Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Executive order » : Donald Trump joue et gagne

NICHOLAS KAMM / AFP
US President Donald Trump arrives in Philadelphia on January 26, 2017 to attend a Republican retreat. / AFP PHOTO / NICHOLAS KAMM
Partager

Le décret tant décrié du nouveau président américain obéit à un business plan bien précis...

La première mesure diplomatique du gouvernement Trump avait pour finalité de satisfaire un électorat âgé, qui conserve deux ennemis emblématiques au fond de sa mémoire. Il s’agit en premier lieu de la Russie, présente depuis plusieurs décennies dans les territoires chiites que sont la Syrie, l’Iran, le sud de l’Irak et le Yémen, et en deuxième lieu des quelques États dont les actions terroristes ont été médiatisées par la presse américaine : la Libye, la Somalie et le Soudan. De ce point de vue l’executive order donne des gages sérieux à l’opposition néo-conservatrice qui, malgré la bronca médiatique, estime avoir eu plus de peur que de mal.

Il est à noter que la mesure prise par le nouveau président sera sans effet sur l’économie américaine dont les relations avec les pays susvisés sont marginales. Ceci correspond bien à l’esprit de M. Trump qui transpose aux relations internationales ses réflexes d’homme d’affaires. L’executive order a eu un effet politique interne positif pour le président puisqu’une majorité le soutient – sans avoir pour autant de conséquences économiques dramatiques. Il semble donc cohérent à la nouvelle équipe en place.


Lire aussi : Les chrétiens pris au piège des mesures de Donald Trump


Pourtant – et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes 40% des pays visés par l’executive order sont devenus des foyers de terrorisme en raison d’interventions militaires américaines : il s’agit de l’Irak, de la Syrie et de la Libye. Mais nous étions prévenus de l’inflexion qui serait prise vis-à-vis des pays dévastés par les interventions militaires des États-Unis par le dernier rapport du National Intelligence Council dont les auteurs déclaraient avec un brin de cynisme : « Il serait tentant d’imposer l’ordre au sein de ce chaos apparent, mais cela coûterait trop cher à court terme et échouerait à long terme ».

Quant aux effets de la mesure Protecting the Nation from foreign Terrorist entry, ils seront naturellement limités dans la mesure où le terrorisme chiite est quasiment inexistant. En réalité, les pays concernés par le décret présidentiel forment une série d’impacts autour de ce qui devrait être la véritable cible l’Arabie Saoudite, qui exporte le terrorisme depuis bien longtemps à sa périphérie immédiate et bien au-delà, jusqu’aux États-Unis comme un certain… 11 septembre 2001.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Le Top de Thomas Flichy de la Neuville
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]