Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Écrivez des lettres d’amour : vos petits-enfants vous remercieront !

Écrivez des lettres d'amour : vos petits-enfants vous remercieront !
Shutterstock
Partager

Oubliez les SMS et rendez vos mots doux éternels en les gravant sur du papier...

Alors que le train s’éloignait de la gare de l’aéroport de Newark dans le New Jersey, une femme âgée prit le siège vide à côté du mien. Elle rentrait à Philadelphie, où elle avait emmené son mari à l’aéroport. Il voyageait à l’étranger. La femme ôta son manteau et s’assit, tout en calant sa canne entre nos sièges. Une fois bien installée, elle commença à fouiller dans son sac à bandoulière dont elle sortit un iPad. J’étais impressionné !

Il fallut un moment à la femme pour se connecter au Wifi du train. Puis, elle se mit à écrire à quelqu’un. Elle ne se souciait pas de sa vie privée, en pianotant sur son grand écran à la vue de tous. Curieux, je ne pus m’empêcher de regarder ses messages, qui étaient tous adressés à son mari. C’étaient des mots d’amour. Beaucoup d’entre eux, en fait, apparaissaient et disparaissaient régulièrement sur l’écran. « Je t’aime, chéri. » « Tu me manques déjà. » « Je ne peux pas attendre que tu rentres à la maison. » « Où que je sois, tu es la meilleure partie de ma vie. » C’était touchant, et pendant un moment, j’étais reconnaissant d’être le témoin privilégié de cet amour conjugal.

La connexion Wifi s’est coupée, comme cela arrive souvent sur Amtrak [une compagnie ferroviaire américaine, Ndlr]. Avant qu’elle ne fonctionne à nouveau, le téléphone de la femme sonna. C’était son mari. Au téléphone, les deux ont continué à échanger des expressions courtes et tendres de leur amour. « N’oublie pas de m’appeler quand tu atterris. » « Attention. » « Je t’aime. » Après quelques minutes, le Wifi fonctionnait à nouveau. La femme raccrocha et retourna aux SMS.

Alors que nous poursuivions notre route vers Philadelphie, et que l’échange de SMS continuait, une pensée triste me traversa l’esprit. Étais-je le seul à connaître l’amour de ce couple ? Les enfants et les amis du couple connaissaient sûrement leur loyauté et leur engagement. Mais ces relations étaient-elles conscientes de l’affection du couple, de la tendresse de leurs échanges personnels, et de la jeunesse qui imbibe encore leur romance maintenant mature ? Ils devaient le savoir, certainement, comme je m’en rendais compte aujourd’hui. Mais comment l’auraient-ils su ? Auraient-ils lu les messages que je lisais ? Peut-être pas, semblait-il.

Nés d’une union d’amour tendre et profond

Tout en réfléchissant à la qualité fugace des messages, je me suis souvenu d’une histoire racontée récemment par un ami. Lui et ses frères et sœurs avaient découvert les lettres d’amour échangées par leurs grands-parents pendant leurs fiançailles. Pour mon ami, ces lettres ont ouvert une fenêtre sur des aspects inconnus de son histoire familiale. Il connaissait l’amour de ses grands-parents, mais il ne savait rien de la profondeur de leur affection ni de leur sophistication à l’exprimer. À peine âgés de 20 ans, ses grands-parents se sont écrits avec une sorte de poésie, reflétant profondément la vie et le mariage, le monde et les enfants, et l’avenir avec toutes ses incertitudes. En particulier, chacun a écrit sur l’autre, partageant ses pensées, espoirs et rêves pour son partenaire. Ils ont partagé leurs craintes, mais avec une confiance dans la providence devenue rare aujourd’hui.

Ces lettres ont beaucoup appris à mon ami sur la vie et la culture à la fin du XIXe siècle en Europe, où ses grands-parents ont grandi avant la guerre qui a dévasté leur patrie. Mais surtout, elles ont inculqué en lui, des années après la mort de ses grands-parents, l’idée que lui, ses frères et sœurs et ses parents sont tous nés d’une union d’amour tendre et profond.

Se souvenant de cette histoire, je réfléchis à la vieille femme assise à côté de moi. Est-ce qu’elle et son mari se sont jamais écrits ? Ont-ils gardé leurs lettres ? J’espérais qu’ils l’avaient fait. Je voulais que leurs enfants et petits-enfants finissent par apprendre ce que je venais d’apercevoir de leur amour.

Aimez-vous votre conjoint ? Dites-lui par écrit et gardez ces lettres. Cachez-les, mais dans un endroit où elles pourront être trouvées. Un jour, après que vous et votre conjoint aurez rejoint la maison du Seigneur, vos enfants et vos petits-enfants trouveront vos lettres et ils en tireront profit en les lisant. Ils apprendront des détails jusqu’alors inconnus de votre vie, mais surtout ils en apprendront plus sur l’amour dont ils sont nés.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]