Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 24 septembre |
Saint Silouane
home iconTribunes
line break icon

Le discours médiatique sur Alep était-il faussé ?

Georges Moubayed

Georges Moubayed

Marie Olivier - Publié le 14/01/17

Les masques tombent et la guerre en Syrie semble apparaître telle qu’elle est vraiment.

Le voyage en Syrie, dans la ville d’Alep, de la délégation française menée par Thierry Mariani fait l’effet d’un lever de rideau brutal sur la réalité syrienne. Les masques tombent et la guerre en Syrie apparaît telle qu’elle est vraiment, loin des sentiers battus et des images de propagande. Les propos rapportés de ce voyage amènent à une plus grande clarté médiatique sur la situation à Alep. Avec ce déplacement, Thierry Mariani et ses acolytes, Jean Lassalle et Nicolas Dhuicq, participent à l’émergence d’un discours nouveau sur la Syrie et à une évolution des consciences.

Une vision différente sur le conflit enfin exprimée à la télévision 

Ils ne sont pas les seuls à porter une vision de ce conflit différente de celle entendue dans la plupart des grands médias hexagonaux. « On raconte beaucoup de choses très loin de la réalité à Alep », rapporte Thierry Mariani sur Itélé à son retour de Syrie. Et il n’est pas le premier à développer cette position. Ses descriptions recoupent celles de spécialistes qui, bien qu’elles existent depuis longtemps, sont désormais écoutées de plus en plus attentivement. Dans son émission 24h en question sur LCI, Yves Calvi a dû revenir par deux fois sur le sujet d’Alep et de la Syrie pour développer cette appréhension nouvelle du conflit. Le 15 décembre, puis le 21 décembre 2016, l’étonnement de l’animateur et sa volonté de creuser le sujet face aux propos peu convenus tenus par l’ensemble de ses invités méritent toute notre attention. Si nous pouvons apprécier l’honnêteté intellectuelle de l’animateur, osons reconnaître et saluer également la prise de conscience et le courage qui ont amenés Thierry Mariani, Jean Lassalle et Nicolas Dhuicq, à se rendre en Syrie et à expliquer ce qu’ils ont vu, compris et analysé, contre la simplification parfois dogmatique qui prévalait jusque-là.

Leur initiative, autant que les méthodes employées, sont interrogées par les médias et c’est là l’un des grands points positifs de cette expérience. Elle initie une bascule entre l’influence par l’image et l’émotionnel, largement développée depuis 2012 et le début de la guerre, au profit d’une analyse rationnelle et pragmatique. À l’heure où les images relayées par les réseaux sociaux foisonnent, où les sources abondent, les responsables politiques et les médias revalorisent la proximité géographique, la connaissance du terrain et des sources fiables.

Vers une évolution du positionnement politique et diplomatique ? 

Et il ne faut pas se méprendre : ce nouveau regard pourrait aller bien au-delà du simple discours médiatique et accompagner une évolution du positionnement politique et diplomatique tenu par la France. Le point de départ de ce voyage, fêter le Noël orthodoxe avec les chrétiens de Syrie, permet de redonner la parole aux populations et de reconsidérer leur position dans le conflit. Le discours des chrétiens d’Alep défendant le régime de Bachar el-Assad était auparavant nié et incompris. Il apparaît désormais audible et même compréhensible. C’est un fait majeur et presque un tabou médiatique qui tombe et qui, n’enlevant rien à la dimension tyrannique et monstrueuse du président syrien, permet de revaloriser les priorités de cette guerre. Ou en tout cas d’écouter celles définies par d’autres acteurs du conflit, notamment la Russie.

L’ennemi premier n’est peut-être plus le dictateur syrien, mais bien les terroristes djihadistes, les mêmes que ceux contre lesquels la France lutte sur son territoire. Et la priorité de toute les priorités pourrait bien devenir celle de rétablir la paix, avant de songer à une transition politique en Syrie. Certes, les mentalités peuvent être lentes à réagir. Les tractations politiques et les négociations diplomatiques prennent du temps, mais ce voyage presque initiatique pour les médias français apparaît à plusieurs égards comme porteur d’espoir pour les populations syriennes et pour ce pays.

Tags:
AlepFranceLa TribunepaixSyrie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
3
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
4
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
5
WEB2-COUVENT-MARCASSU-CORSE-Stephanie-Eveilleau.jpg
Raphaëlle Coquebert
Mission Patrimoine : derrière les murs de Marcassu, une communaut...
6
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
7
WEB2-FAMILLE-LEFEVRE-YOUTUBE.jpg
Agnès Pinard Legry
Le premier single de la famille Lefèvre enfin disponible
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement