Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les chrétiens du Sri Lanka durement persécutés par les bouddhistes

©Asia News
Partager

Une douzaine de malfaiteurs, emmenés par un moine bouddhiste, ont menacé les paroissiens et détruit un lieu de culte.

Le 5 janvier 2017, le centre de prière de Kithu Sevana, au Nord-Ouest du Sri Lanka, a été attaqué par une foule menée par un moine bouddhiste et une douzaine de malfaiteurs formellement identifiés par les témoins. Malgré la plainte, et la vérification de l’identité des coupables, ceux-ci sont encore en liberté, et les paroissiens doivent prendre leur mal en patience. Ce n’est pas la première fois qu’ils font l’objet d’attaques, mais jamais les choses n’avaient été aussi loin.

Ils refusent les conversions

Kamal Wasantha, qui dirige la petite communauté chrétienne, affirme que les bouddhistes qui les attaquent ne supportent pas qu’une grande partie des chrétiens membres de son groupe soit des convertis. Kamal Wasantha est lui-même un converti du bouddhisme, un simple fermier qui prie avec une quinzaine de familles. Il affirme qu’ils n’ont pas de désir de vengeance à l’égard des malfaiteurs : « Nous ne les avons pas maudits et nous ne les attaquerons pas à notre tour. Le jugement n’appartient qu’à Dieu. Nous faisons notre part : nos prières continueront sous les arbres. »

Des attaques qui s’aggravent

Avant le 5 janvier, le groupe de chrétiens était fréquemment menacé en raison de sa foi. Des bouddhistes les insultaient et les menaçaient, affirmant qu’ils allaient aggraver leurs représailles. Ils sont passés à l’acte, s’armant de bâtons, de barres de fer et de couteaux, avant de détruire le lieu de culte de la petite communauté. Les chrétiens l’avaient construit quinze ans auparavant, et l’ont vu être détruite sous leurs yeux malgré les prières qu’ils adressaient à leurs agresseurs : « S’il vous plaît, ne détruisez pas la maison de Dieu ».

La consolation de Dieu

Malgré l’hostilité de certains de ses anciens coreligionnaires, Wasantha assure que Dieu apporte des consolations aux convertis. « Ceux qui sont devenus chrétiens, comme moi, assure-t-il, expérimentent les récompenses que Dieu nous accorde ». Il n’entend pas se laisser impressionner par la violence de ceux qui ne supportent pas le grand changement que représente la découverte de l’Évangile : « Ceux qui nous agressent ne savent rien des grandes bénédictions que notre communauté reçoit à travers ses prières. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]