Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 octobre |
Saint Luc
Aleteia logo
home iconCulture
line break icon

Séminaire des barbelés : en 1945, la France rassemble des séminaristes allemands dans un camp unique

Tourisme28.com

Tourisme28.com

Marie Fournier - Publié le 08/01/17

Pourquoi ce regroupement ? Réponse dans un documentaire à découvrir le 9 janvier sur France 3.

En juin 1945, les autorités militaires et religieuses françaises décident de rassembler les séminaristes allemands détenus dans un camp unique : le séminaire des barbelés à Chartres. Le 9 janvier prochain, France 3 Centre-Val de Loire diffusera un documentaire sur l’histoire et le quotidien de ce camp si particulier. Ponctué de vidéos d’archives et d’interview d’historiens et d’anciens prisonniers (aujourd’hui chanoines, moines et auxiliaires d’évêques), ce documentaire témoigne du rôle de la spiritualité comme facteur de la réconciliation franco-allemande dans l’après guerre.

Un million de prisonniers de guerre de l’Axe sont détenus sur le sol français en avril 1945. Si les autorités françaises voient dans ces prisonniers la main d’œuvre qui va reconstruire la France, elles prennent aussi conscience qu’il y a « un peuple à rééduquer » pour qu’enfin l’Allemagne trouve la paix. La formation des séminaristes prend alors son importance dans la reconstruction de l’Allemagne future et de son église.

D’Alger à Orléans : les premiers camps de séminaristes

C’est en 1943 en Algérie qu’est née l’idée de « séminaire des barbelés ». Après la défaite du corps expéditionnaire allemand en Afrique du Nord, un monastère près d’Alger a ouvert ses portes aux séminaristes. Cette ouverture a été rendue possible grâce au général Boisseau qui avait compris l’importance de redonner de la spiritualité après la guerre. Il pensait que c’était un puissant facteur de réconciliation. L’objectif était donc de former les prêtres de l’Allemagne future car « ces soldats d’hier, prêtres de demain rapporteront dans leur patrie un vrai potentiel de paix. »

Après la libération de Paris, le général Boisseau de retour en France partage cette expérience avec l’abbé Rodhain, délégué général au culte des prisonniers de guerre. Le séminaire des prisonniers d’Orléans naîtra en avril 1945. Soixante étudiants y reçoivent l’enseignement du père Franz Stock, prisonnier de guerre allemand. Ses anciens étudiants racontent chaleureusement leurs souvenirs du père Stock : « un prêtre fervent », « très marqué, fatigué, ce qui était compréhensible, considérant ce qu’il avait vécu », et qui « prenait grand soin de nous ». Il était « amoureux de la France mais fidèle à son pays, patriote ».

Les anciens séminaristes témoignent aussi de leur quotidien au sein du camp : « À Orléans, nous avions une chapelle et dans notre petite communauté, l’échange spirituel était très important. Nous réfléchissions tous à quoi pourrait ressembler l’avenir, s’il y avait un avenir possible dans l’absolu. » Or, au sein du camp d’Orléans qui comptait 6000 prisonniers, le traitement des séminaristes suscitait des jalousies.

À Chartres, le séminaire des barbelés

Afin d’améliorer les conditions d’étude des séminaristes, un transfert d’Orléans à Chartres est annoncé en juin 1945. Au cours de l’été 1945, 135 séminaristes sont transférés. En octobre, on en compte déjà 300. Les prisonniers sont accueillis par l’abbé Stock qui leur enseigne l’histoire de l’Église. Au sein de ce camp, 939 élèves ont transité, parmi lesquels 630 sont devenus prêtres. Il en sortira même 4 évêques ! Le documentaire relate le quotidien de la vie au camp et les enjeux d’un tel regroupement. En effet, « les églises catholiques et protestantes sont les seules institutions dans lesquelles les Alliés ont confiance. Dans l’Allemagne occupée, l’église va aussi jouer un rôle temporel. » À l’époque, cette expérience des séminaires est vue comme un des possibles pour réorienter l’Europe vers un Occident chrétien. Il y a l’espoir que la chute du nazisme permette à l’église allemande de redevenir un acteur de premier rang.


Réalisé par Philippe Fusellier.

Une coproduction Plan Large Production et France 3 Centre-Val de Loire – 52 min.

Diffusé sur France 3 Centre-Val de Loire, Ile-de-France, Normandie et Pays de la Loire.

Tags:
Franceguerreseminaire
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
2
Mathilde de Robien
Les questions à se poser pour savoir si on aime vraiment
3
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
4
Agnès Pinard Legry
Le miracle qui va faire de Jean Paul Ier un bienheureux
5
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
6
Pope Francis - speech
I.Media
Le pape François plaide pour l’inculturation de l’Évangile
7
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement