Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Saint François : « Au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ, je choisis la France »

© Corinne SIMON/CIRIC
29 septembre 2011: Couvent Saint François, Paris (75), France.
Partager

Retour sur l’implantation des premiers frères franciscains en France.

La Famille Franciscaine fête cette année le 800e anniversaire de son arrivée en France. L’occasion d’organiser différents évènements pour faire découvrir la spiritualité et la figure de saint François. Et pour Aleteia de revenir sur l’arrivée des premiers franciscains en France.

Comme le souligne le frère Jean-Baptiste Auberger, historien, c’est une relation particulière qui lie François et la France comme en témoigne la Légende des Trois Compagnons qui relate, qu’après sa naissance en Ombrie, « François fut d’abord appelé Jean par sa mère. Mais peu après, son père, en l’absence de qui il était né, revenant alors de France où il était allé pour faire du négoce, le nomma François ». Par ailleurs, le frère Rufin souligne que, si François n’avait pas appris le français à l’école, « c’est bien volontiers qu’il parlait la langue française, bien qu’il ne sut pas correctement la parler ». François priait en français et déclara à ses compagnons qui s’apprêtaient à partir en mission en 1217 : « Au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ, de la glorieuse Vierge sa mère et de tous les saints, je choisis le pays de France ».

De Vézelay à Paris

Reconnue officiellement en 1209 par le pape Innocent III, la Fraternité des Mineurs compte environ 5000 frères dès 1217. Alors que François ambitionnait de venir en France, il décide de rester en Italie pour pérenniser son ordre et envoie le frère Pacifique, considéré comme le premier Provincial de France, à Vézelay. Le frère Auberger raconte avec passion l’installation des premiers frères, qui « remarquent, sur le flanc nord de la colline, le long du chemin des pèlerins qui mène de l’Église Saint-Jacques d’Asquins à l’abbaye de Vézelay, un petit ermitage abandonné par les moines. Ce lieu convenant à leur genre de vie, il en obtiennent de l’abbé la cession. Quelques frères vont y rester, tandis que Pacifique part pour Paris, ou plus exactement pour Saint-Denis où l’abbé Suger avait fait construire, 70 ans auparavant, une magnifique abbatiale ».

Les frères s’installent dans une maison, près de l’église Saint-Pierre à Saint Denis, ainsi que sur la Montagne Sainte Geneviève afin de pouvoir bénéficier des enseignements de l’université. Ils firent construire un couvent en 1229 dans le jardin du Luxembourg qui, malheureusement, s’écroula avant qu’ils ne l’habitent. Ils s’installèrent ensuite sur les terres des bénédictins à Saint-Germain des Près. « Du couvent commencé en 1230 et sans cesse agrandi, il ne reste aujourd’hui que le réfectoire du XIVe siècle dans l’enceinte de la faculté de Médecine. Ce fut un foyer important de l’enseignement théologique parisien ».

Pour découvrir davantage les figures ayant marqué la spiritualité franciscaine en France, l’École Franciscaine organise le 10 mars un colloque « Saint François en France » au couvent franciscain, 7 rue Marie Rose, dans le quatorzième arrondissement de Paris à partir de 10 heures.

Pour plus d’informations, cliquez ici !

Et sur la page Facebook !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]