Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « Blasphémer contre l’Esprit saint, un péché impardonnable ! »

ServizioFotograficoOR/CPP/CIRIC
27 janvier 2015 : Le pape François célèbre une messe dans la chapelle de la Résidence Sainte Marthe au Vatican.
DIFFUSION PRESSE UNIQUEMENT

EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING
January 27, 2015: Pope Francis celebrates a mass in the chapel of Santa Marta (Sanctae Marthae), Vatican.
Partager

Lors de sa messe quotidienne à Sainte-Marthe, le Saint-Père a invité les baptisés à ne pas outrager "les fondements mêmes de l’amour de Dieu".

« Amen, je vous le dis : Tout sera pardonné aux enfants des hommes : leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés. Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit saint, il n’aura jamais de pardon. Il est coupable d’un péché pour toujours ». Il est dur d’entendre Jésus prononcer ces paroles, relève le Pape en expliquant « le blasphème impardonnable » dont parle le Christ dans l’Évangile de Marc (3, 22-30), mais « s’il le dit, c’est que c’est vrai », a-t-il ajouté d’un ton appuyé lors de la messe, célébrée dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe au Vatican, le 23 janvier dernier.

Le sacerdoce du Christ

Au cœur de son homélie, rapportée par Radio Vatican : la « grande onction sacerdotale » du Christ qui se fait « par l’Esprit dans le sein de Marie », et que les prêtres reçoivent au cours de leur cérémonie d’ordination, symbole de leur union au Christ. « Celui qui blasphème contre cette onction alors blasphème contre le fondement de l’amour de Dieu, contre la rédemption, contre le sacerdoce du Christ », a mis en garde le Pape. Car « le Seigneur pardonne tout ! Mais celui qui dit ces choses se montre fermé au pardon. Il ne veut pas être pardonné ! Il ne se laisse pas pardonner ! ».

Le pardon, « une des merveilles du sacerdoce du Christ », se décline en trois étapes, venait d’expliquer le Saint-Père au petit groupe de fidèles, en commentant le première lecture de l’Évangile du jour (L’épître aux Hébreux 9, 15.24-28). Ces trois étapes sont : « La Rédemption : le Christ s’est offert lui-même, une fois pour toutes, pour le pardon des péchés », nous amenant alors au Père et recréant « l’harmonie dans la création » ; Son « intercession : quand Il prie pour nous, devant le Père » ; et Son « retour  annoncé »,  pour « établir son Règne définitif ».

Un cœur toujours ouvert

Ces trois étapes, a poursuivi et rappelé le Pape, sont célébrées à la messe, qui est leur « mémoire vivante » : « Du premier sacerdoce de Jésus, quand il offre sa vie pour nous ; au deuxième sacerdoce, parce qu’Il prie ici [à l’autel] ; mais aussi – nous le dirons après le Notre Père – ce troisième sacerdoce de Jésus, quand Il reviendra (…) dans la gloire ».

Le Saint-Père a donc fermement invité les baptisés à ne pas « se fermer au pardon », à « se laisser pardonner », en ouvrant leurs cœurs et demandant au Seigneur la grâce de « ne jamais se fermer à cette merveille, à cette grande gratuité ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.