Aleteia

Durant 6 siècles, il fut le régime le plus connu d’Europe

Public Domain
Public Domain
Partager
Commenter

Les fêtes de fin d'année peuvent être l'occasion de tester ce régime ancestral.

Les diètes contemporaines se contredisent souvent quand elles ne semblent pas, au contraire se ressembler les unes aux autres : le minimum absolu de glucide, beaucoup de végétaux, des protéines saines, manger par petites portions en plusieurs séquences pendant la journée, boire de très fortes quantités d’eau. Rien à voir avec les diètes médiévales.

Le régime Sanitatis Salernitanum

Parmi celles-ci, la plus reconnue est le régime Sanitatis Salernitanum, qui aurait probablement été conçu par des médecins proches de la couronne d’Angleterre. À l’époque elle acquit sa renommée populaire à travers des poèmes. Et cela n’étonne guère : elle recommande tout particulièrement de consommer du vin rouge, des œufs frais, des figues et des raisins.

De manière générale, elle n’évoque pas, outre mesure, la consommation de végétaux, bien qu’elle recommande l’ail et le radis comme des antidotes contre les poisons légers ; le bouillon de chou pour ses propriétés laxatives, et le navet qui produit des flatulences et qui est diurétique. Concernant les graines, le régime indique seulement qu’ils sont « plutôt bons ».

Sur de nombreux points, le régime Sanitatis Salernitanum se prononce dans le sens contraire de ce que les gourous de la santé recommandent de nos jours. En effet, il insiste sur la consommation de pain et de viandes et prescrit deux grands repas dans la journée.

La théorie des humeurs de la médecine de Gallien

Il s’appuie principalement, sur la théorie des humeurs de la médecine de Gallien. Selon la médecine humorale, le corps humain serait constitué de quatre humeurs principales : le sang, la bile jaune, le flegme et la bile noire.

Tout en considérant qu’en ces temps-là, tomber malade signifiait une mort quasi-certaine, cette diète vise à conserver la personne en bonne santé. Parmi les prescriptions qui encadrent le quotidien, on trouve notamment la recommandation de ne jamais faire une sieste l’après-midi, de toujours diluer son vin avec un peu d’eau (afin d’éviter la déshydratation par l’alcool), mais aussi, de s’abstenir des petites crises et colères et de se défaire des préoccupations inutiles.

D’ailleurs, le régime indique clairement que « pour rester en bonne santé, on a besoin d’un esprit joyeux, de repos et d’une diète modérée ».

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]