Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 02 décembre |
Sainte Bibiane
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Le président idéal de Marc Flurin, directeur général de la Fondation Sainte-Geneviève

baby-428395_960_720

© Fondation Sainte-Geneviève

© Fondation Sainte-Geneviève

Margot Vignaud - publié le 02/03/17

Jusqu'à l'élection présidentielle, Aleteia donne la parole à des responsables d'associations chrétiennes, pour connaître leur président et leur programme politique idéal.


3 questions à Marc Flurin de la Fondation Sainte-Geneviève


Marc Flurin © Fondation Sainte-Geneviève
Marc Flurin © Fondation Sainte-Geneviève
Marc Flurin © Fondation Sainte-Geneviève

La Fondation Sainte-Geneviève, créée en 2010, à l’initiative de Mgr Gérard Daucourt, constitue un outil efficace pour encourager les actions d’intérêt général soutenues par l’Église catholique dans les Hauts-de-Seine.


Aleteia : Dans trois mois aura lieu, en France, l’élection présidentielle. Quelle est, selon vous, la mesure que le futur président devrait absolument mettre en place ?
Marc Flurin : Pour moi, l’essentiel est de construire une France plus juste et plus fraternelle. Ce n’est pas une mesure mais ça me semble être un beau programme, en tout cas une ligne directrice pour le futur dirigeant. Je suis choqué qu’aujourd’hui en France, 140 000 personnes soient à la rue, selon le dernier rapport de la fondation Abbé Pierre. Ca devrait être une priorité pour nos dirigeants. Ils doivent aussi se préoccuper des jeunes, de la jeunesse : quelle place ont leur donne dans notre société, quelle espérance ? Quand on voit le chômage, la dette énorme, est-ce-que c’est ça l’avenir qu’on réserve à nos jeunes ? Quand on voit aussi, selon les chiffres d’Eurostat, qu’en Europe un enfant sur quatre, soit 25 millions d’enfants de 0 à 17 ans, vit en situation de pauvreté, ça me semble aussi être un point essentiel du programme. La mission du futur président est de construire un monde plus juste, plus fraternel, qui offre aussi une place aux jeunes d’aujourd’hui.


Lire aussi : Le président qu’il nous faut. Jean-Marie Andrès : « J’imagine un mélange entre Saint-Louis et Henri IV »


Quel serait donc selon vous le président idéal, celui ou celle qui mettrait en œuvre ce programme ?
Pour moi, ce serait un président qui serait d’abord dans l’être avant d’être dans le faire. Si on regarde les chefs d’État qui ont marqué l’histoire, ce qu’ils ont été, leur personnalité, leur stature, leur sens de l’État, du bien commun a bien plus compté que le détail de ce qu’ils ont fait. Alors bien sûr, il faut prendre des décisions, des mesures, donner des orientations. Il y a des choses comme la paix, la construction européenne, l’abolition de la peine de mort, qui ont marquées l’histoire, mais c’est surtout ce qu’ils ont été qui nous marque. Et c’est particulièrement important aujourd’hui car il y a une perte de repère. Les français sont un peu perdus je pense, et ils ont besoin de quelqu’un en qui ils peuvent avoir confiance, qui les rassure, et qui n’hésite pas à les bousculer si besoin… Mais il faut que ce futur président ait une vision et qu’il incarne quelque chose dans ce qu’il est.

Quels sont les points qui doivent retenir l’attention des chrétiens dans les programmes et débats de la prochaine élection présidentielle ?
En tant que chrétien, pour moi, c’est le message de l’Évangile qui doit nous guider, nous rendre vigilant. Concrètement, nous devons faire attention à notre prochain, au plus faible, au plus fragile. Nous devons respecter la vie, de sa conception à son dernier souffle, car il y a aujourd’hui des menaces sur ces aspects-là. La priorité est de remettre l’humain au centre, l’homme au sens générique, au centre de nos préoccupations. La paix, le respect de la création, ce que nous dit le Pape au travers de l’encyclique Laudato Si ou d’Amoris Laetitia doivent nous guider. Nous devons promouvoir un monde d’amour, de paix et de respect de la vie, de la création dans son ensemble.


Lire aussi : Le président qu’il nous faut. Philippe de la Chapelle : « Un président handicapé, ça serait vraiment bien »


Tags:
Présidentielle
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement