Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Six façons de rendre Facebook plus positif et plus sain

© Natashilo/Shutterstock
Partager

À l'occasion de la journée sans Facebook, le 28 février, si nous remettions en question notre relation avec ce réseau social ?

Fermer votre compte Facebook ? Vous n’avez jamais mis à exécution cette résolution le 1er janvier dernier ? Vous en passer le temps du Carême ? Vous avez bien tenté, mais vous avez craqué. Vous êtes (encore et) toujours dessus. Difficile il est vrai de renoncer aux liens que génèrent les réseaux sociaux. C’est si simple et si confortable. Mais quel temps perdu se dit-on parfois. La blogueuse américaine Rosie Herreid n’est pas de cet avis. Elle suggère six résolutions à prendre pour mieux utiliser Facebook.

1. Cacher pour mieux se protéger tout en évitant de relayer toutes sortes d’informations. Il y a une différence entre être franc avec ceux qui ne partagent pas votre avis et s’exposer à être blessé. Si vous vous énervez à chaque fois qu’une même personne apparaît dans votre fil de l’actualité, vous pouvez modifier vos paramètres pour éviter de voir son actualité sans le vouloir. Vous serez toujours amis, vous recevrez toujours ses messages privés et il ne saura pas que vous les avez « caché ». J’ai vérifié la liste de mes amis il y a quelques mois et j’ai « caché » beaucoup d’entre eux. Je ne le regrette pas. Je peux toujours faire marche arrière et les suivre à nouveau, si je me sens prête à faire face à leurs posts.

2. Entourez-vous des bonnes personnes. « Liker » trop de pages et de personnalités peut vite devenir très envahissant et on se retrouve vite à perdre du temps en survolant le fil de l’actualité, alors qu’aimer quelques bonnes pages peut vraiment élever l’esprit. Il existe sur Facebook de nombreuses pages catholiques (comme Aleteia !) qui offrent des moments de prière et de méditation. C’est aussi une bonne façon pour entrer en contact avec des personnes qui partagent les mêmes intérêts. Je suis moi-même membre d’un groupe de patchwork qui se consacre entièrement au « faire et partager ». C’est un havre de paix loin de la politique et des problèmes du monde, ainsi qu’une bonne façon d’encourager et d’être encouragé(e).

SOCIAL MEDIA
PIXABAY

3. Ne soyez pas l’esclave de votre fil de l’actualité. Il n’y a pas besoin de le faire dérouler jusqu’à ce que vous ayez tout lu. Non seulement c’est une perte de temps, mais cela expose aussi a beaucoup de publicités et d’autres choses que nous n’avons pas vraiment besoin de savoir, telles que les commentaires de votre ami(e) sur le post d’une célébrité. Ma bonne résolution pour le Carême est de visiter le profil de mes amis plutôt que de lire à moitié tout ce qu’il y a sur mon fil de l’actualité. Ainsi, j’utiliserai Facebook de façon à rester en contact avec les personnes qui me sont chères plutôt que comme un moyen de repli sur moi-même. Si vous craignez que votre volonté ne soit pas assez forte, il existe des applications prévues à cet effet.

4. Utilisez Facebook comme moyen d’intercession. Dernièrement, j’ai traversé une dure période de dépression et j’ai fini par écrire en toute sincérité sur Facebook ce que je vivais, en demandant à mes amis Facebook de prier pour moi. La quantité de réponses reçues m’a donné le sentiment d’être aimée et la prière de mes amis m’a réconfortée en l’espace de quelques heures. Cela fonctionne aussi dans le sens inverse : votre fil de l’actualité peut rappeler à vos amis de prier pour des proches et de la famille ainsi que pour des étrangers, les prêtres et les dirigeants politiques. Quand vous tombez sur une demande de prière, arrêtez-vous et amenez-la à Dieu à l’instant même, peu importe où vous êtes ; un rapide « Dieu bénis X, Y et Z » est toujours mieux que le rosaire que vous remettez sans cesse à plus tard et que vous finirez par oublier.

SMARTPHONE
TATJANA SPLICHAL | DRUŽINA

5. Utilisez Facebook pour des actes miséricordieux. Ce réseau social peut être une communauté. Pour quelqu’un d’introverti, déprimé ou isolé, cela peut être une véritable bouée de secours. Tournez-le à votre avantage ! Comme me disait ma mère, si vous voulez que vos amis vous écrivent, écrivez-leur en premier. Prenez une petite minute pour envoyer à votre ami une image ou une chanson qu’il appréciera ou envoyez un rapide message à celui qui traverse une période difficile. Ces petites attentions d’amitié tomberont peut-être à point pour son destinataire et très souvent la réponse de vos amis sera bienveillante.

6. Attendez avant de publier un post. C’est très difficile à faire ! Ma bonne résolution est d’attendre une heure avant de cliquer sur « publier » afin d’être sûre de ne pas agir de façon impulsive et de ne pas envoyer quelque chose que je regretterai par la suite. Je pense qu’il est possible de dompter les tentations de Facebook sans pour autant vivre en ermite. C’est ce que je vais essayer de faire.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]