Aleteia

Prier et partager entre médecins catholiques

© Pixabay
© Pixabay
Partager
Commenter

Lancées il y a une dizaine d’années par la communauté de l’Emmanuel, les Fraternités de Médecins sont implantées dans une quinzaine de villes en France.

Depuis la création « d’Emmanuel Médecins » en 2007, ces fraternités proposent aux médecins d’une région de se retrouver pour prier et partager leur foi en petits groupes d’une dizaine de membres. Les médecins ayant bien souvent des agendas remplis, les réunions se déroulent le temps d’une soirée tous les deux mois et chacun est invité tous les ans à rejoindre Paray-le-Monial pour le grand rassemblement international des médecins catholiques. Organisé cette année le week-end du 11 et 12 mars, le thème portait sur « le regard ».

Un lieu unique pour partager en vérité sur son métier

Pour le Dr François Mabilais qui est membre d’une fraternité à Rouen depuis le début de l’initiative : « C’est un lieu vraiment unique qui permet d’échanger sur le plan aussi bien intellectuel que sur un passage d’Évangile ou encore sur la spiritualité personnelle de chacun ». Les expériences partagées par les uns et les autres sont très variées puisqu’il y a aussi bien des chirurgiens que de médecins de campagne, des dentistes ou encore des praticiens hospitaliers. Les jeunes sont aussi de la partie dès qu’ils franchissent le cap de l’internat. Car comme le rappelle notre médecin rouennais : « C’est un des impératifs de la démarche : il faut que les médecins soient au contact des patients ».

Ne pas rester seul

L’atout majeur de ces fraternités est de permettre à leurs membres de ne pas rester seuls face à des questionnements éthiques ou moraux. Tout comme pour le Dr François Mabilais, pour chaque membre il est en effet « rassurant de savoir que d’autres médecins sont confrontés aux mêmes limites et problématiques dans l’exercice de leur profession. C’est une façon de s’entraider par les témoignages des uns et des autres et c’est précieux ».

Des relations humbles et profondes

La dimension fraternelle de ces réunions est primordiale et, comme l’explique François Mabilais », tous ceux qui font partie des fraternités remarquent avec joie qu’une relation faite de simplicité s’instaure entre tous. L’organisation très pyramidale de la profession médicale s’estompe et on n’est plus le chef de service ou le petit interne tout frais ». Les regards portés sur les confrères deviennent des regards posés sur des frères.

Mieux servir les malades

À la lumière de la foi catholique et de la raison, les membres sont souvent accompagnés par un prêtre mais ce n’est pas systématique dans chaque fraternité, comme l’indique le Dr Mabilais. Selon lui, ces réunions « permettent à chacun, quelque soit son niveau hiérarchique d’apprendre à mieux servir les malades et à respecter la vie humaine de l’origine à son terme ».

La charte du Christ médecin

Les membres des fraternités s’engagent à respecter « la charte du Christ médecin » que l’on peut retrouver ici.

Établie pour la fête de Notre Dame de Lourdes en 2008, à travers elle, c’est une santé qui s’inscrit dans la perspective du bien des personnes, des couples et des familles, ainsi que le demande l’Église en se conformant également au serment d’Hippocrate.

Comment rejoindre une fraternité ?

En allant visiter le site de la communauté de l’Emmanuel ici.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]