Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Comment les États-Unis imaginent-ils le monde en 2035 ?

Life of Pix
Partager
Commenter

Analyse du nouveau rapport de prospective que vient de publier le National Intelligence Council.

Le National Intelligence Council vient de publier son nouveau rapport de prospective pour 2035 [à lire ici en anglais]. Prenant le contre-pied du précédent — dont les prévisions s’étaient révélées à l’opposé de ce qu’il advint  celui-ci s’est plié à un soupçon d’exigence et par conséquent de réalisme. Il est intitulé Paradoxe du progrès. L’idée sous-jacente en est que le déferlement de la violence, loin d’être la conséquence logique de l’effacement des frontières protectrices, se présente comme la rançon ou le sous-produit inéluctable du progrès.

À ceux qui s’interrogent sur les inévitables violences résultant des migrations massives ou bien sur les milliers de morts provoqués par le conflit syrien, le rapport apporte désormais une réponse imparable : ce que vous vivez n’est qu’un « paradoxe du progrès ». Les auteurs ont toutefois conscience que ce dernier n’est pas universellement apprécié. Il est d’ailleurs notable qu’une référence ait été faite à la perception russe de la « décadence de l’Europe » alors même que la notion de décadence est considérée comme une construction mentale ou un « jugement moral » par les sphères pseudo-intellectuelles auxquelles se rattachent les auteurs.

Les références à la démocratie sont majoritairement ponctuées d’interrogations très sérieuses quant à son devenir. Le rapport évoque « la fin de la démocratie, une démocratie qui ne va plus de soi, une démocratie remise en cause, ou une démocratie fragile dont le cours semble s’être inversé ». La monarchie n’est donc pas très loin même si le rapport préfère à ce joli mot le vocable d’autocratie. Peut-être une référence subliminale au Tsar, jadis qualifié d’autocrate de toutes les Russies.

Dans le rapport, les notions d’islam et de démocratie semblent s’être éloignées l’une de l’autre. On ne trouve plus qu’une seule référence aux « démocrates musulmans », comme si les auteurs ne faisaient plus semblant d’y croire. Le mot de propagande apparaît à huit reprises, mais il n’est jamais associé à l’islam, toujours à la Russie. Une certaine défiance semble pourtant être apparue vis-à-vis de cette religion. Un islamiste est décrit dans le glossaire comme « une personne visant à propager l’islam par des moyens violents ou pacifiques ». Quel croyant ne le serait pas ?

L’inaction préconisée face au chaos

Les auteurs envisagent pour la première fois une planète divisée en « îles » et par conséquent « démondialisée » (c’est l’intéressant scénario « islands« ). Ils constatent par ailleurs que le « progrès » s’est accompagné de chocs. Soit dit en passant, certains analystes ont prétendu que l’État américain avait conçu une « stratégie du choc », visant à exporter le chaos afin de ralentir son propre déclin. Cette hypothèse repose sur une base très fragile dans la mesure où elle présuppose une volonté unique et constante à la tête de la diplomatie américaine. Pourtant, le National Intelligence Council ne la dément pas. Maintenant que le chaos a été effectivement semé par les interventions militaires occidentales successives, il préconise l’inaction absolue. Les auteurs déclarent avec un brin de cynisme : « Il serait tentant d’imposer l’ordre au sein de ce chaos apparent, mais cela coûterait trop cher à court terme et échouerait à long terme ».

Le rapport constate que les flux migratoires se multiplieront dans les prochaines années – un avertissement dont Jacques de La Palice ne se serait pas étonné – et met en garde les élites contre les actes réflexes de leurs peuples, tentées par une attitude « nataliste et anti-establishment ». Pour ceux doutant encore que l’attitude donnée en modèle est celle qui stérilise la vie, la preuve vient d’en être à nouveau faite. Un développement particulier est consacré au « nativisme », courant politique censé promouvoir les intérêts des natifs au détriment des immigrés en mettant en valeur les coutumes locales au détriment des cultures importées. Quant au libéralisme mondialisé – qui dénie aux individus le droit à une patrie – il est décrit comme un courant dangereusement menacé par la résurgence des identités. Le rapport du National Intelligence Council mentionne à quinze reprises la place grandissante des robots, l’être humain semble moins l’intéresser puisque l’expression n’apparaît que deux fois.

Quelle place occupe la France dans ce rapport ? Peu de chose en  vérité. Elle n’est citée que treize fois, n’ayant choisi d’être elle y est presque oubliée. De son côté, la Russie – dont la population n’est que deux fois supérieure – est mentionnée cent trente fois, soit dix fois plus. S’étant dotée de chefs réels, sans doute existera-t-elle davantage dans les années à venir.

 

Thomas Flichy de la Neuville est spécialiste de l'Iran. Il enseigne en France et à l'étranger, notamment à Oxford. Professeur à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, il est l'auteur de "L’Iran au-delà de l’islamisme" (éditions de L'Aube), de "L’État islamique. Anatomie du nouveau Califat" (Bernard Giovanangeli Editeur, 2014) et d'une “Géopolitique de l’Iran” aux PUF
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Le Top de Thomas Flichy de la Neuville
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
  2. Thomas Flichy de la Neuville
    Iran : beaucoup de bruit pour rien
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]