Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 28 février |
Saint Romain
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Tout savoir sur le sacrement des malades

Pèlerinage national de Lourdes 2013

13 Août 2013 : Messe de l'onction des malades présidée par Mgr Jean-Luc BRUNIN, év. du Havre, lors du 140e Pèlerinage national. Basilique St Pie X. Lourdes (64) France. © P.RAZZO/CIRIC

13 Août 2013 : Messe de l'onction des malades présidée par Mgr Jean-Luc BRUNIN, év. du Havre, lors du 140e Pèlerinage national. Basilique St Pie X. Lourdes (64) France. © P.RAZZO/CIRIC

Amaury Bucco - publié le 17/01/17

Souvent synonyme de mort, le sacrement des malades fait peur. À tort ? Sans doute.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Dès le IIIe siècle, la Tradition apostolique donne la formule de bénédiction de l’huile. En 416, le pape Innocent Ier parle de l’onction qui était faite pour de nombreux types de maladies. Mais c’est en 1173 que le sacrement des malades fait officiellement son apparition sous le nom d’extrême onction ou sacrement d’agonie. Il prend sa source principale dans l’Épître de saint Jacques (5, 14-16) :

« L’un de vous est malade ? Qu’il appelle les Anciens en fonction dans l’Église : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon. Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La supplication du juste agit avec beaucoup de force. »

Jusqu’au XXe siècle, le sacrement des malades est donc l’aveu d’une mort imminente, régulièrement illustré dans la littérature du XVIIIe, XIXe et XXe siècle. Il fait tellement peur même, que beaucoup n’osent pas le réclamer.

Peut-on recevoir plusieurs fois le sacrement des malades ?

C’est sous le concile de Vatican II, en 1972, que l’extrême onction prend son nom de sacrement des malades. Ceci afin de lui retirer son aspect extrême, c’est-à-dire tragique. Cette réforme étend donc ce sacrement à tous les malades, personnes âgées, ou autres personnes faibles, et non plus seulement au mourant. Loin de la mort, il devient un sacrement de vie.

Mieux encore, il est possible d’y recourir plusieurs fois dans sa vie, au même titre qu’au sacrement de l’eucharistie et de la confession. En pratique, il est donné lors des épreuves de santé. Ce peut-être au début ou à la fin d’une maladie grave, ou sous une grande souffrance morale (cancer, grippe ou dépression, par exemple). Il peut aussi être redonné au moment d’une aggravation significative de la maladie. Ainsi, seule l’eucharistie donnée en viatique, ultime communion donnée au malade, reste synonyme de mort prochaine.

Quel déroulement pour ce sacrement ?

Le sacrement des malades, comme tout sacrement, est une célébration liturgique et communautaire. Il peut se dérouler à l’hôpital, chez soi, lors d’une célébration communautaire ou d’un pèlerinage. Seuls les prêtres peuvent l’administrer. L’Église demande que le malade soit conscient (et donc vivant bien évidemment) car il doit pouvoir être libre. Toutefois, en cas de doute et de mort prochaine, le prêtre peut en décider autrement.

Pour le déroulement de la célébration le prêtre impose les mains en silence avant de déposer l’onction faite avec l’huile des malades. Cette huile est nécessairement bénie en amont par l’évêque (seul disposé à la bénir) lors de la semaine Sainte. Le prêtre prononce alors ces paroles :

« Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Sain. »

Puis : 

« Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’Il vous sauve et vous relève ».

Le malade quant à lui doit répondre « Amen » après chacune de ces phrases.

Pourquoi le sacrement des malades ?

Le sacrement des malades est un remède pour donner forces à l’âme et au corps, ainsi que le courage d’endurer l’épreuve de la souffrance. Il est également un moyen pour le malade de se réconcilier avec lui-même, ses proches et le Christ.

Tags:
Religionssacrements
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement