Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Daesh achève de réduire Palmyre en poussière

Le Tétrapyle, Palmyre, le 25 novembre 2016 © Alexandre Meyer
Le Tétrapyle, Palmyre, le 25 novembre 2016 © Alexandre Meyer
Partager

Le califat serait en train de dynamiter méthodiquement le site archéologique bimillénaire.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Les informations diffusées par la télévision syrienne font état d’un irréparable désastre. Rapidement reprises ce matin par l’ensemble des médias occidentaux, elles rapportent les destructions systématiques des derniers vestiges de l’antique cité de Palmyre. Les reliques laissées debout par Daesh lors de sa première occupation des lieux sont dynamitées les unes après les autres.

« Des sources locales nous ont informé que l’État islamique (EI) a détruit le Tétrapyle, un monument de 16 colonnes, et des photos satellite reçues de nos collègues de l’université de Boston montrent des dommages à la façade du théâtre romain » confirme le chef des Antiquités de la cité antique arabo-greco-romaine, cité par Libération.

Le Tétrapyle, partiellement restauré par les archéologues français au cours du Mandat de la Société des Nations sur la Syrie, était un monument unique au monde, situé à un carrefour de la voie principale de la cité, bordée de 750 colonnes. Le théâtre antique aurait été réduit en poussière selon les images satellites qui ont été rendues publiques. Nous les avions découverts l’un et l’autre quelques jours seulement avant que Daesh ne s’en empare une deuxième fois.


Lire aussi : Palmyre est tombée pour la deuxième fois aux mains de l’État islamique


Reprise en mars dernier par l’armée syrienne et ses alliés, une contre-offensive le 8 décembre 2016 avait conduit 4000 fantassins de l’EI aux portes de Palmyre qui tomba rapidement pendant que le gros des forces syriennes était engagé à Alep.

La ville, aux vestiges classés au patrimoine mondial de l’Unesco, était restée pendant dix mois sous le contrôle des terroristes de Daesh de mai 2015 à mars 2016. Imposant sa loi barbare, le califat avait conduit la destruction de deux mausolées en juin, puis l’exécution de 25 soldats syriens en juillet, mise en scène dans l’amphithéâtre antique aujourd’hui détruit. Khaled Asaad, le directeur des antiquités de la ville âgé de 82 ans, y avait été exécuté, pour avoir refusé de révéler où avaient été cachées certaines œuvres antiques de Palmyre soustraites à la rapacité des jihadistes de Daesh qui en on fait le commerce.


Lire aussi : L’EI fait exploser un temple antique de Palmyre


Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.