Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 27 février |
Saint Grégoire de Narek
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Choisir, c’est renoncer : en couple, pas de « plan B » !

couple

©unsplash

©unsplash

Bénédicte de Dinechin - publié le 08/03/17 - mis à jour le 22/01/24

Est-ce le bon ? Est-ce que je ne me suis pas trompé(e) ? Et si l’herbe était plus verte de son côté ? En amour, le « plan B » est un vrai danger. Pour bâtir du durable en couple, nous avons besoin d’une confiance renouvelée, sans retour possible.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Un « plan B », quel qu’il soit, rassure les anxieux.  Qui n’a jamais pensé : « pas grave s’il n’y a plus de place au cinéma ce soir , j’ai déjà repéré une pizzeria au cas où .» Autant dire que vous ne mettrez pas toute votre énergie à partir tôt au cinéma, comme si une part de vous avait déjà renoncé. Et bien dans le couple c’est un peu le même procédé.

Un plan B empêche de se donner sur le long terme

Un des quatre piliers de la construction d’un couple est de « faire des projets ». Cela nécessite de se parler, de se faire confiance et de s’engager sur le long terme quoi qu’il arrive. On ne met pas autant d’énergie et d’argent à rénover un appartement de location que la maison qu’on achète pour toute sa vie. L’aventure du mariage est ainsi un formidable moyen de bâtir ensemble sur la durée à condition que votre engagement soit total et sans condition, sans solution de repli. Vous ne vous mariez pas seulement « parce que vous vous aimez » mais « parce que vous voulez vous aimer ». La volonté est au service de l’amour qui nous fait grandir.

Pourquoi faire des efforts en couple ?

Le « plan B » n’est hélas pas qu’une invention d’adolescents immatures ou d’amoureux timorés, c’est hélas souvent une réalité conjugale. « Pourquoi faire des efforts, puisque c’est si facile de divorcer et que Manu vient justement de rompre avec Justine… » Sarah* dit tout haut ce que beaucoup d’hommes et de femmes pensent tout bas. Un reflet du couple vu comme un lieu refuge dans un monde difficile, et la méconnaissance totale d’un amour qui donne, qui se donne. Arrivé à ce stade, deux solutions : Sarah quitte Paul pour Manu avant de retrouver Léo quelques années plus tard et beaucoup d’idéaux en moins. Ou alors, Sarah veut croire à son couple, elle s’achète des paquets de Kleenex et chasse de son imagination (et de sa liste de contacts) les « plans B » qui risquent de faire couler son couple. Merci à la vraie Sarah d’avoir osé confier que cette tentation avait failli mettre fin à dix ans de mariage, avant qu’une prise de conscience ne l’amène à remettre toutes ses pensées et son énergie dans son « plan A ».

Pourquoi continuer à supporter les ronflements de Jules, et sa manie de laisser trainer chaussettes et caleçons ? Pourquoi supporter plus longtemps la déprime de Julie qui ne retrouve pas de travail ? « Ce ne doit pas être le bon » murmure l’air du temps. Trouves-en un(e) autre » susurrent les affiches de métro et les réseaux sociaux. Mais non, la fidélité est un engagement, les fidélités successives sont un alibi !

Savoir couper les ponts

Comment résister à l’obsolescence programmée du couple ? En bannissant les « plans B » non seulement de son vocabulaire, mais de son esprit. Exit cet ami(e) Facebook, très (trop) beau sur ces photos de plage, stop aux SMS avec les copines pour déblatérer sur votre chéri, finis les déjeuners avec votre nouvelle collègue si sympathique. Parce que votre plan A le vaut bien. Et parce qu’après le plan B, il risque fort d’y avoir un plan C… ou un plan B vous concernant ! Luc s’est accroché avec Magali. Pendant des mois il a supporté fatigue et mauvaise humeur. Il lui a fallu être persévérant, et il remercie… son entraineur sportif  !  « J’ai fait du sport de haut niveau. J’y ai appris les échecs puis à retrouver le podium, grâce à notre persévérance. Nous n’avions pas le choix, il fallait se battre pour rester au top ».
Ce qui l’a aussi aidé, c’est d’avoir coupé les ponts avec sa vie d’avant : « je sais que c’est elle que j’aime, je refuse de penser à une autre. » Se redire dans le découragement :  » c’est lui (elle) que j’ai choisi pour la vie » n’est pas de la méthode Coué, c’est re-faire chaque jour le choix d’aimer.

* le prénom a été changé

Tags:
AmourCouple
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement