cours à Mossoul, l’ampleur des destructions pourrait retarder leur retour, sinon le décourager. « Ils ont à nouveau l’espoir de pouvoir revenir chez eux, mais ils ont vu les ruines de Sinjar, [ville située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Mossoul, reprise à Daesh en novembre 2015] qui a été détruite par les combats. Comment revenir chez eux dans ces conditions ? Où habiter ? », s’interroge Vincent Gelot, responsable de l’Œuvre d’Orient en Irak.

Des maisons transportables

D’où l’idée de s’associer avec Logelis, une entreprise française fondée par Renaud Sassi, spécialisée dans la construction de bâtiments transportables. En 2016, l’entreprise avait déjà réalisé une église démontable pour les réfugiés. Le dernier contrat prévoyait quant à lui la préparation, l’acheminement puis le montage de 69 habitations couvrant une surface de 35, 40 ou 65m² dans la ville d’Erbil.

Les irakiennes dessinent leurs maisons

En amont, les femmes irakiennes ont été invitées à dessiner leurs maisons pour  inspirer les plans des constructeurs. Puis les panneaux ont été construits à Roman-sur-Isère, dans la Drôme, avant d’être acheminés en trois semaines jusqu’à Erbil, où ils ont été montés par des artisans recrutés et formés sur place. Renaud Sassi explique : « Nous proposons des ateliers d’ossature métallique, de menuiserie, de portes et de fenêtres. Notre concept nous permet d’avoir des structures bien isolées, ce qui n’est pas souvent le cas en Irak, où règne le tout-parpaing ! Et ce, alors que l’amplitude thermique s’étend de +50°C à -10°C ! »

© Logelis
© Logelis

La Drôme – Erbil en trois semaines

Erbil n’est pas nécessairement la destination finale de ces habitats démontables, comme le précise Vincent Gelot : « Avec cette maison, les réfugiés savent qu’ils ont un chez eux. Ils peuvent rester mais aussi repartir avec. Ils pourront la ramener jusqu’à leur ancien domicile si, sur place, tout est détruit ». Une fois montées, ces habitations peuvent effectivement être transportées entières, ou divisées en deux avant d’être chargées sur des camions.

Ojectif : 6000 maisons en kit

La solution de la maison démontable ouvre de véritables perspectives aux réfugiés. Mais ces logements peuvent aussi connaître d’autres usages afin d’œuvrer à la reconstruction et à la paix. Ainsi, plusieurs des maisons récemment livrées seront assemblées et installées dans la plaine de Ninive.

À terme, l’Œuvre d’Orient et Logelis souhaitent construire 6000 maisons destinées à des réfugiés. Une coopérative ouvrière pourrait même être montée en Irak pour y fabriquer et assembler les panneaux..

« Une relation de confiance s’est installée avec les réfugiés irakiens, en tant que Français, nous sommes très bien reçus. L’enjeu, c’est la présence des chrétiens en Orient, rien de moins ! »,  témoigne Renaud Sassi.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]