Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 03 août |
Sainte Lydie
home iconActualités
line break icon

Birmanie : La Dame de Rangoun du côté des bourreaux ?

Sylvain Dorient - Publié le 23/01/17

Les Rohingyas, minorité musulmane en Birmanie, subissent des exactions de l'armée dans l'indifférence générale.

L’icône de l’opposition birmane aurait-elle viré de bord ? Aung San Suu Kyi, la femme birmano-britannique vénérée par la presse occidentale, prix Nobel de la paix, fut portée à l’écran par Luc Besson dans son film The Lady. Elle reste figée dans les mémoires comme l’opposante historique de la brutale junte militaire, du temps où, muselée et assignée à résidence pendant plus de quinze ans (entre 1989 et 2010), elle opposait son pacifisme et sa détermination aux dirigeants en uniformes. Elle est à présent conseillère spéciale d’État, et ministre des Affaires étrangères d’un pays accusé de maltraiter l’une de ses minorités.

À partir de fin 2010, date de la libération d’Aung San Suu Kyi, le pays a entamé un lent processus de transition démocratique. Pourtant, des violations des droits de l’homme graves continuent à être constatées, en particulier dans l’État d’Arakan où se trouvent les Rohingyas musulmans. L’armée se comporte là comme elle le faisait il y a 10 ans dans les territoires à majorité Shan et Karen : pillant, détruisant, violant, si l’on en croit les rapports d’Amnesty international.

Que pourrait faire Aung San Suu Kyi ?

Certes, les militaires demeurent incontournables dans le gouvernement birman, mais ils ne sont plus tout puissants, comme ils le furent jusqu’en 2010. La Ligue nationale pour la démocratie (LND) d’Aung San Suu Kyi aurait beaucoup de moyens d’agir. Elle pourrait commencer par dénoncer les exactions commises, ouvrir un corridor humanitaire, voire simplement faciliter l’accès des personnels humanitaires. La « Dame de Rangoun » n’en a rien fait, et elle a proposé que le gouvernement nomme sa propre commission pour enquêter sur les crimes de guerres. Composée de de treize membres, elle est dirigée par le vice-président birman, un ancien général élu par les voix des députés militaires. « Ce sont les criminels qui enquêtent sur leurs propres crimes, voilà le problème », dénonce un homme politique musulman. La commission, nommée début décembre, affirmait début janvier dans un rapport préliminaire qu’il n’y avait « pas de cas de génocide ni de persécution religieuse » dans l’Arakan.

Les militaires ne lâchent pas les commandes

Les militaires et leurs 500 000 hommes continuent à peser de façon déterminante dans le jeu politique birman. Aung San Suu Kyi ne veut probablement pas risquer de s’opposer frontalement à eux, et remettre ainsi en cause la transition démocratique du pays. Une transition dont la première condition, la paix nationale, demeure loin d’être acquise. Les États Kachin et Shan, notamment, continuent à être le théâtre de frictions entre les guérillas ethniques et l’armée. Dans ces conditions la défense des Rohingyas est un combat encore lointain… D’autant plus qu’il pourrait menacer l’atout d’Aung San Suu Kyi face aux militaires : sa popularité.

Le gouvernement birman recense officiellement 135 groupes ethniques différents. Dans cette liste, pas de trace des Rohingyas, qui sont considérés comme une population apatride ! Les Birmans les appellent le plus souvent « Bengalis », et remettent en cause leur droit à demeurer sur leur territoire. Originaires d’Inde, ils sont perçus comme des éléments étrangers ne partageant ni la foi, ni la culture, ni la langue du pays. Si les Birmans attendent d’Aung San Suu Kyi parviennent enfin à accorder les généraux et les chefs de guérillas ethniques, ils se préoccupent peu du sort des Rohingyas. D’autant plus que leur présence remet en cause un roman national en cours d’écriture : celui d’une nation aux ethnies multiples mais réunies autour de la religion bouddhiste.

Tags:
aung san suu kyibirmanieboudhismeÉgliseprix nobelrohingyas
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
La mise en garde du pape François contre la « tentation idolâtre ...
2
Lauriane Vofo Kana
Un livre pour garder l’espérance en temps de covid se hisse...
3
C8 Messe 15 août
La rédaction d'Aleteia
La diffusion de la messe du 15 août sur C8 fait réagir
4
Jeanne et Jean Bodet - Bébé Cotignac
Lauriane Vofo Kana
Meurtris par quatre fausses couches, ils accueillent leur « bébé ...
5
Louis Manaranche
« Traditionis Custodes » : un appel à l’unification liturgique
6
MESSE-TRIDENTINE
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : « L’occasion d’un rapprochement en v...
7
HIDILYN DIAZ
La rédaction d'Aleteia
Jeux Olympiques : la médaille miraculeuse sur le podium !
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement