Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 31 octobre |
Saint Quentin
home iconÉglise
line break icon

Vous arrive-t-il d’être en colère envers Dieu ?

Isabelle Cousturié - Publié le 25/01/17

Le Seigneur "aime ça, car c'est lui dire en face ce que l’on ressent", a déclaré le pape François.

Faire la volonté de Dieu ne signifie pas ne pas discuter ou ne pas être en colère avec Lui. L’important est d’être vrais, d’être francs, capables, à la fin, de Lui dire « me voici », a déclaré le pape François, en résumant l’enseignement contenu dans l’épitre aux hébreux proposée dans la liturgie de la messe du jour, célébrée le 24 janvier à Sainte-Marthe. « Tu n’as voulu ni sacrifice, ni offrande (…) tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché ; alors, j’ai dit : me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté. » (Hé. 10, 5-6).

Face au Saint-Père, comme chaque jour, un petit groupe de fidèles, à qui il a rappelé « l’infinie patience de Dieu » qui attend la conversion du pécheur, qu’il lui dise « me voici ».

 « Me voici ! »

« L’histoire du Salut est une longue histoire de “me voici”, comme celui des prophètes ou celui de Marie … », a développé le Pape au cours de son homélie rapportée par Radio Vatican. Mais ces « me voici » ne sont pas « automatiques ». Ils supposent que l’on a accepté de « dialoguer » et de « se rendre disponible » pour faire la volonté de Dieu. Le Seigneur nous parle toujours, alors que nous cheminons, « avec une infinie patience ». Il aime discuter avec nous, même quand nous sommes en colère : »Tant de fois, a souligné François, quand je vais prier je suis en colère avec le Seigneur : mais cela aussi c’est prier!Il aime quand tu te mets en colère et quand tu lui dis en face ce que tu ressens, parce qu’il est Père ! (…) C’est aussi un “me voici”. »

Examen de conscience

Le Saint-Père a alors conclu en renvoyant l’assemblée à un petit examen de conscience sur le « me voici » de chacun adressé au Père, en suggérant quelques questions comme : « Qu’en est-il de mon adhésion ? Vais-je me cacher, comme Adam, pour ne pas répondre ? Ou, quand le Seigneur m’appelle, au lieu de dire “me voici” ou “que veux-tu de moi ?”, fuis-je comme Jonas qui ne voulait pas faire ce que le Seigneur lui demandait ? Ou encore, fais-je semblant de faire la volonté du Seigneur, seulement extérieurement, comme les docteurs de la loi sévèrement condamnés par Jésus ? ».

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
MessePape François
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
NICE
Agnès Pinard Legry
Qui sont les trois victimes de l'attentat de ...
MEDJUGORJE
I.Media
L'ancien accompagnateur spirituel des voyants...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement