Aleteia

MàJ. Le McDonald’s polémique de Saint-Pierre s’engage pour les pauvres

©CITIZENSIDE / Silvia Lore / Citizenside
ITALY, Rome: People are seen walking outside of the new McDonald's location (next to the Vatican and in a Vatican-owned building) on January 4, 2017 in the Borgo Pio neighborhood of Rome. The December 31, 2016 opening of the chain restaurant has stirred frustration in the area. Some (including Cardinal Elio Sgreccia) say the new McDonald's, dubbed the McVatican, is not respectful of the architectural traditions of the historic area, and others say that people should eat authentic Italian meals while in Rome, not fast food. - Silvia Lore
Partager
Commenter

L’exemple type de résolution d’un conflit par "la non-violence", le nouveau style de politique encouragé, à petite et grande échelle, par le pape François.

Son existence dans le quartier historique et touristique de Borgo Pio, aux portes du Vatican, soulève des polémique parmi les résidents, dont plusieurs cardinaux, très hostiles au projet, qui sont allés jusqu’à dénoncer publiquement dans les médias italiens une initiative « douteuse, aberrante et irrespectueuse » au vu des traditions architecturales et culinaires de la ville.

Mais l’ouverture du géant de l’industrie mondiale du fast-food, McDonald’s, à deux pas de la basilique Saint-Pierre, a bien eu lieu, le 30 décembre dernier, et retournement de situation, elle s’est transformée en une nouvelle opportunité de soutien et générosité à l’égard des sans-abris et des exclus. Ces pauvres auxquels le souverain pontife, il y a deux mois, demandait pardon « au nom des chrétiens qui détournent la tête » à leur vue, et pour lesquels il ne cesse d’élever sa voix, et de montrer l’exemple, multipliant les initiatives à leur égard, pour montrer que de petits gestes, accomplis chaque jour, peuvent entraîner une « vraie révolution culturelle », comme expliqué au cours d’une audience générale.

La main du Pape ?

À partir du 16 janvier prochain, McDo distribuera un millier de repas aux sans-abri du quartier, avec l’aide de l’association italienne de médecine solidaire « Medicina Solidale », qui offre des soins médicaux aux plus démunis, et l’Aumônerie apostolique, chargée des œuvres de charité du Pape. « La distribution devrait durer une dizaine de semaines – précisent les organisateurs de l’initiative – c’est le début d’un dialogue, nous verrons ce qu’il se passera ensuite ». Entre 50 et 100 repas – contenant un double cheeseburger , des pommes fraiches coupées dans un sachet et une bouteille d’eau – seront procurés chaque lundi par la chaîne américaine, que des étudiants aideront ensuite à distribuer.

Du conflit à la solidarité

Dans un entretien à Radio Vatican, la responsable sanitaire de l’institution italienne, Lucia Ercoli, souligne que l’idée de l’initiative répond à « l’urgence du froid » qui s’est abattu sur la ville, mais plus largement, à « une forte hausse de la pauvreté et donc du nombre de personnes se retrouvant à la rue ». Et paradoxalement, ce sont les hostilités et polémiques déclenchées par l’ouverture de l’enseigne qui ont interpellé tous les acteurs de chaîne de charité et solidarité mise en place par le Saint-Père autour du Vatican. Ils se sont dits : « Au lieu de laisser grandir cette polémique, allons plutôt voir si on ne peut pas créer un réseau, des ponts, entre ceux qui ont les moyens et ceux qui n’ont rien et souffrent ».

Transformer une occasion de conflit en occasion d’ouverture à la générosité. C’est ce que prêche le pape François, depuis le début de son pontificat. Une stratégie qui s’inscrit dans le cadre plus large d’un nouveau style de politique, celui de la « non-violence », comme largement développé dans son message pour la célébration de la 50e Journée mondiale de la paix, et qu’il encourage « peuples, nations, chefs d’État et de gouvernement, responsables civiles et religieux » à adopter dans un but « actif et créatif ». Un style qui encourage à résoudre les conflits – petits et grands – « par les voies de la raison ». Que ce soient « la charité et la non-violence » qui « guident la manière dont nous nous traitons les uns les autres dans les relations interpersonnelles, dans les relations sociales et dans les relations internationales », exhorte-t-il dans son message.

Pour la chaîne de fast-food américaine, taxée d’anti-SDF après certains épisodes fâcheux survenus les années passées, notamment en France – comme avoir congédié un salarié qui avait offert des hamburgers à une femme sans-abri, en 2000, ou menacé de « sanction pouvant aller jusqu’au licenciement » les membres du personnel jugés « trop généreux » à leur égard – ce qui se passe aux portes du Vatican, autour de sa nouvelle antenne, est une belle occasion de se « faire pardonner » (ou oublier ?), après  l’explication donnée à l’époque par la direction : « McDonald’s n’a pas vocation de nourrir tous les affamés du territoire ! » qui avait choqué et fait le tour des réseaux sociaux.

Rien ne sert de « crier »

Le jubilé de la Miséricorde, conclu en novembre dernier, a été pour le Saint-Père l’occasion de réapprendre aux chrétiens à « regarder dans les profondeurs de leur cœur et à y laisser entrer la miséricorde de Dieu ». Les portes saintes se sont refermées mais pas celles la miséricorde, et avec elle « la solidarité et la générosité », ne cesse-t-il de souligner. Le 8 janvier dernier, en la fête du Baptême de Jésus, le pape François a rappelé les chrétiens à leur devoir de « baptisés » capables d’une fraternité « réelle » qui ne connaît « ni frontières ni barrières », soulignant encore une fois qu’il ne sert à rien ni de « crier », ni de « gronder » quiconque mais d’agir concrètement en  témoignant  que « partout et en toute situation, nous pouvons tous être des artisans de paix ».

Mise à jour du 3/02/2017 : 

http://dai.ly/x58pu1n

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]