Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 27 novembre |
Fête de la Vierge Marie en son icône du signe
home iconAu quotidien
line break icon

L'histoire d’une âme au XXIe siècle : Véronique Lévy se livre dans un chant d’amour mystique

Veronique Levy

© Jean-Christophe Marmara / Figarophoto

Louise Alméras - Publié le 01/01/17

Adoration, son deuxième livre, est un dialogue brûlant avec Celui qu’elle aime.

D’origine juive, Véronique Lévy s’est convertie au catholicisme il y a quelques années, de manière totale, en profondeur et sans compromis. Après le succès de son premier livre Montre-moi ton visage, l’auteur continue de nous faire partager son expérience intérieure hors du commun à travers sa plume aiguisée. Bien qu’elle se remémore son histoire et les songes qui ont jalonné son chemin vers la foi, elle transcrit surtout ici sa conversation avec Dieu durant ses heures d’adoration. Vous serez surpris de la justesse des mots qu’elle prête à son interlocuteur privilégié, ou tout simplement davantage convaincus de la réalité de la présence eucharistique. S’il était possible de comprendre la fulgurance d’un tel renouvellement chez un être, qui parti de loin arrive à s’élever si haut dans sa recherche de vérité, peut-être y trouverait-on ici le secret.

Dans la lignée des grandes mystiques

“Prisonnière volontaire d’un Carmel ou exilée d’un monde à la dérive (…) regarde-moi, adore-moi, amène-moi des âmes !“, écrit-elle quand Il s’adresse à elle. Serait-elle donc une âme carmélitaine ? À en juger sa littérature il n’y a aucun doute là-dessus.

Comme sainte Thérèse de Lisieux qui disait à Jésus qu’elle voulait être “sa petite balle“ pour qu’il joue avec elle, Véronique Lévy s’adresse à Lui de manière enfantine : “Seigneur, je suis ton petit chat, ta souris amoureuse. Joue avec moi… Comme une pelote de laine ! Lance-moi dans l’azur de Ton Cœur, brûle-moi dans le Buisson Ardent de Ta Soif“. Comme elle encore, elle se fait toute petite, une voix d’enfant s’élève pour rejoindre la Parole et grandit à mesure qu’elle s’abandonne dans les bras de Celui qui l’appelle. Les deux mystiques évoquent l’image de l’aigle pour parler de Jésus et utilisent un champ lexical charnel pour exprimer la tension de leur âme vers l’Éternel. Dans la lignée de sainte Thérèse d’Avila, son chant mystique prend une ampleur telle qu’on ne peut que boire les paroles surgies d’une vie intérieure nourrie à la Source, pour se nourrir à notre tour. Elle affirme enfin, “je veux être ton épouse enfouie à l’ombre du Carmel“.

La vérité, l’humilité et le courage de sa démarche pour répondre à l’Appel sont un enseignement et une invitation à ne pas avoir peur d’essayer.

La Rencontre

Le dialogue établi en ces lignes est une rencontre, celle essentielle d’un cœur à cœur et d’un corps à corps, où l’amour en est le début et la fin. Dans ce long poème, elle n’est pas seule à s’exprimer. Véronique Lévy nous permet d’être présents à cette confrontation parfois tranchante, très personnelle et pourtant aux accents universels, avec Celui qu’elle nomme dans une confusion de tutoiements et de vouvoiements. Un jeu de cache-cache amoureux se dévoile, où Dieu se révèle un amoureux transi, qui montre son visage à qui veut bien le voir dans ses petits signes parfois difficiles à reconnaître. L’auteur nous lance avec elle dans ce jeu de piste commencé depuis sa naissance, où le perdant n’est pas toujours celui qu’on croit. La rencontre est aussi d’accepter son feu qui brûle et purifie, car le poète ne s’installe pas ici dans un dialogue confortable où elle n’est là que pour prendre, il lui faut donner aussi, s’abandonner jusqu’à se laisser déborder d’Amour. Elle s’inscrit ainsi dans la plus pure tradition des psaumes, comme un prophète contemporain qui aurait traversé les âges pour nous redire combien, de toute éternité, Dieu a soif de nos âmes.

À travers l’histoire de Véronique, de sa quête d’amour et de sa résistance à tout ce qui n’est pas de Dieu, nous avons un exemple puissant de ce qu’est la Révélation. Et, bien qu’elle parle d’elle, elle s’efface tant qu’elle nous montre à nouveau Son visage avec une grande générosité. En la lisant, on reçoit en plein cœur cette histoire d’amour qui comprend l’humanité tout entière.

Adoration © éditions du Cerf
Adoration © éditions du Cerf
Adoration © éditions du Cerf

Adoration, de Véronique Lévy, Éditions du Cerf.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
WEB2-JEAN CASTEX-AFP-000_8VX2FV.jpg
Agnès Pinard Legry
Désabusés par la limite de 30 personnes, les ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement