Aleteia
Mardi 27 octobre |
Bienheureuse Emeline
Au quotidien

Depuis 13 ans, chaque vendredi à 17h30, soeur Donatella récite son chapelet devant un mur

Gelsomino Del Guercio - Aleteia Italie - Publié le 27/01/17

"Nous prions et, en même temps, nous savons que la construction du mur se poursuit."

Alors que le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, poursuit sa politique d’installation de civils israéliens dans les territoires palestiniens, aggravant le climat de tension entre Israéliens et Palestiniens, il y ceux qui ont choisi de réagir en brandissant l’arme de la prière. C’est le cas de sœur Donatella Lessio, italienne, protagoniste d’une courageuse histoire de protestation pacifique qui se répète tous les vendredis à Bethléem, depuis 2004.

200 personnes autour d’elle

Sœur Donatella est une religieuse de la Congrégation des religieuses Franciscaines élisabéthaines (Suore elisabettine). Elle a 54 ans et s’occupe de la formation du personnel du Caritas Baby hospital de Bethléem, la seule structure de Cisjordanie à prendre en charge des enfants.

Mais surtout, tous les vendredis, à 17h30 (18h00 en été) elle s’en va réciter le chapelet le long du mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie. « Nous le faisons depuis 2004, et avons désormais appris à marcher en rythmant nos pas en fonctions des dizaines ». La religieuse est souvent accompagnée de consoeurs, de frères des Écoles chrétiennes et d’une palestinienne qui habite tout près du mur. D’autres palestiniens voudraient s’unir au groupe de prière mais craignent des représailles. Sans compter les groupes de pèlerins dont le nombre peu arriver jusqu’à 200 personnes, rapporte sœur Lessio (Famiglia Cristiana, 25 janvier).

Entre postes de contrôle et monastères

La procession part du poste de contrôle, où ont lieu les discussions pour permettre le passage du cortège, et gagne ensuite le monastère salésien de Bethléem, avant de remonter jusqu’à l’icône murale de la Vierge, réalisée par l’artiste anglais Ian Knowles. « Là – raconte sœur Donatella – nous chantons le Salve Regina. À Bethléem, la chaleur est sans pitié, monter et descendre les côtes est une autre façon de dire : nous nous engageons, nous nous donnons du mal pour la paix ».

Pourquoi un chapelet ?

« L’idée d’organiser un chapelet, explique la religieuse, est née après que de petits enfants, qui devaient subir une intervention délicate, ont été arrêtés au poste de contrôle et n’ont pu arriver à temps à l’hôpital de Jérusalem. On s’est demandé ce que nous pouvions faire : nous sommes des religieuses et n’avons donc aucun pouvoir politique, mais demander le don de la paix est notre responsabilité, surtout dans les lieux où règne la division », confie-t-elle.

« Ce mur doit être abattu »

« La prière que nous renouvelons chaque vendredi est un message fraternel, poursuit la religieuse, nous demandons à Dieu qu’il n’y ait plus de murs dans le cœur de ceux qui ont la faculté de décider pour la paix en Terre Sainte. Nous prions et, en même temps, nous savons que la construction du mur se poursuit. Alors qu’il devrait être abattu, pour qu’Israéliens et Palestiniens puissent se connaître et s’accepter ».

Les rencontres impossibles

À Bethléem, le mur mesure plus de huit mètres de haut et il est surmonté d’un fil barbelé. Recouvert de graffitis qui demandent la paix. « Pour moi, ce mur est une insulte à la paix », a déclaré Donatella en faisant écho à ce que pense le Patriarcat latin. Et c’est aussi un échec pour l’homme. L’homme est fait pour avoir des relations. Chaque mur, en béton armé ou de fil barbelé, ou construit dans nos cœurs, rend impossible toute rencontre, efface la très belle affirmation du livre de la Genèse : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul », le mot « seul » utilisé certainement pour dire peuple, nation, et non l’homme en tant qu’individu ».

Article traduit de l’italien par Isabelle Cousturié

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
israelpalestine
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Avion-chapelle
Agnès Pinard Legry
Aménagée dans un avion, cette chapelle est un...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement