Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment voter à la primaire de la gauche ?

MARTIN BUREAU / AFP
A picture taken on January 16, 2017, in Paris, shows ballots of candidates in the left-wing primaries ahead of France's 2017 presidential election displayed on a table. / AFP PHOTO / Martin BUREAU
Partager

Les dimanches 22 et 29 janvier, c’est au tour du Parti socialiste d’organiser sa primaire, ouverte à tous, moyennant un euro et une déclaration sur l’honneur.

Les dimanches 22 et 29 janvier, les électeurs de France et de Navarre sont invités à se déplacer dans l’un des 7 530 bureaux de vote (contre 9 200 en 2011, et 10 228 à la primaire de la droite) mis à disposition pour les « primaires citoyennes ». C’est le nom officiel de la primaire de la gauche qui désignera le candidat du Parti socialiste (PS) à la présidentielle. Pour savoir où voter, il faut se rendre sur le site Internet de la primaire citoyenne, à la rubrique « Où voter ? », où il vous faudra entrer code postal et adresse. À votre demande, un e-mail de confirmation vous sera envoyé. Attention, depuis sa mise en ligne le 9 janvier, la plate-forme connaît de nombreux bugs. Pour y remédier, il est possible d’obtenir de plus amples informations sur la localisation de votre bureau de vote tous les jours, jusqu’au 29 janvier, de 9 heures à 20 heures au 01 86 65 20 17.

Signer une charte des valeurs de gauche et payer un euro

Les bureaux de vote seront ouverts de 9 heures à 19 heures, les 22 et 29 janvier en France métropolitaine, à Mayotte et en Nouvelle-Calédonie, à la Réunion, de 8 heures à 18 heures.

La primaire est « ouverte » : tout le monde peut voter à condition d’être inscrit sur les listes électorales avant le 31 décembre 2016 ou d’être un adhérent aux organisations de jeunesse des partis en lice (Mouvement des jeunes socialistes et autres), mineur de plus de 16 ans. Chaque électeur aura à justifier son identité le jour du vote au moyen d’une pièce d’identité.


Lire aussi : Devinez qui est le seul catholique de la primaire de la gauche…


Chaque électeur habilité à voter à la primaire devra contribuer aux frais d’organisation de l’élection en versant un euro par tour, et accepter l’engagement de reconnaissance dans les valeurs de la gauche et des écologistes. Cette charte est composée de 31 mots résumant le corpus idéologique et le champ lexical de gauche : « Je me reconnais dans les valeurs de la Gauche et de la République, dans le projet d’une société de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité, de justice et de progrès solidaire ».

Une primaire pour rien ?

La primaire de droite avait réuni 4 millions de votants au premier tour, et 4,38 au second.

Selon le président du comité national d’organisation des primaires citoyennes (CNOP), Christophe Borgel la mobilisation sera plus faible qu’à la primaire de 2011 : « On avait eu entre 2,6 et 2,9 millions de votants. Si on s’en approche, ce sera une réussite. Si on les dépasse, ce sera un grand succès. » Quant au premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, il espère « entre 1,5 million et 2 millions de votants ».

À gauche, l’unité semble moindre que chez Les Républicains. Une bonne partie des édiles socialistes a d’emblée fait savoir qu’elle boycotterait cette primaire pour se reporter sur Emmanuel Macron. C’est notamment le cas des élus lyonnais, le maire Gérard Collomb en tête : ceux-ci en appellent à « une recomposition de la gauche ». Certains estiment même que le candidat victorieux de la primaire devrait se retirer s’il s’avère être mal placé dans les sondages, au profit de l’ancien banquier de Rothschild et ministre de l’Économie.

Début d’éclaircissement sur le sujet dimanche, lors de la soirée électorale.

Rappel : le troisième débat entre les sept candidats aura lieu jeudi 18 janvier, à partir de 20h55, diffusé sur France 2 et Europe 1.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]