Aleteia

« N’hésitons pas à partager les bénédictions de Noël avec ceux qui nous entourent »

© DAVID BEATTY / ROBERT HARDING HERITAGE / ROBERTHARDING
Devotee lighting candle, St. Francis Xavier Exposition, Old Goa, Goa, India, Asia
Partager
Commenter

Antoine Besson, rédacteur en chef d’Asie Reportages le magazine d’Enfants du Mékong, nous parle des traditions d’Asie autour du nouvel an !

2016 touche à sa fin. Au Cambodge, en Birmanie ou en Thaïlande, le nouvel an bouddhique se fête en avril. La tradition est intéressante. Le début d’une nouvelle année signifie l’arrivée d’une nouvelle divinité protectrice qui viendra s’occuper du monde. L’une des douze divinités à forme animale de l’horoscope. Chacun nettoie donc sa maison pour l’accueillir, visite la pagode, y brule bougies et encens. Se renseigne auprès des bonzes sur la loi bouddhique… Puis viennent les jeux d’eau qui à l’origine consistaient à se bénir mutuellement avec de l’eau parfumée.

Et si, cette fin d’année 2016 et ce début d’année 2017 étaient l’occasion d’accueillir Dieu chez nous. L’enfant Jésus est née. Il repose sur la paille de la crèche. A Bethléem la nouvelle se répand, on vient de loin pour l’admirer. Bientôt ce sera le tour des mages. Ne serait-ce pas magnifique d’accueillir cet enfant chez nous ? De lui offrir un toit, un foyer, une famille sur qui compter ? Notre relation à Dieu est souvent codifiée pourtant le mystère de la crèche nous rappelle que nous sommes tous les bienvenus tels que nous sommes. Préparons notre cœur, nettoyons notre maison. Et comme un trésor est toujours fait pour être partagé, n’hésitons pas à partager les bénédictions de Noël avec ceux qui nous entourent.

Cette année, le pape François nous a donné comme modèle une formidable sainte : Mère Teresa de Calcutta. Encore dans la joie de Noël, avec elle, prions le Père de nous maintenir dans cette grâce :

« Dieu aime celui qui donne avec joie.
La meilleure manière de montrer notre gratitude envers Dieu et les gens c’est d’accepter tout avec joie.
Être heureux avec lui, maintenant,
cela veut dire : aimer comme il aime, aider comme il aide, donner comme il donne, servir comme il sert,
sauver comme il sauve, être avec lui 24 heures par jour, le toucher avec Son déguisement de misère dans les pauvres et dans ceux qui souffrent.
Un cœur joyeux est le résultat normal d’un cœur brûlant d’amour.
C’est le don de l’Esprit, une participation à la joie de Jésus vivant dans l’âme.
Gardons dans nos cœurs la joie de l’amour de Dieu et partageons cette joie de nous aimer les uns les autres comme Il aime chacun de nous.
Que Dieu nous bénisse.
Amen. »

Et nous, comment ferons nous grandir la joie dans notre vie cette année ?

Partager
Commenter
Mots-clés
nouvel an
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]