Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 01 décembre |
Saint Eloi
home iconFor Her
line break icon

Les racines chrétiennes de la méthode Montessori

© Marko Poplasen / Shutterstock

© Marko Poplasen / Shutterstock

Camille de Montgolfier - Publié le 16/02/17

Celle qui a révolutionné l'apprentissage des enfants était une femme de grande foi.

Née en 1870, Maria Montessori est un médecin italien et pédagogue, dont les travaux furent loués par les papes Paul VI et Benoît XVI. Sa vision de l’enfant comme personne à part entière, complexe et fragile, destinée à s’accomplir, et la méthode qui en découle ont fait sa renommée internationale. Lors de la parution de ses premiers écrits, en 1935, sa pédagogie est remarquée par son originalité imprégnée de sagesse ancienne.

Si la méthode Montessori a été considérée comme novatrice, elle puise ses racines dans la foi personnelle de son auteure. Son idée est celle d’une « éducation des enfants respectueuse et bienveillante », comme elle l’explique dans Dieu et l’enfant, un ouvrage inédit qui revient sur les convictions profondes de la célèbre pédagogue.

L’enfant-messie

Pour Maria Montessori l’enfant est doté d’une grandeur naturelle qui ne demande qu’à s’épanouir dans un environnement propice. Elle est croyante catholique et sa pensée prend l’image du Christ pour doter l’enfant d’une mission divine.

Sa pédagogie suit son propre chemin, mais ce chemin n’est jamais loin des nombreuses paroles du Christ sur les enfants. C’est par une observation de leurs comportements, durant des années, qu’elle en est arrivée à la conclusion qu’ils étaient dotés d’une richesse intérieure inée, qu’ils pouvaient perdre ou ignorer si leur environnement ne leur permettait pas de faire croître.

Un embryon spirituel

Dans L’enfant, on retrouve la métaphore filée de l’embryon lorsqu’elle parle du développement de l’enfant. Il y a en lui un « embryon spirituel » qui, pour s’exprimer, doit passer par une incarnation. À de nombreuses reprises, Maria Montessori exprime son enthousiasme pour le développement de l’enfant et le mystère que celui-ci porte. Le mot miracle revient régulièrement sous sa plume.

Si elle n’expose pas sa foi de façon nette, le caractère chrétien de sa pédagogie ne saurait donner lieu au doute et la façon dont elle achève son chapitre sur le nouveau-né porte une dimension christique sans équivoque :

« Il vint au monde Et le monde fut fait pour lui. Mais le monde ne le reconnut pas. Il vint à sa propre maison Et les siens ne le reçurent pas… »
Tags:
ÉducationEnfantsracines chretiennes
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
WEB2-JEAN CASTEX-AFP-000_8VX2FV.jpg
Xavier Patier
Messe à 30 personnes : le mépris, ça suffit !
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement