Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Syrie : Comment expliquer un tel écart entre le discours médiatique et la réalité ?

©AFP PHOTO / SANA / HO
A handout picture released by the Syrian Arab News Agency (SANA) on January 9, 2017 shows Syrian President Bashar al-Assad giving a statement to the French media, in Damascus, after meeting with French lawmakers the previous day.
Assad told visiting French lawmakers that he was "optimistic" about new peace talks planned for later this month, a member of the delegation told AFP.

/ AFP PHOTO / SANA / HO / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / SANA" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Partager

La Syrie occupe une place stratégique au cœur du Moyen-Orient. Cela pourrait expliquer pourquoi nous sommes plus pressés d’y faire respecter les droits de l’homme qu’au Yémen…

Pour comprendre l’intérêt que suscite la Syrie, il nous faut d’abord élargir notre analyse au Moyen-Orient. La région est dominée par deux grands courants musulmans dont l’opposition remonte aux origines de l’islam et une querelle sur la succession de Mahomet : le sunnisme et le chiisme.

Le bloc chiite, mené par l’Iran et soutenu par la Russie, englobe l’Irak et la Syrie*. L’Arabie Saoudite domine quant à elle le monde sunnite, composé entre autres du Qatar et de la Jordanie, et peut compter sur le soutien occidental.

Un nouveau motif de tension entre les deux blocs est né suite à la découverte d’un immense gisement gazier dans le golfe Persique, exploité à la fois par l’Iran et le Qatar. De là ont germé deux projets concurrents de gazoducs, l’un qatari passant par l’Arabie Saoudite et la Jordanie et soutenu par les Américains, l’autre iranien passant par l’Irak et soutenu par la Russie. Les deux projets devaient arriver en Syrie avant de rayonner vers l’Europe. Logiquement, la Syrie a préféré opter pour le projet de ses alliés chiites, au grand dam des Occidentaux.

Pour la France, le projet qatari aurait l’intérêt de la rendre moins dépendante du gaz russe. Pour Marc Fromager, directeur de l’Aide à l’Église en détresse (AED), d’autres raisons peuvent venir expliquer cette complaisance envers des pays appliquant la charia la plus stricte, comme la part croissante de notre dette détenue par ces pays ou notre besoin de vendre des armes à l’État qui en est le plus gros importateur : l’Arabie Saoudite.

Un discours loin des réalités

En Syrie, si Russes et Occidentaux luttent ensemble contre l’État islamique, leurs intérêts sur place sont aux antipodes. Alors que Poutine a tout intérêt à collaborer avec le gouvernement syrien, nous soutenons à l’inverse les rebelles, dans l’espoir d’une destitution de Bachar el-Assad au profit d’un gouvernement sunnite.

Alep, la deuxième ville syrienne, fait partie des points stratégiques du conflit. Récemment reprise par les forces gouvernementales, elle a fait la une des journaux occidentaux. En France, cela nous a été présenté comme une catastrophe : l’autoritaire Bachar el-Assad venait de chasser les rebelles démocrates. Pour la majorité des Aleppins, pourtant, la prise d’Alep a été vécue comme une libération, provoquant des scènes de liesses dans la rue. Pourquoi un tel écart entre le discours et la réalité ?


Lire aussi : Le discours médiatique sur Alep était-il faussé ?


Dans les faits, la rébellion initialement démocratique a été rapidement récupérée par des factions jihadistes souvent étrangères, qui n’hésitaient pas à confisquer les vivres humanitaires et à réserver l’accès à l’éducation et aux soins à leurs seules familles, au mépris de la population syrienne. Dans ces conditions, et malgré son autoritarisme, Bachar el-Assad apparaît comme le seul pouvant encore garantir la survie de la nation syrienne et la coexistence des différentes communautés.

Sortir de notre aveuglement

Il est donc urgent de sortir d’une analyse systématiquement manichéenne de la géopolitique. La situation n’est jamais aussi simple qu’une opposition entre gentils et méchants, mais elle est toujours le jeu de pays qui cherchent à défendre leurs intérêts. Au discours les considérations morales, à l’action les considérations stratégiques. Entre les deux, il y a parfois un fossé, y compris en Occident.

En France, la fermeture de l’ambassade de France en Syrie en 2012 ajoute un aveuglement diplomatique à l’aveuglement idéologique. Contraints à nous en remettre aux yeux américains, nous avons perdu notre indépendance. Surtout, nous n’avons plus les moyens d’entendre ceux qui sont les mieux placés pour nous guider vers la meilleure, ou la moins pire des solutions : les Syriens.

*Bachar el-Assad, le président syrien, est issu du courant alaouite, né du chiisme mais considérée par ce dernier comme une hérésie. Les circonstances ont fait que les querelles théologiques ont été laissées de côté au profit d’une alliance politique avec l’Iran.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Le Top de Jean-Marie Dubois
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]