Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

« Si vous voulez augmenter votre plaisir, commencez par inviter Dieu, qui est amour, dans votre chambre »

KOBAL / THE PICTURE DESK / AFP
To Catch A Thief (1955)
La Main au collet
Pers: Cary Grant, Grace Kelly
Dir: Alfred Hitchcock
Ref: TOC001FQ
Photo Credit: [ Paramount / The Kobal Collection ]
Editorial use only related to cinema, television and personalities. Not for cover use, advertising or fictional works without specific prior agreement
Partager

L’homme et la femme, dans leur appel à s’unir en vue de l’harmonie, ont la chance de pouvoir participer à un cheminement unique dans l’humilité et la joie.

« Revêtez-vous d’humilité et la puissance de Dieu s’accomplira dans votre faiblesse. » (Corinthiens 1, 25-31)

Oh, ce n’est pas impressionnant un homme humble, c’est mieux : c’est attirant et rassurant. Ce n’est pas excitant une femme modestement fragile, c’est mieux : c’est presque irrésistible et réconfortant. L’humilité est une force pour ceux qui comprennent la valeur d’un être qui se considère comme manquant, sans pour autant lui enlever l’unité et l’entièreté de sa personne. Humble est celui qui se voit de manière réaliste, sans se dévaloriser ni se surestimer, humble est celui qui cherche à prendre davantage sa place dans le monde qui l’entoure tout en sachant sa petitesse. L’œuvre de Dieu s’accomplit à travers des serviteurs humbles et apparemment démunis.

Cela demande du courage de se vêtir de cette humilité et une grande dose d’amour. Cependant, l’histoire de chacun, depuis la petite enfance jusqu’à l’âge adulte, est parsemée d’embûches pour parvenir à l’autonomie affective. Certains ont connu une enfance sécurisante, pleine d’amour et d’affection, offrant un cadre solide pour grandir de manière équilibrée. D’autres en ont manqué, grandissant avec un réservoir vide ou trop pauvre pour avancer avec confiance vers la vie adulte et une affectivité épanouie. Se voir de manière réaliste passe par des prises de conscience aussi simples que celles-ci, car une fois adulte les barrières peuvent remplacer l’élan de l’enfant à donner de l’amour, les peurs remplacer la joie d’en recevoir. Seulement, l’adulte n’est plus un enfant et peut traverser ces obstacles.

Si les peurs perdurent et s’installent, elles deviennent des boucliers qui nous empêchent de laisser l’autre nous voir tels que nous sommes et ainsi franchir le pas vers une intimité sincère, où l’autre nous rejoint vraiment. La peur transforme l’autre en ennemi au lieu d’en faire un allié. Se mettre à nu, physiquement et émotionnellement, devient un risque de montrer ses faiblesses, d’être abandonné, rejeté ou encore moins aimé. Alors la tentation est de ne pas aimer, ou d’aimer tout en mettant des barrières, d’essayer de contrôler, et l’amour devient un terrain miné couplé d’un jeu de cache-cache.

La force de l’humilité 

Pourtant, la mise à nu est un lieu de repos où l’agitation cesse enfin, celle venant du passé ou de l’avenir, pour permettre d’être totalement au présent de l’amour. Comme disait sainte Thérèse de l’Enfant Jésus : « Je ne souffre qu’un instant, c’est quand on pense au passé et à l’avenir qu’on se décourage et qu’on désespère ».

À l’image du Christ et de saint Paul, fragiles et exposés au danger dans leur mission respective, la force de l’humilité répond à cette promesse d’amour infini qui remplit les cœurs dénudés et débordants, sans barrières. L’amour de Dieu est le seul à pouvoir garantir une traversée en toute confiance, seul à pouvoir combler les manques et guérir les blessures en profondeur, pour nous permettre de devenir des hommes et des femmes debout, capables d’être des témoins de sa présence et des passeurs.

L’homme et la femme, dans leur appel à s’unir en vue de l’harmonie, ont la chance de pouvoir participer à un cheminement unique dans l’humilité et la joie.

Christopher West, spécialiste américain de l’enseignement de l’Église sur le corps, balaie certaines complications qui peuvent s’inviter dans le couple à cause de la recherche de performance et des fantasmes, ou d’une idée de l’amour. En effet, l’humilité tend à se simplifier mais aussi, en ne fuyant pas le réel, à devenir plus vrai et davantage soi-même.

Il explique que « la relation sexuelle qui comble le plus est celle où un mari et sa femme se livrent inconditionnellement l’un à l’autre – et se reçoivent l’un l’autre –, dans une révélation complètement nue et sincère de leurs personnes. Si la relation charnelle n’approfondit pas le mystère inépuisable de l’autre, les partenaires” vont à coup sûr s’ennuyer au lit. Si un couple est toujours occupé à chercher de nouvelles techniques” pour augmenter son plaisir physique, au lieu de mettre toujours plus de tendresse à consolider l’union conjugale, cela veut dire que quelque chose ne tourne pas rond.  Si vous voulez vraiment augmenter votre plaisir, commencez par inviter Dieu, qui est amour, dans votre chambre. (Ne vous inquiétez pas, il ne sera pas gêné : c’est lui qui a créé la sexualité !) Laissez la lumière allumée. Renouvelez de manière consciente vos consentements avec le langage de vos corps. Prenez le risque de livrer tout votre être de manière inconditionnelle à votre conjoint. Recevez-le de manière inconditionnelle ».