Aleteia

L’islam radical reste la première source de persécution des chrétiens

© Portes ouvertes
Partager
Commenter

L'Index mondial de persécution des chrétiens 2017 fait état d'un bilan dramatique : 215 millions de chrétiens ne peuvent pas vivre librement leur foi dans le monde.

Cette année encore, les contraintes pesant sur les minorités chrétiennes ont augmenté, selon l’Index mondial des persécutions 2017, publié par le site protestant (évangélique) Portes Ouvertes. Il répertorie les 50 pays dans lesquels les chrétiens subissent des contraintes en raison de leur foi. Dans ces pays, 215 millions de chrétiens ne peuvent pas vivre librement leur foi.

Si l’islam radical continue à être la première source de persécution des chrétiens, notamment au Moyen-Orient et en Afrique, d’autres gouvernements considèrent les minorités religieuses comme des problèmes à résoudre. C’est ainsi que de l’Inde au Vietnam, de nombreux pays qui ne sont pas à majorité musulmane « montent » vers le triste podium dressé par Portes Ouvertes. L’hindouisme en Inde, le bouddhisme en Birmanie ou le post-communisme au Vietnam deviennent des idéologies d’État, qui ne souffrent pas d’opposition.

L’utilisation de la religion par les gouvernements

Michel Varton, le président de Portes Ouvertes, analyse qu’en réaction à la mondialisation, plusieurs pays se replient sur leur identité. « L’élection de Donald Trump aux États-Unis, peut-être aussi le Brexit, démontre que les nations sont inquiètes et se replient sur leur identité ». Dans ce réflexe défensif, les religions majoritaires sont convoquées pour souder le peuple autour d’une seule religion. On connaît les fruits pourris que produisent l’utilisation de la religion par les gouvernements. La première victime est la vérité : les débats sont interdits, dans les pays où les chrétiens sont minoritaires, la diffusion de l’Évangile est menacée ou proscrite, mais plus largement, tous les courants religieux sont poursuivis ou strictement encadrés. Puis les « dissidents » sont arrêtés, mis en prison, exécutés…

Mansour Borji, invité de Portes ouvertes, est une vivante démonstration de l’inefficacité de ces persécutions. C’est un pasteur iranien, converti de l’islam, qui réside actuellement à Londres. Il rappelle que des officiels iraniens eux-mêmes affirment publiquement que l’utilisation de la religion par le gouvernement a détourné la jeunesse de l’islam. Plus largement, les pays qui connaissent les persécutions les plus violentes ne sont pas nécessairement ceux où le nombre de conversions diminue, au contraire. C’est le cas notamment en Chine. Ce pays a d’ailleurs évolué dans sa façon de contenir les églises. Parmi les témoignages recueillis par Portes Ouvertes, un pasteur chinois témoigne : « Avant, la police me convoquait pour me tabasser. Maintenant elle me convoque et m’offre une tasse de thé, mais le message est le même, ils nous rappellent qu’ils ont l’œil sur nous ! ». La hausse des persécutions, observée depuis quelques dizaines d’années, démontre en creux que les conversions continuent.

Moyen-Orient, Somalie et Corée du Nord

La vie des chrétiens continue à être très difficile au Moyen-Orient, notamment en Irak et en Syrie. L’espoir suscité par le recul de l’État islamique est refroidi par le spectacle de désolation qu’il laisse derrière lui. Les chrétiens qui tentent de revenir dans leurs villes constatent qu’ils ont été tout particulièrement visés : « Ils ont répandu du phosphore sur les murs encore debout, pour qu’ils deviennent friables, inutilisables ». Cet acharnement pose aussi la question de la trace que le terrorisme laissera dans les esprits des musulmans qui auront vécu sous la coupe de Daesh et qui seront amenés à côtoyer les chrétiens. Dans un autre contexte, la Corée du Nord, conserve le premier rang de pays où les persécutions sont les plus actives. Le régime paranoïaque de Kim Jung-un considère les chrétiens comme des dissidents soutenus par l’étranger, et les réprime systématiquement. La guerre entre sunnites et chiites au Yemen place les chrétiens entre deux feux. Enfin, la Somalie arrive juste derrière la Corée du Nord, dans le classement de Portes Ouvertes. Outre la constitution de ce pays, qui fait de l’islam sa religion d’État, il est dominé par le groupe extrémiste al-Shabaab, qui déclare publiquement vouloir se débarrasser de tous les chrétiens.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]