Aleteia

Comment agir face à l’analphabétisme religieux ?

Quand tu dis Amen au mauvais moment... © Aleteia
Partager
Commenter

Sur quel banc dois-je m'asseoir ? Il n’y a pas de places réservées comme au théâtre ?

Le soir de Noël, de nombreuses églises habituellement désertes sont pleines. Elles sont pleines d’hommes et de femmes qui ne vont jamais à la messe et qui ne connaissent rien à la liturgie. C’est pour tous les catholiques un véritable défi, comme le rappelle le site de la conférence des évêques allemands.

L’incertitude commence dès l’entrée dans l’église. Quel banc est le bon ? Il n’y a pas de places réservées comme au théâtre. Lorsque débute avec solennité la messe de minuit, on voit des regards qui cherchent à droite et à gauche : quand faire le signe de croix ? Quand se lever ? S’asseoir ? Le plus dur, ce sont les prières que l’on doit réciter à haute voix et que la communauté connait par cœur.

« Dans l’Église catholique d’aujourd’hui, on tombe facilement sur quelqu’un qui ne s’y connait pas beaucoup », explique Bernhard Spielberg, qui enseigne la théologie pastorale à l’Université de Fribourg. « Une célébration telle que la messe de minuit est très exigeante pour l’assemblée, explique-t-il, les rituels complexes peuvent créer une véritable barrière entre la racine des fidèles et ceux qui ne vont que sporadiquement à la messe. » L’inverse est aussi valable : « une bonne liturgie ne laisse pas de marbre, aussi bien ceux qui la connaissent que ceux qui se retrouvent maladroits ».

Il ne faut pas que seuls les initiés se sentent bien dans une messe car c’est une occasion pour l’Église de toucher le cœur de personnes qui se sont éloignées d’elle. Il est important d’aider ceux qui viendraient exceptionnellement à intégrer les formes du rituel. Bernhard Spielberg se dit avoir été frappé par une paroisse française qui distribuait un papier qui présentait tous les détails du déroulement de la célébration et notamment les formules que les fidèles sont censés connaître par cœur : « donnez à des personnes l’information sur ce que le rituel accomplit devant eux, comment tout cela est construit, ils peuvent alors suivre la messe en comprenant bien mieux sa richesse. »

Une FAQ (Foire aux questions) de la paroisse montre la volonté d’accueillir des invités

L’Église doit pour cela s’inspirer des bonnes idées qui se font ailleurs. Par exemple, sur la page de l’orchestre symphonique de Chicago, on trouve de nombreuses informations destinées à ceux qui ne vont jamais à l’opéra et qui voudraient comprendre dans une « FAQ » (en anglais, « frequently asked questions » et en français, « foire aux questions »).

Le théologien propose de s’inspirer de cette démarche pour montrer l’ouverture d’une paroisse aux personnes éloignées de l’Église. C’est selon lui indispensable car de nombreux baptisés sont très loin de l’Église : « l’on peut observer que dans le monde des moins de 40 ans, l’influence de l’Église dans la vie quotidienne est devenue pour la plupart des gens complètement absente. L’Église est une réalité qu’ils ne rencontrent pour ainsi dire jamais ».  Il cite un exemple : « toutes ces métaphores paysannes, le berger, le troupeau, l’agneau, tout cela peut sembler joli, mais ce sont des mots qui sont devenus incompréhensibles pour beaucoup de gens ».

C’est pourquoi il est indispensable de faire preuve de pédagogie et de montrer la beauté du message chrétien dans sa simplicité. La simplicité est d’ailleurs avec la beauté, l’intelligence, la perfection, l’amour, un attribut divin. Il convient de lui rendre hommage en faisant de la messe de minuit une messe accessible à tous, non pas en renonçant à la beauté du rituel et de la liturgie, mais en se donnant les moyens de l’expliquer à tous grâce à des actions pastorales qui montrent que chacun est le bienvenu pour célébrer la naissance du Seigneur Jésus Christ.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]